Comprendre l’apnée du sommeil

02 janvier 2021
L’apnée du sommeil ou syndrome d’apnées–hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est un trouble de la ventilation nocturne dû à la survenue anormalement fréquente de pauses respiratoires. Ce syndrome est dû à des épisodes répétés d’obstruction des conduits respiratoires de l’arrière gorge.

Des pauses respiratoires nocturnes anormalement fréquentes

L'apnée du sommeil est appelée le syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), auparavant dénommé le syndrome des apnées obstructives du sommeil (SAOS).

Ce syndrome se caractérise par la survenue d’épisodes anormalement fréquents d’interruptions (apnées) ou de réductions (hypopnées) de la respiration durant le sommeil.

Ces pauses de respiration durent de 10 à 30 secondes, voire plus, se produisent au moins 5 fois par heure de sommeil et peuvent se répéter une centaine de fois par nuit.

Elles sont dues à des obstructions répétées complètes ou partielles des conduits respiratoires de l'arrière-gorge survenant au cours du sommeil.

Cette réduction ou interruption de la ventilation pendant le sommeil provoque un manque en oxygène. Le cerveau réagit et la personne se réveille pour reprendre sa respiration. Ces éveils sont de courte durée : on parle de « micro-éveils » dont la personne n'a pas conscience.

Ce syndrome est associé à un ronflement nocturne et à une somnolence diurne, conséquence d'un sommeil très perturbé, saccadé er de mauvaise qualité.

En France, le SAHOS ou syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil touche 4 % de la population.

Une forme beaucoup plus rare d'apnée du sommeil : le syndrome d'apnées centrales du sommeil

Ce syndrome survient lorsque la commande par le cerveau de la ventilation est perturbée ; cela peut être le cas dans certaines maladies, comme l'insuffisance cardiaque grave.

Les mécanismes de l’apnée obstructive du sommeil

Schéma illustrant les mécanismes de l’apnée du sommeil (cf. description détaillée ci-après)

L’air inspiré par le nez ne rencontre aucune résistance lors d’un sommeil normal.

En cas de ronflements, l’air inspiré provoque des vibrations au niveau de la base de la langue et du voile du palais. On parle d’apnée du sommeil, lorsque les voies respiratoires sont obstruées et que l’air ne peut plus pénétrer par le nez pendant quelques secondes.

 

L'importance du syndrome d'apnées du sommeil se mesure au nombre d'apnées/hypopnées par heure de sommeil (IAH ou indice d'apnées/hypopnées) :

  • entre 5 et 15, l'apnée du sommeil est légère ;
  • entre 16 et 30, l'apnée du sommeil est modérée ;
  • si l'indice d'apnées/hypopnées (IAH) est supérieur à 30, l'apnée du sommeil est sévère.

Des conséquences en journée des apnées du sommeil

Apnées du sommeil : la vie au quotidien très perturbée

L'apnée du sommeil retentit sur les activités quotidiennes.

Sans une bonne qualité de sommeil, la personne, présentant des apnées du sommeil, somnole fréquemment dans la journée et subit souvent des endormissements incontrôlables.

Elle a des difficultés à se concentrer, présente des troubles de la mémoire et de la concentration, des troubles de l'humeur ; elle ne peut pas être efficace, chez elle, au travail ou en collectivité.

En raison de la baisse de la vigilance, le taux d'accidents de voiture et d'accidents du travail est plus élevé chez les personnes présentant une apnée du sommeil que chez les autres, en raison de la somnolence anormale en journée.

Les conséquences à long terme d'un syndrome d'apnées obstructives du sommeil

À long terme, le syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil augmente la mortalité et particulièrement celle de cause cardiovasculaire.

Le SAOS favorise la survenue :

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil est très souvent associé à :

Les facteurs favorisant l’apnée du sommeil

Les facteurs qui empêchent le bon fonctionnement des voies aériennes supérieures favorisent l'apnée du sommeil. Il s'agit :

  • du surpoids et de l’obésité. C'est le facteur de risque majeur. 70 % des personnes ayant un SAOS sont en surpoids. Le risque de SAOS augmente encore si la personne est obèse. Des apnées du sommeil sont également observées chez l'enfant ou l'adolescent obèse ;
  • de l'âge : l'apnée du sommeil est plus fréquente lors du vieillissement et on estime que 30 % des personnes de plus de 65 ans sont concernées ;
  • du sexe : les hommes sont deux fois plus exposés que les femmes. Cependant, la fréquence du SAOS augmente après la ménopause ;
  • d'une obstruction nasale plus ou moins permanente, conséquence de problèmes ORL (oto-rhino-laryngologiques), chirurgicaux, allergiques, etc. ;
  • des anomalies de taille et de position de la mâchoire (mandibule trop petite par exemple), de la langue (langue très volumineuse) et du palais ( , amygdales, etc.) ;
  • de l’alcool, des et du tabac qui peuvent aggraver les symptômes.

Calculer votre IMC - Indice de masse corporelle

cm
kg

Votre IMC : -
Corpulence normale (18.5 < IMC < 25)
Poids compris entre

  • Haute Autorité de santé (HAS). Apnées du sommeil : de nouvelles recommandations de prise en charge des patients. Site internet : HAS. Saint-Denis La plaine (France) ; 2014 [consulté le 7 décembre 2020]
  • Société française de Stomatologie, Chiurugie Maxillo-faciale et Chirurgie orale. Place de l'orthèse d'avancée mandibulaire dans le traitement du syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil de l'adulte (SAHOS). Site internet : Sfscmfco. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 7 décembre 2020]
  • Viot-Blanc V. Syndrome d'apnée du sommeil en neurologie : chez qui et comment le rechercher ? Comment et pourquoi le traiter ? Neurol.com. 2009;1(3):79-83.
  • Ouayoun M-C. Syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil de l'adulte. EMC - Oto-rhino-laryngologie 2015;10(3):1-17 [Article 20-960-A-10]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Apnée du sommeil. Site internet : Inserm. Paris ; 2015 [consulté le 7 décembre 2020]
  • Collège des enseignants de pneumologie. Troubles du sommeil de l'adulte. ECN 2018. Éditions Elsevier Masson. Issy-les-Moulineaux (France)