La Journée mondiale de l’asthme et la Journée mondiale sans tabac – édition 2024

Dissiper les mythes sur l’asthme

La Journée mondiale de l'asthme (World Asthma Day) aura lieu comme chaque année le premier mardi du mois du mai. Au niveau mondial, elle est organisée par la Global Initiative for Asthma (GINA), une organisation collaborative de l'Organisation mondiale de la santé fondée en 1993. En France, elle est menée à l'initiative de l'association Asthme et Allergies.

Cet évènement vise à sensibiliser le public à l'asthme dans le monde entier au travers d'échanges entre professionnels de santé et personnes atteintes d’asthme, et d’activités pouvant notamment inclure des dépistages gratuits.

Cette année, le thème de la Journée est dédié aux idées fausses sur l'asthme. Elles sont courantes, comme par exemple le fait de croire que l’asthme est contagieux ou que l’asthme et l’activité physique ne sont pas compatibles. Ces idées fausses peuvent être préjudiciables et entraver la compréhension et la gestion de la maladie. Elles empêchent également les personnes asthmatiques de bénéficier des avancées majeures dans leur prise en charge. Il est essentiel de dissiper les mythes qui entourent l’asthme pour donner aux patients les moyens de prendre le contrôle de leur maladie et de vivre une vie épanouie.

Pour chasser ces préjugés, Stéphane, atteint d'asthme et adhérent à la Fondation du souffle témoigne :

« À l’âge de 14 ans, alors que je pratiquais beaucoup le sport (football et tennis), mon médecin généraliste me diagnostique une crise d’asthme. Mes parents avaient observé que je toussais régulièrement la nuit, et que j’avais une respiration sifflante. Je n’avais pas d’antécédents familiaux.

Des examens approfondis montrent que je suis un asthmatique allergique sévère non hyperéosinophilique avec un asthme de l’enfance perpétué à l’âge adulte. Allergique au pollen, à la poussière de maison mais aussi aux poils d’animaux, pendant de très nombreuses années, mon asthme était mal équilibré nécessitant une corticothérapie très fréquente.

En 2015, je suis mis en lien avec un service de pneumologie. Une est mise en place, les progrès sont étonnants. Je respire beaucoup mieux, et je bénéficie d’une activité sportive régulière. Je m’entraine tout le long de l’année pour participer à deux marathons par an, et je participe à quelques tournois de tennis. Mais j’ai toujours un avec moi, par précaution, lors de mes séances de sport.

Oui, quand on est asthmatique sévère comme moi, on peut avoir une vie sportive intense mais à condition de prendre quelques précautions et d’être bien suivi médicalement, ce qui est mon cas ! »

Le Dr. Jean Philippe Santoni, pneumologue et bénévole à la Fondation du Souffle, apporte également son regard d'expert :

« Pour la maladie asthmatique, une idée reçue est qu’il faut éviter que les asthmatiques pratiquent du sport. Cette idée est erronée. L’activité physique et sportive est bénéfique pour la plupart des asthmatiques, à condition d’être adaptée et pratiquée sous contrôle médicale, avec quelques précautions. Celles-ci doivent être détaillées dans le Plan d’Action Personnalisé remis et expliqué de façon précise à chaque asthmatique. »

Pour plus d'informations sur l’actualité de la Fondation du Souffle, ou pour faire un don, rendez-vous sur lesouffle.org.

Comment participer à la Journée ?

Il existe plusieurs occasions de sensibiliser à l’asthme : organiser une marche, une course ou une autre activité, enquêter au sein de sa région ou de sa commune pour évaluer le nombre de personnes touchées par l'asthme, réaliser une campagne contre le tabagisme, mobiliser les médias locaux…

Sensibiliser aux dangers du tabagisme

La Journée mondiale sans tabac est organisée le 31 mai de chaque année par l’Organisation Mondiale de la Santé. Cet évènement est l'occasion d'informer et sensibiliser le grand public aux dangers du tabagisme, et aider les personnes qui le souhaitent à arrêter de fumer.

Si vous souhaitez arrêter de fumer ou maintenir vos efforts dans l’arrêt du tabac, l’application Tabac info service de l’Assurance Maladie peut vous soutenir et vous accompagner dans cette démarche.
Elle s’appuie sur des activités adaptées à chacun et propose des messages, via des notifications et des emails. En 2023, 110 000 utilisateurs ont téléchargé l’application : 50% d’entre eux ont arrêté de fumer et 35% ont déclaré une date d’arrêt dans l’application.

  • Accessible gratuitement depuis le Play store et l’Apple store.
  • Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.tabac-info-service.fr
  • Le site Santé Publique France vous accompagne également dans la lutte contre le tabagisme avec la publication d’articles et de supports
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire