Le traitement de l’anémie

13 novembre 2019
De nombreux cas d’anémie sont liés à un déficit en fer ou en vitamines du groupe B et ce déficit cause une insuffisance de production des globules rouges. Il est alors possible de les traiter par des apports supplémentaires. Lorsque l'anémie est très grave, une transfusion sanguine peut être nécessaire.

Anémie : réagir selon la gravité

Le traitement de l’anémie dépend du taux d’hémoglobine dans le sang et des symptômes que présente le patient.

Lorsque le taux d’hémoglobine est en dessous de 8 g/100 ml, l’anémie doit être traitée assez rapidement. En effet, elle peut entraîner des conséquences importantes. Le plus souvent, une transfusion de sang est envisagée.

En revanche, si le taux d’hémoglobine est au-dessus de 8 g/100 ml, l’anémie du patient n’est pas considérée comme dangereuse. Un traitement pour la corriger est proposé car l'anémie peut en effet avoir un fort retentissement sur la qualité de vie.

Anémie : traiter les carences en fer ou en vitamines B12 ou B9 (acide folique)

Les carences en fer, en vitamine B12 ou vitamine B9 sont les causes d’anémie les plus fréquentes.

Anémie par carence en fer

Le médecin prescrit pour traiter l'anémie par carence en ferun médicament à base de fer à prendre par la bouche et en dehors des repas. Il peut provoquer des douleurs abdominales et une coloration noire des selles sans gravité, qui disparaît à l’arrêt du traitement.

Une perfusion de fer peut être nécessaire si les pertes sont importantes ou si le traitement est mal supporté.

Anémie par carence en vitamine B12

Le traitement diffère selon la cause :

  • en cas d'anémie de Biermer, le traitement est un apport de vitamine B12 par injections intramusculaires ;
  • s’il s’agit d’une carence alimentaire, le médecin prescrit de la vitamine B12 sous forme de comprimés ou d'ampoules buvables. Cependant, ce cas est très rare. Il n’existe que dans les régimes végétaliens stricts et prolongés (excluant la viande, les œufs et les produits laitiers) ;
  • en cas de problèmes digestifs, comme les colites inflammatoires (maladie de Crohn, maladie cœliaque), le traitement repose également sur des comprimés ou d'ampoules buvables de vitamine B12.

Anémie par carence en vitamine B9 ou folates

La carence en vitamine B9 (ou folates ou acide folique), en cause dans l'anémie, est généralement d’origine alimentaire. En effet, les folates sont naturellement présents dans un grand nombre d’aliments. Une alimentation variée assure un apport suffisant pour l'organisme.

La consommation plus importante de certains aliments riches en folates : foie, légumineuses cuites, épinards, asperges, abats de volaille, riz complet, etc.) est souvent nécessaire en cas de carence. Le médecin peut également prescrire des comprimés d’acide folique.

Chez la femme enceinte, une supplémentation est systématiquement prescrite dans le cadre du suivi mensuel de la grossesse car ses besoins en vitamine B9 sont augmentés, surtout dans les premières semaines.

Soigner la maladie à l'origine de l'anémie

Dans certains cas, l’anémie est due à la prise d'un médicament. Celui-ci est arrêté si possible et remplacé.

L'anémie peut être associée à une autre maladie. Celle-ci doit être traitée.

  • Lorsque l’anémie est due à un manque de fer, le médecin en recherche la cause de façon à la traiter : alimentation végétarienne mal équilibrée, saignement gynécologique (règles très abondantes, fibrome utérin...), saignements digestifs (rectorragies, rectocolite hémorragique, ulcère gastroduodénal, polypes du colon...), etc.
  • Si la personne souffre d’une maladie inflammatoire chronique (polyarthrite rhumatoïde par exemple), celle-ci doit être soignée pour réduire les symptômes de l’anémie inflammatoire.
  • En cas de maladie rénale chronique, le médecin recherche d’abord s’il existe une carence en fer. Ensuite, il peut prescrire des injections d’érythropoïétine (ou EPO). Cette hormone naturellement fabriquée par le rein stimule la moelle osseuse pour fabriquer des globules rouges.
  • Dans le cas des anémies hémolytiques, il n’existe pas de traitement spécifique. Un traitement par corticoïdes peut être indiqué pour l’anémie hémolytique auto-immune.
  • Il n'existe pas de traitement spécifique pour la ou la thalassémie.

Certaines formes d’anémies graves et chroniques sont prises en charge à 100 % pour les soins en rapport avec l’affection. Parlez-en à votre médecin traitant.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide affection de longue durée. Syndromes thalassémiques majeurs et intermédiaires. Site internet : HAS. Saint-Denis La plaine (France) ; 2008 [consulté le 16 septembre 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide parcours de soins. Maladie rénale chronique de l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La plaine ; 2012 [consulté le 16 septembre 2019]
  • Institut national du cancer. L'anémie. Site internet : Inca. Boulogne Billancourt (France) ; 2017 [consulté le 16 septembre 2019]
  • National Health service (NHS). Anaemia, vitamin B12 or folate deficiency. Site internet : NHS. Londres ; 2019 [consulté le 16 septembre 2019]
  • Orphanet, ed. L'anémie hémolytique auto-immune. In : Encyclopédie Orphanet grand public. Site internet : orphanet. Paris ; 2009 [consulté le 16 septembre 2019]
  • Orphanet, ed. L'alpha-thalassémie. In : Encyclopédie Orphanet grand public. Site internet : orphanet. Paris ; 2010 [consulté le 16 septembre 2019]
  • Orphanet, ed. La bêta-thalassémie. In : Encyclopédie Orphanet grand public. Site internet : orphanet. Paris ; 2008 [consulté le 16 septembre 2019]
  • Orphanet, ed. La drépanocytose. In : Encyclopédie Orphanet grand public. Site internet : orphanet. Paris ; 2011 [consulté le 16 septembre 2019]