Le traitement chirurgical de l’appendicite aiguë

12 mai 2017
Le traitement de l’appendicite est chirurgical, et consiste en l’ablation de l’appendice infecté : c'est l'appendicectomie. Cette intervention est le plus souvent réalisée par cœlioscopie. Ainsi, les complications sont rares et la convalescence est courte.

L’intervention chirurgicale

Le traitement de l’appendicite aiguë consiste à retirer l’appendice infecté : c'est l'appendicectomie.
Le patient est hospitalisé, placé à jeun et perfusé pour assurer son hydratation et permettre l’injection par voie veineuse de médicaments : antibiotiques et antalgiques.

Après avis d’un anesthésiste, l’intervention chirurgicale est réalisée :

  • soit classiquement, en pratiquant une ouverture au niveau de l’abdomen ;
  • soit par , à l’aide d’une micro-caméra.

L’appendicectomie peut avoir lieu le jour du diagnostic ou éventuellement être reportée au lendemain.
Certains chirurgiens proposent désormais au patient d’être opéré en chirurgie ambulatoire (l'entrée du patient dans l’établissement de soins, l'intervention et la sortie ont lieu le même jour).
Le jour de l’intervention, l’appendice est retiré et analysé.
En l’absence de complication, la personne opérée est autorisée à sortir :

  • le soir même en cas de prise en charge ambulatoire,
  • dans les jours suivants dans les autres cas.
La limite l’ouverture de la paroi abdominale

Lors d’une , le chirurgien réalise quatre petites incisions et laisse entrer un gaz dans la cavité abdominale. Puis il introduit un appareil d’optique muni d’une caméra et des instruments chirurgicaux. Il réalise l’opération en surveillant ses gestes sur un écran vidéo.

Le repos post-opératoire

Après l’opération, vous-même ou votre enfant, devez respecter une période de repos.

Pendant la période de repos qui suit l’opération :

  • signalez toute anomalie à votre médecin traitant ou à votre chirurgien : vomissements, fièvre, persistance ou réapparition de la douleur, survenue d’un hématome, d'une douleur dans le mollet, etc. ;
  • observez le repos prescrit ;
  • respectez les consignes du chirurgien pour la reprise de votre alimentation et de vos activités.

Le chirurgien fixe la durée d’éviction scolaire et de dispense sportive en fonction de la technique chirurgicale utilisée et des suites post-opératoires.

Si vous exercez une activité professionnelle, votre chirurgien vous prescrit un arrêt de travail. Sa durée, en général d’une à quatre semaines, dépend :

  • de la technique chirurgicale employée : l’arrêt est plus court après une intervention par cœlioscopie ;
  • de votre état de santé général ;
  • de la nature de votre profession : en cas d'activité sédentaire, l'arrêt de travail est plus court (7 à 10 jours) qu'en cas de travail physique, l'arrêt étant alors de l'ordre de 21 à 28 jours ;
  • de la présence ou non d’un abcès appendiculaire, d’une péritonite ou de complications post-chirurgicales.

La conduite automobile et le port de charges sont déconseillés pendant une semaine environ.

Les activités sportives de fond (natation, jogging, vélo…) peuvent être reprises progressivement vers la fin de la deuxième semaine. Pour les activités physiques intenses, un à deux mois peuvent être nécessaires. Parlez-en avec votre médecin.

Sources
  • Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Arrêt de travail, appendicectomie, après avis de la HAS. Site internet : CNAMTS. Paris ; 2012 [consulté le 29 novembre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Appendicectomie. Eléments décisionnels pour une indication pertinente. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 28 novembre 2016]
  • Montali I, Von FLüe M. L’appendicite aiguë aujourd’hui. Forum Med Suisse. 2008;8(24):451-55.
  • Collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Appendicite de l’enfant. Site internet : Collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Paris ; 2014 [consulté le 28 novembre 2016]
  • Collège français des Pathologistes. Appendicite de l'enfant et de l'adulte. Site internet : Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 28 novembre 2016]