Les symptômes et le diagnostic de l’anémie par carence en fer

02 juin 2017
L’anémie par carence en fer est souvent asymptomatique. Si elle s’accentue, elle provoque une fatigue, un essoufflement, des maux de tête... Le diagnostic est posé grâce à un bilan sanguin. Le médecin recherche la cause de cette anémie par carence en fer : régime alimentaire inadapté, saignement visible ou invisible...

Des symptômes révélateurs en cas d’anémie importante

L’anémie par carence en fer est souvent bien tolérée par le corps, et n’entraîne aucun symptôme lorsqu’elle débute, car elle s’installe très progressivement. Elle peut alors être révélée par un bilan sanguin réalisé pour un autre motif.

Toutefois, si la baisse du taux d’hémoglobine devient plus importante, divers symptômes peuvent apparaître :

  • des signes propres à l’anémie : pâleur, fatigue, essoufflement à l’effort, maux de tête, sensation de "tête qui tourne", vertiges, étourdissements, faiblesse en se levant d’une chaise ;
  • des signes caractéristiques du manque de fer : peau et cheveux secs, ongles cassants.

La consultation médicale en cas d’anémie par carence en fer

En cas de signes d’anémie, une consultation auprès de son médecin traitant est indispensable. Après avoir examiné son patient, le médecin prescrit un bilan sanguin pour établir le diagnostic d’anémie en fer.

Le bilan sanguin

Appelé "numération formule sanguine" (NFS) ou "hémogramme", cet examen permet de faire le diagnostic d'anémie et d'en préciser les caractéristiques.

Le taux d'hémoglobine ou "Hb"

Chez l’adulte, le taux d'hémoglobine varie en fonction du sexe et des périodes de la vie :

  • 130 grammes par litre de sang (ou g/l) chez l’homme ;
  • 120 g/l chez la femme ;
  • 105 g/l chez la femme enceinte (à partir du second trimestre de grossesse).

Chez l’enfant, la quantité normale d’hémoglobine change à chaque étape de la croissance :

  • 150 à 180 g/l chez le nouveau-né ;
  • 115 g/l entre un et deux mois ;
  • 105 g/l de deux mois à 1 an ;
  • 115 g/l de 1 an à la puberté.

Le taux d'hémoglobine est révélateur d’une anémie lorsqu’il est inférieur à certaines valeurs normales précisées ci-dessus.

Le volume globulaire moyen ou "VGM"

C’est le volume moyen des globules rouges (ou hématies), exprimé dans une unité nommée "femtolitre" (fl). Normalement, il est compris entre 80 et 100 fl. S’il est inférieur à 80 fl, il peut confirmer le diagnostic d’anémie microcytaire.

La concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine ou "CCMH"

C’est la quantité d’hémoglobine présente dans les globules rouges. La concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH) est basse, inférieure à 32 g par dl.

Le taux de réticulocytes

La moelle osseuse produit constamment des globules rouges qui passent dans le sang. Les réticulocytes sont les globules rouges récemment produits par la moelle. La mesure du taux de réticulocytes permet de savoir si la production de globules rouges est normale.

D’ordinaire, le taux est proche de 75 000 réticulocytes par millimètre cube (mm3) de sang, soit environ 1,5 % du nombre total de globules rouges. En le mesurant chez une personne dont le taux d’hémoglobine a chuté, on peut mieux déterminer le type d’anémie dont souffre ce patient :

  • un taux supérieur à 120 000 réticulocytes/mm3 correspond à une anémie régénérative. Cela signifie que le corps fabrique davantage de globules rouges pour compenser la chute du taux d’hémoglobine ;
  • un taux inférieur à 60 000 réticulocytes/mm3 révèle une anémie arégénérative. Ce taux de réticulocytes bas signifie que l’organisme n’est pas capable de fabriquer les globules rouges manquants suite à la baisse du taux d’hémoglobine. C’est la situation qui se présente le plus souvent en cas d’anémie ferriprive.

Dosage de la ferritine

Pour vérifier que l’anémie est bien due à une insuffisance de fer, le médecin demande aussi un dosage de la ferritine (protéine assurant le stockage du fer) présente dans le sang. Le taux normal est compris entre 20 et 400 nanogrammes par millilitre (ng/ml) de sang (selon l’âge et le sexe du patient, et la technique de dosage utilisée). Une quantité de ferritine inférieure révèle une carence en fer.

Dosage du fer sérique et de la transferrine

Dans certaines situations, un dosage du fer sérique (présent dans le sang) associé à un dosage de la transferrine (transporteur plasmatique du fer) est demandé.

Le bilan après diagnostic

Une fois confirmé le diagnostic d’anémie par carence en fer, le médecin traitant recherche la cause de cette affection.

Il interroge son patient d’abord sur son alimentation (ou celle de son enfant si c’est lui qui est anémié) pour savoir si ses apports ferreux sont suffisants.

Si l’alimentation n’est pas en cause, il demande un bilan complémentaire afin d’identifier les facteurs entraînant des pertes sanguines visibles ou invisibles :

  • recherche de sang dans les selles, les urines ;
  • examen gynécologique ;
  • digestive haute ;
  • coloscopie...

Un avis médical spécialisé est souvent nécessaire auprès d'un gynécologue , d'un gastro-entérologue, d'un urologue...

Sources
  • Société française d'hématologie. anémie par carence en fer. Site internet : Campus d'hématologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010 [consulté le 12 juin 2014]
  • Robert D, Baker FR, Greer and the Committee on nutrition. Diagnosis and prevention of iron deficiency and iron-deficiency anemia in infants and young children (0-3 years of age). Pediatrics. 2010;126(5):1040-50
  • Haute Autorité de santé (HAS). Choix des examens du métabolisme du fer en cas de suspicion de carence en fer. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 24 mai 2017]