Contamination, symptômes et diagnostic de l'ascaridiose

24 avril 2017
L’ascaridiose est une parasitose due à un ver rond, l’ascaris. Ce vers infecte uniquement l’être humain, la contamination se fait par voie digestive. Elle est plus fréquente dans les pays tropicaux.

Qu’est-ce que l’ascaridiose ?

L’ascaridiose est une parasitose causée par l’ascaris, un ver rond de couleur rosée mesurant jusqu’à 20 cm de long.

Cette maladie n’atteint que l’homme. Elle est très présente dans les pays en développement et elle est la parasitose la plus fréquente dans la zone intertropicale. En effet, sa propagation est favorisée par la chaleur, l'humidité et le manque d’hygiène, qui touchent souvent ces pays. En revanche, en France, l’ascaridiose est beaucoup plus rare, et souvent importée par une personne revenant d’un voyage dans une région chaude.

De manière générale, dans les pays tempérés, les patients porteurs d’ascaris sont faiblement infestés.

Comment l’enfant peut-il être contaminé ?

La contamination se fait par ingestion d’œufs contenant des embryons. Ces œufs peuvent être présents dans de l’eau souillée ou sur des aliments mal nettoyés, sur lesquels il reste de la terre.

Une fois arrivés dans l’appareil digestif, les œufs libèrent leurs embryons qui se transforment en larves. Celles-ci traversent la paroi digestive et atteignent le foie par voie sanguine. Elles grandissent, puis gagnent les poumons, également par voie sanguine. Enfin, les larves remontent la jusqu'à l'œsophage et sont dégluties par l’enfant contaminé. Elles arrivent alors dans le tube digestif, où elles terminent leur développement.

L’ascaris adulte vit dans l'intestin grêle et se nourrit du contenu intestinal. Les femelles pondent des œufs fécondés mais dépourvus d’embryons, qui sont éliminés dans les selles. Après un séjour de plusieurs semaines dans le milieu extérieur, les embryons sont formés et les œufs sont infestants (c’est-à-dire qu’ils peuvent contaminer quelqu’un d’autre).

À noter que l’auto-réinfestation est impossible, puisque les œufs d’ascaris émis dans les selles ne contiennent pas d’embryons (contrairement à ceux des oxyures, par exemple).

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Lorsque l’enfant est contaminé par un petit nombre de vers, les symptômes sont minimes. En cas de parasitisme important, les signes évoluent en fonction du stade de développement des parasites :

  • lorsque les larves migrent du foie vers les poumons et la , des accès de toux sèche accompagnés de fièvre peuvent survenir ;
  • lorsque les parasites adultes séjournent dans le tube digestif, l’enfant peut présenter des troubles digestifs (diarrhée, douleurs abdominales mal localisées).

En cas de contamination massive et prolongée, et le plus souvent chez des enfants vivant en zone tropicale, des complications rares dues à l’accumulation de vers adultes sont possibles :

  • dans l’intestin ( ) ;
  • dans l’appendice (appendicite) ;
  • dans les canaux transportant la (angiocholite ou inflammation aiguë des canaux biliaires du foie) ;
  • dans le ( ).

Le diagnostic de l’ascaridiose

Vous pensez que votre enfant peut être porteur d’ascaris ? Dans ce cas, consultez votre médecin traitant.

Après avoir examiné votre enfant, le médecin demandera :

  • un examen parasitologique des selles (servant à rechercher des œufs d’ascaris) ;
  • éventuellement, une prise de sang pouvant montrer une augmentation du nombre des globules blancs appelés éosinophiles.
Sources
  • Durand F, Brenier-Pinchart MP, Pelloux H. Parasitoses digestives : lambliase, téniasis, ascaridiose, oxyurose, amibiase, hydatidose. Site internet : Université Joseph Fourier. Grenoble (France) ; 2005 [consulté le 27 mai 2014]
  • Association française des enseignants de parasitologie et mycologie. Ascaridiose. Site internet : campus de parasitologie, mycologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 27 mai 2014]
  • Aubry P. Parasitoses digestives dues à des nématodes. Site internet : Médecine tropicale. Saint-Denis de la Réunion (France) ; 2013 [consulté le 27 mai 2014]