Les symptômes, le bilan médical et l'évolution de l’angine de poitrine

L'angine de poitrine se traduit par une douleur survenant derrière le sternum et apparaissant à l’effort ou lors d’une émotion. Des examens médicaux sont nécessaires pour confirmer le diagnostic : électrocardiogramme, échocardiographie, coronarographie…

Quels sont les symptômes de l’angine de poitrine ?

La douleur d'angine de poitrine

La douleur liée à l'angine de poitrine apparait, le plus souvent :

  • pendant l'effort, lors d'une marche rapide, en côte ou contre le vent ou par temps froid. Ce dernier provoque une vasoconstriction (réduction du calibre des vaisseaux) ;
  • lors d'une émotion qui fait battre le cœur plus vite et plus fort ;
  • plus rarement après un repas, pendant la digestion ;
  • parfois d'emblée la nuit ou au repos.

La douleur d'angine de poitrine est essentiellement ressentie :

  • dans la poitrine derrière le , faisant une barre ;
  • plus rarement au niveau du cou, de la mâchoire, des épaules et du bras (le plus souvent le bras gauche), de l'avant-bras avec parfois sensation de serrement au poignet et au niveau du bord externe de la main ;
  • ou encore au niveau de l'estomac.

La douleur apparaît sous la forme d'un serrement, de constriction, d'intensité variable.

Elle peut être accompagnée d'angoisse très forte, d'une gêne pour respirer ou de palpitations.

Elle diminue rapidement et disparait en moins de 5 minutes lors du repos ou en moins d'une minute lorsqu'un médicament à base de est administré. 

Elle revient lorsque la personne fait à nouveau un effort de même type.

Le trajet de la douleur d'angine de poitrine

Schéma représentant le trajet de la douleur angineuse dans le corps, en partant du centre de la poitrine, et se diffusant principalement vers le bras gauche, et dans une moindre mesure dans la gorge, l’abdomen et le bras droit

 

Consultez les informations en langage « facile à lire et à comprendre » (FALC) sur les causes de la douleur et les moyens de l’exprimer, en téléchargeant la bande dessinée La douleur (PDF), réalisée par l’association CoActis Santé dans le cadre de son projet SantéBD.

Les formes atypiques d'angine de poitrine

Angine de poitrine chez la personne âgée

Chez la personne âgée, la douleur provoquée par l'angine de poitrine est différente. Elle est souvent limitée à des signes digestifs (nausées, éructations...), à un malaise, un essoufflement ou à une fatigue. Elle peut même être silencieuse.

Diabète et angine de poitrine

Il en est de même chez la personne diabétique chez laquelle la douleur est souvent peu marquée.

Quel bilan médical en cas d’angine de poitrine ?

Le bilan de l'angine de poitrine

Le bilan d'une douleur thoracique est réalisé par le médecin traitant, en coordination avec un cardiologue.

Le médecin examine son patient et recherche l’origine cardiaque de la douleur ainsi que les facteurs de risque cardiovasculaire. Le cardiologue juge de la nécessité de poursuivre les examens cardiologiques et prescrit le bilan.

Les examens habituels comprennent :

  • un bilan sanguin (hémogramme, ionogramme, glycémie, bilan lipidique et rénal) ;
  • un électrocardiogramme (ECG) au repos, réalisé si possible pendant ou juste après un épisode douloureux d'angine de poitrine ;
  • une échocardiographie transthoracique de repos ou une IRM si l'échographie n'est pas réalisable. Elle élimine les autres causes de douleurs (anomalie d'une valve, maladie du muscle cardiaque, péricardite, fissure de l'aorte), analyse les mouvements du cœur et calcule la fraction d'éjection du ventricule gauche (recherche d'une insuffisance cardiaque).

Parfois une radiographie du thorax est prescrite si le médecin suspecte une maladie pulmonaire pouvant expliquer les symptômes (pneumonie par exemple).

Des examens spécifiques, appelés tests d'ischémie, sont réalisés de façon adaptée à chaque cas :

Qu'est-ce qu'une IRM cardiaque de stress ?

Au cours d'un effort, les se dilatent pour approvisionner le muscle cardiaque en sang et oxygène. L'IRM de stress reproduit les effets d'un effort grâce à l'injection d'un médicament vasodilatateur qui dilate les artères coronaires. Cet examen permet de déceler des rétrécissements des artères coronaires par des plaques d' et leur incapacité à se dilater sous l'effet du médicament.

Aux conditions d'examen d'une IRM s'ajoutent des précautions liées à l'utilisation d'un médicament vasodilatateur :

  • des contre-indications supplémentaires dans certains cas : asthme, ou tension artérielle basse ;
  • des précautions dans les 12 heures qui précèdent l'examen : ne pas boire de café, thé, Coca Cola, boissons énergisantes contenant de la caféine et ne pas manger de bananes ni chocolat. Ces boissons et aliments s'opposent à l'action du médicament vasodilatateur ;
  • des effets secondaires possibles lors de l'injection du produit vasodilatateur : maux de tête, bouffées de chaleur, accélération du rythme cardiaque (palpitations). Signalez ces effets.

Un scanner coronaire avec injection de produit de contraste peut également être demandé pour identifier les lésions des artères coronaires.

Si besoin, dans un deuxième temps ou en cas d'urgence, une est réalisée. Cet examen peut être nécessaire pour identifier directement les sténoses des artères coronaires (zones rétrécies). Il est pratiqué dans un bloc de cardiologie interventionnelle et nécessite l'injection d'un produit de contraste grâce à un cathéter monté jusqu'à l'entrée de l'artère coronaire gauche ou droite. Cet examen peut être complété d’un geste thérapeutique de revascularisation par avec pose de stents. Il est également indispensable avant de procéder à une revascularisation chirurgicale par des pontages coronariens.

Si cela est utile, votre médecin peut demander d'autres examens pour compléter le bilan.

La bilan de la maladie athéromateuse

Une fois le diagnostic d'angine de poitrine établi, le bilan complémentaire précise quelle maladie en est la cause : l'athérosclérose le plus souvent..

Lorsque l’angine de poitrine est due à la présence de plaques d’athérome, un bilan artériel plus complet est réalisé. Les dépôts d’athérome ne se localisent pas uniquement au niveau des artères coronaires mais peuvent se situer également sur d’autres artères.

C’est pourquoi, le médecin recherche d’éventuels symptômes d’obstruction d’autres artères par écho-doppler artériel, par exemple : obstruction des carotides, favorisant la survenue d'un AVC, des artères des jambes (artérite des membres inférieurs) ou de l'aorte.

Reconnaissance de la maladie coronarienne en affection longue durée

Le médecin traitant peut demander la reconnaissance de la maladie coronarienne au titre d'une affection de longue durée (ALD).

Les examens et les soins en rapport avec cette affection sont pris en charge à 100 %, selon les tarifs de l’Assurance Maladie.

Angine de poitrine et évolution

Selon l'évolution de la douleur, on différencie deux niveaux de gravité : l'angor (ou angine de poitrine ou maladie coronaire) stable et l'angor instable.

Angor stable ou syndrome coronarien chronique

Les douleurs sont espacées et conservent les mêmes caractéristiques au fil du temps (conditions de survenue, seuil d'apparition, intensité, durée...) sans s'aggraver. Elles répondent bien à la prise de .

Une prise en charge de la maladie coronarienne et des facteurs de risque cardiovasculaire est nécessaire. En l'absence de traitement, la maladie peut évoluer à bas bruit vers une insuffisance cardiaque.

Angor instable

L'angor est instable dans les situations suivantes :

  • l'angine de poitrine est récente, apparue rapidement et d'emblée instable. Les crises douloureuses sont fréquentes depuis moins d'un mois ;
  • les crises d'angine de poitrine sont longues de plus de 20 minutes, régressant spontanément ou non après la prise de trinitrine ;
  • l'angine de poitrine ancienne stable jusque-là s'aggrave et se déséquilibre. Les crises sont de plus en plus fréquentes ou se produisent pour des efforts minimes, après les repas lors de la digestion ou au repos en particulier la nuit. Elles sont moins sensibles au traitement par trinitrine 
  • un angor apparait dans le mois suivant un infarctus du myocarde.

Cette angine de poitrine instable est considérée comme une menace d'infarctus du myocarde (on parle de syndrome coronaire aigu) et impose une hospitalisation en milieu cardiologique.

De nombreux facteurs peuvent déstabiliser une angine de poitrine, par exemple les troubles du rythme cardiaque qui augmentent les besoins du cœur en oxygène en le faisant battre plus vite.

La douleur en cas d’angine de poitrine est-elle une urgence ?

Oui, si la douleur :

  • ne cesse pas au bout de 5 minutes malgré le repos et deux prises de trinitrine à 5 minutes d'intervalle (dans le cas d'une angine de poitrine déjà connue et traitée) ;
  • est inhabituelle, intense, durant plus de 5 minutes ou accompagnée d'autres signes (malaise, nausées...)

Il faut alors immédiatement penser à un infarctus du myocarde. Contactez aussitôt le 15 ou le 112 par téléphone.

Non, si la douleur cesse rapidement (en moins de 5 minutes) avec le repos, le calme et la trinitrine. Il faut alors le signaler au médecin traitant qui adaptera la prise en charge médicale.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15
Pompiers : 18
Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
  • Collège national des enseignants de cardiologie - Société française de cardiologie. Syndromes coronariens aigus. ECN 2019. Éditions Elsevier Masson
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Athérosclérose. Site internet : Inserm. Paris ; 2019 [consulté le 12 octobre 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Patient présentant un syndrome coronarien chronique (SCC) : Définition des indicateurs de qualité du parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 12 octobre 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide parcours de soins. Maladie coronarienne stable. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2016 [consulté le 12 octobre 2022]
  • Fédération Française de Cardiologie. L'angor (ou l'angine de poitrine). Site internet : Fédération Française de Cardiologie. Paris ; 202é [consulté le 12 octobre 2022]
  • Société Française d'Imagerie Cardiaque et Vasculaire Diagnostique et Interventionnelle. IRM de stress. Site internet : SFICV. Paris ; 2022 [consulté le 12 octobre 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire