Comprendre l’apnée du sommeil

03 mai 2017
L’apnée du sommeil ou syndrome d’apnées–hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est un trouble de la ventilation nocturne dû à la survenue anormalement fréquente de pauses respiratoires. Ce syndrome est dû à des épisodes répétés d’obstruction des conduits respiratoires de l’arrière gorge.

Des pauses respiratoires nocturnes trop fréquentes

L'apnée du sommeil est appelée le syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), auparavant dénommé le syndrome des apnées obstructives du sommeil (SAOS).

Ce syndrome se caractérise par la survenue d’épisodes anormalement fréquents d’interruptions (apnées) ou de réductions (hypopnées) de la respiration durant le sommeil. Ces pauses de respiration durent de 10 à 30 secondes, voire plus, et peuvent se répéter une centaine de fois par nuit. Elles sont dues à des obstructions répétées complètes ou partielles des conduits respiratoires de l'arrière-gorge survenant au cours du sommeil.

Cette réduction ou interruption de la ventilation pendant le sommeil provoque un manque en oxygène. Le cerveau réagit et la personne se réveille pour reprendre sa respiration. Ces éveils sont de courte durée : on parle de « micro-éveils ». Le sommeil est saccadé, de mauvaise qualité et accompagné de ronflements.

En France, le SAHOS ou syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil touche 4 % de la population.

Les mécanismes de l’apnée du sommeil

Schéma : les mécanismes de l'apnée du sommeil

L'importance de l'apnée du sommeil se mesure au nombre d'apnées/hypopnées par heure de sommeil (IAH ou indice d'apnées/hypopnées) :

  • entre 5 et 15, l'apnée du sommeil est légère ;
  • entre 16 et 30, l'apnée du sommeil est modérée ;
  • si l'IAH est supérieur à 30, l'apnée du sommeil est sévère.

Des conséquences diurnes

L'apnée du sommeil retentit sur les activités quotidiennes. Sans une bonne qualité de sommeil, la personne atteinte somnole fréquemment dans la journée et a des difficultés à se concentrer ; elle ne peut pas être efficace, chez elle, au travail ou en collectivité. Elle subit souvent des endormissements incontrôlables pendant la journée.

En outre, le taux d'accidents de voiture est sept fois plus élevé chez les personnes présentant une apnée du sommeil que chez les autres.

Les facteurs favorisant l’apnée du sommeil

Les facteurs qui empêchent le bon fonctionnement des voies aériennes supérieures favorisent l'apnée du sommeil. Il s'agit :

  • Du surpoids et de l’obésité (le facteur le plus important) car ils entraînent des dépôts de graisse dans l'arrière-gorge ;
  • de l'âge : l'apnée du sommeil est plus fréquente entre 45 et 64 ans ;
  • du sexe : les hommes sont plus exposés ;
  • d'une obstruction nasale plus ou moins permanente, conséquence d'antécédents ORL (oto-rhino-laryngologiques), chirurgicaux, allergiques, etc. ;
  • des particularités génétiques de taille et de position de la mâchoire, de la langue et du palais ( , amygdales, base de la langue, etc.) ;
  • de l’alcool, des et du tabac qui peuvent aggraver les symptômes.
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Apnées du sommeil : de nouvelles recommandations de prise en charge des patients. Site internet : HAS. Saint-Denis La plaine (France) ; 2014 [consulté le 24 juin 2015]
  • Société française de Stomatologie, Chiurugie Maxillo-faciale et Chirurgie orale. Place de l'orthèsed'avancée mandibulaire dans le traitement du syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil de l'adulte (SAHOS). Site internet : Sfscmfco. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 24 juin 2015]
  • Viot-Blanc V. Syndrome d'apnée du sommeil en neurologie : chez qui et comment le rechercher ? Comment et pourquoi le traiter ? Neurol.com. 2009;1(3):79-83.
  • Frey JG. Syndrome des apnées obstructives du sommeil et accidents automobiles. Rev Med Suisse. 2005;1(23):1561-2.