Définition et fréquence de l’appendicite aiguë

11 mai 2017
L’appendicite aiguë est une inflammation soudaine d’un diverticule du côlon droit appelé appendice. Elle est due à son obstruction, notamment par des matières fécales. Survenant surtout chez les jeunes de moins de 20 ans, elle provoque de vives douleurs dans le bas du ventre, à droite.

Qu’est-ce que l’appendicite aiguë ?

L’appendicite aiguë est une inflammation brutale de l’appendice iléo-cæcal.

L’appendice est un segment d'intestin en forme de diverticule de petit calibre (il mesure une dizaine de centimètres de long sur quelques millimètres de large). Ce diverticule a une extrémité fermée et par son autre extrémité, il s’ouvre dans l’extrémité du colon droit appelée cæcum, sous la zone d’abouchement de l’intestin grêle (iléon).

Parfois, l’appendice s’ouvre à un endroit différent du cæcum ou le cæcum lui-même est positionné différemment dans l’abdomen : on parle d’appendice ectopique. En cas d’appendicite sur appendice ectopique, les symptômes sont atypiques et le diagnostic est difficile.

Comment survient une appendicite ?

Des résidus de matières fécales, un corps étranger, plus rarement une parasitose intestinale (ascaridiose) ou une compression extérieure (ganglions infectés, tumeurs, lésions d’endométriose) peuvent obstruer l’appendice et provoquer une multiplication bactérienne. L’inflammation qui en résulte s’étend progressivement à toute la paroi de l’appendice.
Si les lésions inflammatoires restent limitées à la paroi, il s’agit d’une appendicite aiguë « simple ».
Mais si l’inflammation progresse, la paroi de l’appendice est fragilisée et peut se perforer, aboutissant à un abcès ou à une péritonite : ce sont les formes graves ou compliquées des appendicites aiguës.

Côlon avec l’appendice

Schéma : colon

L’appendicite aiguë en chiffres

En France, la fréquence des interventions chirurgicales pour appendicite (ou appendicectomies) reste importante : en 2009, le pays se situait, en ordre décroissant d’interventions, au huitième rang des 22 pays de l’Union Européenne.
Cependant, le nombre d’appendicectomies sur le territoire français a diminué :

  • 162 700 interventions en 1997,
  • 98 700 en 2006,
  • 92 000 en 2009,
  • 83 400 en 2012.

C’est chez les enfants et adolescents de 5 à 19 ans que le taux d’appendicectomies a le plus diminué. À ce jour, les appendicectomies concernent avant tout la population jeune et d’âge moyen avec deux pics de fréquence : 10-14 ans et 25-34 ans.
Cette baisse du nombre d’appendicectomies a été observée pour les appendicites non compliquées et n’a pas concerné les interventions pour péritonites ou abcès appendiculaires, formes graves de l’appendicite aiguë, qui sont restées stables.
Cette évolution résulte d’un changement d’approche diagnostique de la maladie et de la réalisation d’examens complémentaires (échographies, scanners) permettant d’aider le médecin dans le diagnostic.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Appendicectomie. Eléments décisionnels pour une indication pertinente. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 28 novembre 2016]
  • Montali I, Von FLüe M. L’appendicite aiguë aujourd’hui. Forum Med Suisse. 2008;8(24):451-55.
  • Collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Appendicite de l’enfant. Site internet : Collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Paris ; 2014 [consulté le 28 novembre 2016]
  • Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees). La longue diminution des appencidectomies en France. Site internet : Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Paris ; 2014 [consulté le 28 novembre 2016]