Le traitement médical et chirurgical de l'arthrose du genou

24 avril 2017
Aucun traitement ne permet de guérir l'arthrose du genou, mais il est possible de soulager efficacement la douleur par des mesures hygiéno-diététiques, des médicaments… La pose d'une prothèse de genou, est envisagée lorsque l'arthrose est très évoluée et non soulagée par le traitement médical.

Le traitement médical de l'arthrose du genou

L'arthrose est une maladie chronique qui persiste mais dont l'évolution est ralentie, même dans les formes avancées, grâce au traitement médical et à une bonne hygiène de vie.

Le traitement de l'arthrose du genou repose sur l'association de plusieurs mesures :

  • une bonne hygiène de vie : des activités physiques adaptées, une perte de poids lorsqu'elle est nécessaire ;
  • le traitement médicamenteux pour soulager la douleur lors des poussées inflammatoires d'arthrose : le paracétamol est utilisé en première intention et, s'il n'est pas efficace, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • le port d' et l'utilisation d'une canne ;
  • la rééducation avec établissement d'un programme personnalisé (type d'exercices, fréquence, intensité) guidée au début par un kinésithérapeute et poursuivie ensuite par le patient seul à son domicile ;
  • si nécessaire, des infiltrations de corticoïdes qui agissent sur la douleur ou d' pour "lubrifier" l'intérieur de l'articulation. Mais ces infiltrations n'ont aucun effet sur la structure du cartilage.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Les médicaments de l'arthrose du genou

Plusieurs médicaments existent contre l’arthrose du genou.

  • Les antalgiques indispensables pour lutter contre la douleur :
    La prise des antalgiques doit avoir lieu au moment des poussées douloureuses, en ne dépassant jamais les doses maximales prescrites, même si la douleur persiste.
    Le paracétamol est prescrit en première intention.
    Lorsque une poussée inflammatoire douloureuse ne répond pas à ce traitement, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés, sur une courte durée et à la dose minimale efficace, en raison de leurs effets indésirables en particulier digestifs. Des applications locales sous forme de gel, crème...contenant des anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être utiles.
    De nombreux médicaments vendus sans ordonnance contiennent des antalgiques. Il est donc nécessaire de bien indiquer à votre médecin tous les médicaments que vous prenez. En cas de doute, demandez également conseil à votre pharmacien.
  • Que penser des antiarthrosiques symptomatiques d'action lente ?
    Ces médicaments (chondroïtine sulfate, diacerhéine, glucosamines, extraits d'avocat et de soja) n'empêchent pas la dégradation articulaire et ont pour objectif de diminuer l'intensité des douleurs. Leur action est différée et il faut attendre quelques semaines de traitement pour juger de leur efficacité. Ces médicaments peuvent avoir des effets indésirables parfois graves (diarrhée, manifestations allergiques, atteinte hépatique lors de la prise de diacerhéine par exemple) : en cas de survenue, il est important de les signaler à son médecin traitant.
    Ces médicaments dont l'efficacité paraît minime sur la douleur et la gêne n'ont pas d'intérêt dans le traitement de l'arthrose du genou. Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie.

Le traitement chirurgical de l'arthrose du genou

Le traitement chirurgical n'est proposé qu'en cas d'échec des traitements médicaux. Il sera choisi en fonction de l'état du patient.

Il consiste à pratiquer un lavage articulaire du genou pour éliminer les microparticules intra-articulaires qui entretiennent l'inflammation de l'articulation.

Ce lavage est généralement suivi d'infiltrations intra-articulaires de .

Elle corrige la déviation de l'axe de la jambe (genu varum ou genu valgum) en sectionnant le tibia ou le fémur pour ré-axer la jambe.

Il existe de nombreux types de prothèses du genou, avec une préservation plus ou moins complète des ligaments. Les prothèses permettent également de retrouver une mobilité de flexion presque complète et une vie quotidienne normale, comme monter et descendre les escaliers.

Des complications du traitement chirurgical de l'arthrose du genou peuvent parfois survenir précocément (infection articulaire, phlébite, embolie pulmonaire) ou tardivement après une pose de prothèse (descellement ou usure de la prothèse).

Préparer votre retour à domicile

Suite à votre intervention chirurgicale, l'Assurance Maladie peut vous accompagner pour préparer au mieux votre retour à domicile. Un conseiller de l’Assurance Maladie organise votre suivi médical auprès des professionnels de santé de ville de votre choix (masseur kinésithérapeute et/ou infirmier(e) et facilite vos démarches administratives.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Les soins médicaux et de réadaptation après l’arthroplastie par prothèse

Après une arthroplastie par prothèse, la prise en charge du patient repose sur la prise d’un traitement anticoagulant et sur une mobilisation précoce.

  • Un traitement anticoagulant est nécessaire pendant environ 4 semaines. Il est associé au port d’une contention des membres inférieurs (mi-bas de contention) pendant environ 6 semaines pour prévenir la survenue d'une phlébite et d'une embolie pulmonaire.
  • Une mobilisation précoce du patient est un facteur-clé d'une évolution favorable car elle maintient et améliore la fonction musculaire et la mobilité des articulations. Son but est de permettre au patient de retrouver ses activités de la vie de tous les jours le plus rapidement possible.
    Cette réadaptation par le kinésithérapeute est commencée si possible dans les 48 heures après l’intervention en milieu hospitalier et elle est poursuivie après la sortie du patient. Le rééducateur explique les gestes à ne pas faire et les exercices à réaliser chez soi, entre les séances de rééducation.
La rééducation peut avoir lieu avant et après l’arthroplastie par prothèse

En pré-opératoire : dix séances de kinésithérapie peuvent être proposées pour préparer votre genou à l'intervention.

En post-opératoire : la rééducation est débutée dans le service de chirurgie, puis poursuivie en soins de ville ou dans un centre de rééducation quand les personnes ne peuvent pas rentrer chez elles.

Au-delà des 25 séances, la prescription de la rééducation nécessite une demande d'accord préalable.

Sources
  • Boulos K, Jolles-Haeberli BM. Prothèse totale du genou aujourd'hui : que dire à nos patients ? Rev Med suisse. 2008;4(184):2737-42.
  • Haute Autorité de santé (HAS). Éléments concourant à la décision d'arthroplastie du genou et au choix de la prothèse. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 19 février 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Critère de suivi en rééducation et d'orientation en ambulatoire ou en SSR après arthroplastie totale du genou. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 19 février 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Avis de la HAS sur les référentiels relatifs à des soins de masso-kinésithérapie (arthroplastie de hanche par prothèse totale de hanche, arthroplastie du genou par prothèse totale du genou, chirurgie réparatrice de réinsertion ou de suture simple du tendon rompu de la coiffe des rotateurs. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2009 [consulté le 19 février 2016]
  • Ribinik P, Rannou F, Coudeyre E, Revel M. Rééducation et arthrose non opérée des membres inférieurs, rééducation et prothèse totale de hanche et de genou. Site internet : Société française de médecine physique et de réadaptation. Paris ; 2007 [consulté le 19 février 2016]
  • Haute Autorité de Santé (HAS). Prise en charge de l'arthrose : le paracétamol en première intention. Actualités et pratiques n°57. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 19 février 2016]