Arthrose de la hanche : symptômes et diagnostic

06 décembre 2018
Difficultés à marcher, monter et descendre les escaliers en raison de douleurs au niveau de la fesse, d'un pli de l'aine, de la cuisse ? Ces symptômes peuvent être dus à une arthrose de la hanche (coxarthrose). Un examen médical et un bilan radiologique sont nécessaires.

La douleur, premier signal de l'arthrose de la hanche

L'arthrose de la hanche se manifeste par des douleurs d'apparition progressive.

Il s'agit :

  • le plus souvent, d'une douleur au niveau du pli de l'aine, qui irradie vers l'avant ou l'intérieur de la cuisse ;
  • d'une douleur dans la fesse qui irradie derrière la cuisse ;
  • de façon plus rare, d'une douleur du genou (on parle de douleur projetée vers l'articulation saine du genou) ou d'une douleur isolée située à l'arrière de la cuisse.
    À noter : les douleurs logées dans le bas du dos sont, la plupart du temps, d'origine lombaire et ne sont pas dues à une arthrose de la hanche.

La douleur de l'arthrose de la hanche augmente lorsque la personne fait un effort, marche, monte et descend des escaliers. Elle est calmée par le repos. La douleur ne réveille pas la nuit (sauf à un stade avancé).

Une sensation de raideur de l'articulation peut être ressentie le matin, nécessitant un court temps de dérouillage.

Lorsque la douleur se prolonge, une tendance à boiter peut s'installer.

L'arthrose de la hanche a une évolution chronique entrecoupée de poussées au cours desquelles la douleur est plus importante et survient dès le matin, voire la nuit. Ces poussées sont dues à une inflammation passagère de l'articulation coxo-fémorale.

À un stade avancé, la douleur est présente dès que la personne se tient debout. La marche devient difficile et l'aide d'une canne est nécessaire. La personne a des difficultés à ramasser les objets à terre, à monter des escaliers, à sortir de voiture. La gêne est également importante lors des mouvements de rotation de la hanche. Ainsi, il lui est de plus en plus difficile d'enfiler des chaussettes ou un collant.

L'arthrose n'entraine pas toujours des douleurs

C'est ce que les médecins appellent la dissociation « radio-clinique » : une arthrose visible à la radiographie n’est pas forcément responsable de douleurs. Dans ce cas, aucun traitement n'est utile.

Le diagnostic de l'arthrose de la hanche

Un examen clinique est réalisé par le médecin traitant qui peut être amené à demander un avis spécialisé auprès d'un rhumatologue ou d'un chirurgien orthopédique.

L'examen clinique consiste à :

  • évaluer la gêne ressentie et la limitation de l'autonomie (distance de marche possible, gêne à l'habillage...) ;
  • identifier les mouvements qui réveillent la douleur ;
  • évaluer, debout et à la marche, les déviations d'axes des jambes, le positionnement du bassin ;
  • apprécier la mobilité de la hanche.

L'examen médical de la hanche se pratique debout, pendant que la personne marche (pour repérer une boiterie ou une attitude anormale), puis en position allongée.

Une radiographie des deux hanches confirme l'existence d'une arthrose caractérisée par :

  • la diminution de l'espace entre les deux extrémités osseuses, du fait de l'amincissement du cartilage appelée pincement articulaire ;
  • une densification de l'os (zones d'ostéocondensation) sur lequel repose le cartilage ;
  • la prolifération d'os  qui forme des excroissances osseuses anormales autour de l'articulation appelées ostéophytes ou, en langage courant, "becs de perroquet".

Elle précise sa nature primitive (sans cause sous-jacente) ou secondaire s'il existe par exemple, une malformation anatomique de la hanche.

Il est rare que d'autres examens soient nécessaires.

Sources
  • Collège français des enseignants en rhumatologie. Arthrose. Site internet : Cofer. Paris ; 2017 [consulté le 5 décembre 2018]
  • Société française de rhumatologie (SFR). Qu'est-ce que l'arthrose ? Site internet : SFR. Paris ; 2016 [consulté le 5 décembre 2018]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Arthrose. Site internet : Inserm. Paris ; 2017 [consulté le 5 décembre 2018]