Les symptômes et le bilan médical de l’angine de poitrine

21 septembre 2017
Le principal symptôme de l’angine de poitrine est une douleur survenant derrière le sternum et apparaissant à l’effort ou lors d’une émotion. Des examens médicaux sont nécessaires pour confirmer le diagnostic : électrocardiogramme, échocardiographie…

Quels sont les symptômes de l’angine de poitrine ?

La douleur liée à l'angine de poitrine est ressentie, le plus souvent :

  • pendant l'effort :
    • lors d'une marche rapide, en côte ou contre le vent,
    • lors d'une marche par temps froid. Ce dernier provoque une vasoconstriction (réduction du calibre des vaisseaux) ;
  • lors d'une émotion qui fait battre le cœur plus vite et plus fort.

La douleur d'angine de poitrine est essentiellement ressentie dans la poitrine derrière le , plus rarement au niveau du cou, de la mâchoire, des épaules et des membres supérieurs (le plus souvent à gauche) ou encore au niveau de l'estomac.

La douleur apparaît sous la forme d'un serrement, de constriction, d'intensité variable. Elle peut être accompagnée d'angoisse, d'une gêne pour respirer ou de palpitations.
Elle diminue rapidement et disparait en moins de 5 minutes lors du repos ou en moins d'une minute lorsqu'un médicament à base de est administré.

Mais son aspect peut être beaucoup moins typique. Ainsi, chez la personne âgée, la douleur provoquée par l'angine de poitrine est différente. Elle est souvent limitée à des signes digestifs (nausée, éructations...), à un malaise, un essoufflement ou à une fatigue. Elle peut même être silencieuse. Il en est de même chez la personne diabétique.

L'angine de poitrine a des conséquences plus ou moins importantes sur les activités quotidiennes.

Trajet de la douleur angineuse

Schéma : trajet de la douleur angineuse

Quel bilan médical en cas d’angine de poitrine ?

Le bilan d'une douleur thoracique est réalisé par le médecin traitant, en coordination avec un cardiologue. Le médecin examine son patient et recherche l’origine cardiaque de la douleur ainsi que les facteurs de risque cardiovasculaire. Le cardiologue juge de la nécessité de poursuivre les examens cardiologiques et prescrit le bilan.

Les examens habituels comprennent :

  • un bilan sanguin ;
  • un électrocardiogramme (ECG) au repos ;
  • parfois une radiographie du thorax si le médecin suspecte une maladie pulmonaire pouvant expliquer les symptômes (pneumonie par exemple) ou une insuffisance cardiaque .

Pour confirmer le diagnostic suspecté, une échocardiographie transthoracique de repos est indispensable.

Des examens spécifiques sont réalisés de façon adaptée à chaque cas :

  • une épreuve d'effort : ECG d'effort, échocardiographie d’effort, ou IRM de stress... ;
  • un scanner coronaire ;
  • une .

Si cela est utile, votre médecin peut demander d'autres examens pour compléter le bilan.

Une fois le diagnostic d'angine de poitrine établi, le bilan complémentaire précise quelle maladie en est la cause : l'athérosclérose, la maladie des ...

Lorsque l’angine de poitrine est due à la présence de plaques d’athérome, un bilan artériel plus complet est réalisé. Les dépôts d’athérome ne se localisent pas uniquement au niveau des mais peuvent se situer également sur d’autres artères. C’est pourquoi, le médecin recherche d’éventuels symptômes d’obstruction d’autres artères, par exemple des carotides ou des membres inférieurs.

Reconnaissance de la maladie coronarienne en affection longue durée

Le médecin traitant peut demander la reconnaissance de la maladie coronarienne au titre d'une affection de longue durée (ALD).

Les examens et les soins en rapport avec cette affection sont pris en charge à 100 %, selon les tarifs de l’Assurance Maladie.

Angine de poitrine et évolution

Selon l'évolution de la douleur, on différencie deux niveaux de gravité : l'angor (ou angine de poitrine) stable et l'angor instable.

Les douleurs sont espacées et conservent les mêmes caractéristiques au fil du temps (conditions de survenue, seuil d'apparition, intensité, durée...) sans s'aggraver. Elles répondent bien à la prise de . Une prise en charge de la maladie coronarienne et des facteurs de risque cardiovasculaire est cependant nécessaire. En l'absence de prise en charge globale, la maladie peut évoluer à bas bruit vers une insuffisance cardiaque.

Elle témoigne d'une insuffisance coronarienne aiguë et s'observe dans plusieurs circonstances :

  • soit il s'agit d'une angine de poitrine récente apparue rapidement et d'emblée instable : les crises douloureuses sont fréquentes depuis moins d'un mois ;
  • soit il s'agit d'une angine de poitrine ancienne stable qui s'aggrave et se déséquilibre : les crises sont de plus en plus fréquentes ou se produisent pour des efforts minimes, après les repas lors de la digestion ou au repos en particulier la nuit. Elles sont moins sensibles au traitement par .

Cette angine de poitrine instable est considérée comme une menace d'infarctus du myocarde (on parle de syndrome coronaire aigu) et impose une hospitalisation en urgence en milieu cardiologique.

De nombreux facteurs peuvent provoquer une angine de poitrine instable : par exemple les troubles du rythme qui augmentent les besoins du cœur en oxygène en le faisant battre plus vite.

La douleur en cas d’angine de poitrine est-elle une urgence ?

Oui, si la douleur :

  • ne cesse pas au bout de 5 minutes malgré le repos et  deux prises de trinitrine à 5 minutes d'intervalle (dans le cas d'une angine de poitrine déjà connue et traitée) ;
  • est inhabituelle, intense, durant plus de 5 minutes ou accompagnée d'autres signes (malaise, nausées...)

Il faut alors immédiatement penser à un infarctus du myocarde. Contactez aussitôt le 15 ou le 112 par téléphone.

Non, si la douleur cesse rapidement (en moins de 5 minutes) avec le repos, le calme et la . Il faut alors le signaler au médecin traitant qui adaptera la prise en charge médicale.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Collège des enseignants de cardiologie et maladies vasculaires. Angine de poitrine et infarctus myocardique. Site internet : Campus de cardiologie et maladies cardiovasculaires de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011-2012 [consulté le 20 septembre 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations. Affection de longue durée : maladie coronaire stable. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2016 [consulté le 20 septembre 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide parcours de soins. Maladie coronarienne stable. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 20 septembre 2017]
  • Fédération Française de Cardiologie. L'angor (ou l'angine de poitrine). Site internet : Fédération Française de Cardiologie. Paris ; 2017 [consulté le 20 septembre 2017]