Comprendre l’anémie par carence en fer

07 juin 2017
L’anémie se définit par un taux d’hémoglobine dans le sang inférieur aux valeurs normales. L’anémie par carence en fer est liée à un manque ou une mauvaise utilisation du fer par l’organisme.

Les seuils de l’anémie

L’anémie est définie par un taux anormalement bas d’hémoglobine. Cette substance est présente dans les globules rouges du sang. Elle leur permet de transporter l’oxygène vers tous les organes du corps.

L’anémie survient quand le taux d’hémoglobine dans le sang est inférieur aux valeurs normales.

Chez l’adulte, ce taux varie en fonction du sexe et des périodes de la vie :

  • 130 grammes par litre de sang (ou g/l) chez l’homme ;
  • 120 g/l chez la femme ;
  • 105 g/l chez la femme enceinte (à partir du second trimestre de grossesse).

Chez l’enfant, la quantité normale d’hémoglobine change à chaque étape de la croissance :

  • 150 à 180 g/l chez le nouveau-né ;
  • 115 g/l entre un et deux mois ;
  • 105 g/l de deux mois à 1 an ;
  • 115 g/l de 1 an à la puberté.

L’anémie par carence en fer (dite aussi anémie martiale ou anémie ferriprive) est due à un manque de fer indispensable à la fabrication de l'hémoglobine. La carence en fer provoque donc une diminution de la fabrication de l’hémoglobine au niveau de la moelle osseuse.

Dans le monde, plus d’1,5 milliard d’êtres humains souffrent d’une carence en fer

Il s’agit surtout d’enfants et d’adolescents, de femmes enceintes ou en âge de procréer.

En France, 25 % des femmes non ménopausées présentent un déficit en fer, et 5 % une anémie. Chez l’homme et le sujet âgé, ces affections sont moins fréquentes.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Les causes de l’anémie par carence en fer

L’anémie par carence en fer est principalement due soit à des pertes de sang soit à un manque de fer dans l’alimentation quotidienne. Les troubles d'absorption du fer par le tube digestif sont plus rares.

Des pertes sanguines

Chez l’adulte, l'anémie est le plus souvent causée par :

  • des pertes sanguines invisibles dues à des saignements faibles mais prolongés (90 % des cas) d’origine gastro-intestinale (ulcère gastro-duodénal, polypes du colon, cancer colo-rectal...), gynécologique (fibrome de l'utérus...), urologique (cancer de vessie...) ;
  • des pertes sanguines visibles gastro intestinales (coloration noire des selles ou rectorragie par exemple), gynécologiques (par exemple, règles très abondantes et/ou longues)...

Ces saignements sont favorisés par la prise de certains médicaments et en particulier par la prise d'anticoagulants ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Un apport insuffisant de fer dans l’alimentation

L’anémie peut aussi être due à un apport insuffisant de fer dans l’alimentation, par rapport aux besoins du corps. Ceux-ci sont particulièrement importants pour deux catégories de population.

Chez les enfants de 6 mois à 5 ans

Dans cette tranche d’âge, la croissance rapide, en particulier jusqu’à 3 ans, nécessite des quantités de fer importantes. La carence est fréquente chez les nourrissons de 6 à 18 mois. En effet, ils grandissent particulièrement vite et leur alimentation n’est pas encore pleinement diversifiée, d’où des apports en fer parfois insuffisants. Le manque de fer peut alors retentir sur leur développement psychomoteur et leurs défenses immunitaires.

Chez les femmes enceintes

Les besoins en fer augmentent considérablement avec la croissance du fœtus et du et l’augmentation importante du volume sanguin. Les femmes enceintes sont particulièrement touchées par une carence en fer, surtout en fin de grossesse, et plus particulièrement en cas de naissances multiples.

Par ailleurs, une insuffisance d’apport en fer peut être liée à l’alimentation en cas de régime végétarien ou végétalien strict.

Une mauvaise absorption du fer par le tube digestif

Plus rarement, l’anémie est due à une mauvaise absorption du fer par le tube digestif, en raison d’une affection touchant la paroi digestive (ex. : maladie de Crohn, maladie cœliaque).

Une mauvaise utilisation du fer par l'organisme en cas de maladie inflammatoire

L’utilisation du fer pour la fabrication des globules rouges peut être perturbée du fait de mécanismes inflammatoires observés dans les situations d’infections, de cancers, de maladies inflammatoires chroniques. Dans ce cas, il s’agit donc d’une anémie par mauvaise utilisation du fer mais sans carence vraie.

Sources
  • Société française d'hématologie. Anémie par carence martiale. Site internet : Campus d'hématologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010 [consulté le 24 mai 2017]
  • Robert D, Baker FR, Greer and the Committee on nutrition. Diagnosis and prevention of iron deficiency and iron-deficiency anemia in infants and young children (0-3 years of age). Pediatrics. 2010;126(5):1040-50
  • National health service (NHS). Iron deficiency anaemia. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 24 mai 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Choix des examens du métabolisme du fer en cas de suspicion de carence en fer. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 24 mai 2017]