Asthénie (fatigue) : que faire et quand consulter ?

20 août 2021
Vous vous sentez anormalement fatigué ? Essayez d’abord d’identifier quand et comment se manifeste votre asthénie, pour mieux en rechercher la cause. Modifiez votre mode de vie, afin de favoriser un meilleur repos. Si la fatigue ne passe pas ou s'accompagne d'autres symptômes, consultez votre médecin.

Faites le point sur votre état de fatigue

Vous êtes fatigué, analysez vos symptômes

Si vous pensez présenter une asthénie, interrogez-vous sur la nature de votre fatigue pour mieux trouver à quoi elle est due :

  • Prédomine-t-elle le matin ou le soir ?
  • Est-elle continue ou apparaît-elle par épisodes ?
  • Est-elle ancienne et sans retentissement sur votre état général, ou bien récente et d’intensité croissante ?
  • S’accompagne-t-elle d’autres symptômes (fièvre, manque d'appétit, douleurs, etc.) ?
  • Avez-vous été malade récemment ?
  • Votre épuisement a-t-il un retentissement psychologique, sur vos activités quotidiennes ?
  • Vous endormez-vous dans la journée ?

Par ailleurs, vous pouvez remplir le document d’auto-évaluation ci-dessous, appelé "échelle de fatigue de Pichot". Pour cela, attribuez à chaque proposition du tableau un chiffre de 0 à 4, de façon à refléter votre état (0 = pas du tout ; 1 = un peu ; 2 = moyennement ; 3 = beaucoup ; 4 = extrêmement).
Ensuite, additionnez les chiffres : si vous obtenez un total supérieur à 22, vous souffrez d’une fatigue excessive, et peut-être d’un sommeil inefficace.

Auto-évualuation de votre état selon l'échelle de fatigue de Pichot
Propositions Chiffre attribué
Je manque d’énergie.  
La moindre activité me demande un effort.  
Je ressens une faiblesse dans certaines parties du corps.  
J’ai les bras ou les jambes lourdes.  
Je me sens fatigué sans raison.  
J’ai envie de m’allonger pour me reposer.  
J’ai du mal à me concentrer.  
Je me sens fatigué, lourd et raide.  
Total :  

Fatigue dans la journée : comment dormez-vous la nuit ?

Le réseau Morphée vous propose un questionnaire qui vous permet de mieux connaître votre sommeil. Rendez-vous sur la page Testez votre sommeil du site reseau-morphee.fr ! En parallèle, dans un agenda, notez chaque jour vos activités, la durée et la qualité de votre sommeil. Les informations consignées dans votre carnet, peuvent vous éclairer sur l’origine de votre fatigue et être présentées à votre médecin traitant.

Recherchez une cause évidente à votre asthénie

Après avoir précisé les caractéristiques de votre fatigue, demandez-vous si elle peut être liée à :

Vous êtes fatigué ? Adoptez de nouvelles habitudes de vie et de sommeil

Si vous vous sentez fatigué, tentez d’appliquer les conseils suivants, qui peuvent avoir un effet bénéfique :

  • essayez de ralentir votre rythme quotidien, en consacrant plus de temps à la détente, à l'activité physique et à vos loisirs ;
  • au travail, faites de petites pauses pour marcher un peu, quitter votre ordinateur, etc. ;
  • conservez une alimentation équilibrée et mangez à heures régulières. Le fait de sauter des repas, tout comme le grignotage, sont source de fatigue.

Par ailleurs, veillez à créer les conditions d’un repos de qualité, en particulier la nuit :

  • respectez autant que possible des horaires de sommeil réguliers, notamment pour le lever ;
  • soyez plutôt actif dans la journée et privilégiez des occupations relaxantes (lecture, écoute de musique douce) le soir ;
  • en fin de journée, évitez l'alcool, les repas copieux et les excitants comme la vitamine C, le tabac ou les boissons contenant de la caféine (café, thé, sodas au cola) ;
  • si possible, évitez de travailler ou de manger dans votre lit, ou d’y regarder la télévision (a fortiori avant le coucher, parce qu’il est alors préférable de limiter l’exposition à la lumière et au bruit) ;
  • pour favoriser un bon endormissement, créez une routine favorable au sommeil (prendre une douche ou un bain chaud, lire un peu, etc.)

Après le déjeuner, une courte sieste peut se révéler profitable en cas de fatigue

Dormir après le repas de midi dans un lieu calme (mais pas nécessairement un lit) est bénéfique pour le cœur et la digestion. Cela permet aussi :

  • de rééquilibrer le fonctionnement du système nerveux ;
  • de chasser le stress et de compenser le manque de sommeil nocturne ;
  • d'améliorer la mémoire et de libérer la créativité ;
  • de réduire les risques d'accidents de la circulation ou du travail.

Toutefois, pour éviter de perturber le sommeil nocturne et les activités de l'après-midi, la sieste doit rester de courte durée (5 à 20 minutes) et avoir lieu entre 12 et 15 heures, lorsque la vigilance baisse naturellement.

Pour éviter de la prolonger, programmez la sonnerie de votre réveil.

Les situations de fatigue où il faut voir votre médecin traitant

Prévoyez un rendez-vous médical dans les cas suivants :

  • votre fatigue persiste après plusieurs jours ou semaines, malgré de nouvelles habitudes quotidiennes ;
  • vous vous sentez tellement épuisé que vous êtes incapable de vaquer à vos occupations de tous les jours ;
  • votre état provoque chez vous une certaine souffrance psychique (angoisse, déprime) ;
  • votre fatigue s’accompagne d’autres symptômes (fièvre, perte ou gain de poids non désiré, douleurs, saignements menstruels abondants, soif marquée, etc.)

Faut-il consommer des médicaments dits « anti-asthéniques » ?

De nombreux produits ou substances, en vente libre en pharmacie, sont préconisés pour lutter contre la fatigue. Parmi eux :

  • les vitamines, oligo-éléments et acides aminés, ainsi que le magnésium, ont un intérêt certain en cas de carence avérée uniquement. Ils sont parfois utilisés comme traitement d’appoint de l’asthénie, mais leur efficacité contre la fatigue n’a pas été évaluée. De plus, en raison de leurs effets secondaires potentiels, ils s’emploient sur de courtes périodes, en cas d’asthénie passagère (et non en ) ;
  • la prise de psychostimulants "légers" (sulbutiamine, déanol, caféine) présente plus de risques que de bénéfices. Elle est donc déconseillée.

Pour l’essentiel, le traitement de l’asthénie doit reposer sur une bonne hygiène de vie, la gestion du stress, la pratique d'une activité physique régulière et la prise en charge de sa cause.

  • Grasland A, Mahé I. Asthénie. Traité de Médecine AKOS. Elsevier Masson. 2014;9(4):1–9
  • Gonthier A, Favrat B. Syndrome de fatigue chronique. Rev Med Suisse. 2015;11:2236-42
  • Collège des enseignants de médecine interne. Asthénie. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2013 [consulté le 28 janvier 2021]
  • Cathébras P, Killian M, Goutte J. Asthénie. Traité de médecine AKOS. Elsevier Masson. 2015;18(4):1-7
  • Association paritaire pour la santé et sécurité du travail, secteur Administration provinciale (APSSAP). Fatigue et travail : comprendre pour mieux agir. Site internet : APSSAP. Québec (Canada) ; 2013 [consulté le 28 janvier 2021]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Liste des indications/pathologies/situations cliniques reconnues comme adaptées à un usage en médication officinale. Site internet : Ansm. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 28 janvier 2021]