Dénutrition : la repérer rapidement

15 octobre 2021
Vous avez maigri ou l’un de vos proches s’alimente mal et perd du poids. Comment savoir s’il s’agit de dénutrition ? Un examen médical est nécessaire. L’IMC ou la courbe staturopondérale chez l’enfant sont déterminants. Un bilan biologique est souvent nécessaire.

Comment repérer un amaigrissement et les premiers signes de dénutrition ?

Il est important de savoir reconnaître rapidement les symptômes de dénutrition pour y remédier avant leur aggravation. Ces symptômes peuvent vous concerner ou toucher une personne de votre entourage, y compris un enfant et un adolescent.

Des prises alimentaires de plus en plus restreintes

  • Vous, ou la personne concernée, mangez moins que d’habitude et cela dure depuis plusieurs semaines : faites le point sur l’ensemble des repas et essayez d’évaluer l’importance de la diminution de la prise alimentaire.
  • Essayez d’en retrouver la cause : perte d’appétit ou difficultés à mâcher ou à avaler, fatigue, douleurs prolongées, troubles digestifs…

Un amaigrissement

  • Vous, ou la personne concernée, avez perdu du poids involontairement au cours des trois derniers mois : les vêtements deviennent trop larges, la ceinture doit être serrée d’un cran supplémentaire.
  • Essayez d’évaluer le nombre de kilos perdus en comparant le poids actuel aux mesures antérieures.
Dépister au plus tôt la dénutrition en se pesant régulièrement

La perte d'appétit et l'amaigrissement passent souvent inaperçus au début. Pour savoir si vous maigrissez, prenez l'habitude de vous peser tous les mois.

Si vous notez une perte de 2 kilos en un mois ou de 4 kilos au cours des 6 derniers mois, parlez-en à votre médecin.

Une situation favorisant la dénutrition

Perte d’appétit, diminution de l’alimentation et amaigrissement doivent alerter et ce surtout s’ils sont accompagnés :

  • de difficultés à se déplacer,
  • d’isolement,
  • de tristesse,
  • d’une maladie dans les trois derniers mois,
  • d’une hospitalisation…
Attention à la dénutrition chez l’enfant et le jeune
  • Si votre enfant s’alimente mal, si vous trouvez qu’il ne grossit pas, n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou votre pédiatre.
  • L'anorexie mentale s’installe progressivement. Soyez vigilant si votre adolescent(e) mange progressivement de moins en moins. L’anorexie est la première cause de dénutrition chez le jeune.
  • Bien que le poids reste correct, la boulimie peut être responsable d’une dénutrition ou malnutrition avec des carences en vitamines, en acide folique... en raison des vomissements répétés.
  • Les addictions aux substances non médicamenteuses chez le jeune s’accompagnent souvent d’une alimentation insuffisante et peuvent être source de dénutrition.

Dénutrition : diagnostic grâce à l'examen du médecin

Un entretien avec son patient

Le point sur les difficultés d'alimentation

Le médecin fait le point avec la personne concernée sur son alimentation en lui posant quelques questions :

  • Prenez-vous habituellement un petit-déjeuner, un déjeuner et un dîner? Sinon, combien de repas faites-vous par jour ?
  • Chaque jour consommez-vous :
    • des produits laitiers (lait, fromage, yaourt) ?
    • de la viande, du poisson, de la volaille ou des œufs ?
    • des fruits et légumes ?
    • des céréales et légumineuses ?
  • Quelle quantité de liquide (eau, jus, café, thé, lait) buvez-vous par jour ?
  • Comment prenez-vous vos repas ?
    • Seul avec ou sans difficulté,
    • Avec de l’aide pour préparer le repas ou pour manger,
  • Avez-vous envie de manger ?
  • Avez-vous des troubles digestifs : difficultés à mastiquer, à avaler, à digérer, diarrhée, constipation, etc.
Qu’est-ce qu’un vrai repas ?

On considère comme vrai repas :

  • un repas pris assis,
  • qui comprend plus de deux aliments ou plats.

Par exemple, manger des pommes de terre, des légumes et de la viande est considéré comme un vrai repas, tout comme manger un œuf, du pain et un fruit.

Le point sur ses activités

  • Etes-vous fatigué ?
  • Pouvez-vous sortir comme avant ?
  • Avez-vous de l’intérêt pour vos activités et les avez-vous réduites ?
  • Avez-vous modifié votre activité physique ?

Le point sur son état de santé général

  • Avez-vous été malade récemment ou êtes-vous suivi pour une maladie ?
  • Vous sentez-vous démoralisé ?
  • Avez-vous des douleurs ?
  • Avez-vous des difficultés à vous déplacer, à couper les aliments ?

L’examen médical

Il permet de faire le diagnostic de dénutrition

En cas de dénutrition, le tissu de graisse normalement observé sous la peau est absent et les muscles perdent de leur volume. La fonte musculaire est évaluée au niveau des fesses, des cuisses et également au niveau des bras par la mesure du périmètre du bras.

La peau peut être sèche fine, peu élastique et les cheveux sont cassants et ont perdu de leur vitalité.

En cas de manque de minéraux (fer, zinc, magnésium…), la personne peut ressentir des crampes, des fourmillements.

En cas de rétention d’eau et de sel, des œdèmes au niveau des pieds sont présents.

L’examen de la bouche est essentiel pour évaluer les éventuelles difficultés à mastiquer et à avaler.

Pour poser le diagnostic de dénutrition, le plus important est la mesure de la taille et la prise répétée du poids.

Le médecin note les poids antérieurs pour calculer la perte de poids sur une durée de 1 à 6 mois. En effet, pour parler de dénutrition, il faut qu'il y ait perte de poids. Ainsi, les personnes maigres ayant un IMC inférieur aux normes, mais stable sur plusieurs années, avec une force musculaire conservée, ne sont pas dénutries mais présentent une maigreur constitutionnelle.

S’il s’agit de votre enfant, le médecin analyse les courbes staturopondérales du carnet de santé.

À partir du poids et de la taille de son patient, le médecin calcule l’IMC ou Indice de Masse Corporelle (poids divisé par la taille au carré). L’IMC est utilisé comme un indicateur du poids optimal pour une taille.

Le médecin demande en général des examens biologiques réalisés par prise de sang :

  • dosage de l’albuminémie (un taux bas est en faveur d’une dénutrition)
  • analyse du fonctionnement du foie, des reins…
  • recherche d’un état inflammatoire.

Calculer votre IMC - Indice de masse corporelle

cm
kg

Votre IMC : -
Corpulence normale (18.5 < IMC < 25)
Poids compris entre

Quels sont les critères retenus pour parler de dénutrition ?

Chez l’enfant et l’adolescent

Le diagnostic de dénutrition est évoqué si l’un des critères suivants est présent :

  • Perte de poids supérieur ou égal à 5 % en un mois ou supérieur ou égal à 10 % en 6 mois ou depuis le début de la maladie,
  • IMC inférieur à 18, 5,
  • Stagnation du poids avec poids situé 2 couloirs en dessous du couloir habituel de l’enfant (courbe de poids),
  • Réduction de la masse et / ou de la fonction musculaire, si possible.

Le suivi du poids et de la taille est nécessaire à chaque consultation. La dénutrition se traduit par la cassure de la courbe de croissance pondérale et/ou staturale.

D’où l’importance du suivi de l’enfant et de l’adolescent tout au cours de sa croissance.

Chez l’adulte de moins de 70 ans

Le diagnostic de dénutrition est évoqué si l’un des critères suivants est présent :

  • Perte de poids supérieur ou égal à 5 % en un mois ou supérieur ou égal à 10 % en 6 mois ou depuis le début de la maladie,
  • IMC inférieur à 18, 5 kg/m2,
  • Réduction de la masse musculaire et de la force musculaire qui peut être évaluée par la vitesse de marche, la force de préhension par dynamomètre…

Chez les personnes de plus de 70 ans

Le diagnostic de dénutrition est évoqué si l’un des critères suivants est présent :

  • Perte de poids supérieur ou égal à 5 % en un mois ou supérieur ou égal à 10 % en 6 mois ou depuis le début de la maladie,
  • IMC inférieur à 21 kg/m2,
  • Dosage sanguin de l’albumine inférieur à 35 g/ L,
  • Calcul d’indices nutritionnels : le médecin peut utiliser par ex le Mini Nutitional Assessment MNA . Un score global obtenu inférieur à 17 est en faveur d’une dénutrition.

La mesure du poids des personnes âgées doit être est régulière et faite à chaque consultation.

Le médecin évalue la sévérité de la dénutrition en fonction des chiffres relevés.

Les personnes en surpoids ou obèses peuvent-elles être dénutries ?

Oui, on peut être en surpoids ou obèse et dénutri.

En effet, l’amaigrissement se traduit par une fonte musculaire, mais celle-ci est masquée par la encore présente sous la peau. Cela aboutit à une personne qui perd rapidement du poids, mais dont l’apparence physique peut rester normale, voire « grosse » (l’IMC reste alors élevé supérieur à 25). Même si cela parait paradoxal, on peut donc être à la fois obèse et dénutri.

  • Haute Autorité de santé - Fédération française de nutrition. Diagnostic de la dénutrition de l’adulte et de l’enfant. Site : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 14 octobre 2021]
  • Haute Autorité de santé. Diagnostic de la dénutrition de la personne âgée. Note de cadrage. Site : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2020  [consulté le 14 octobre 2021]
  • Collège des enseignants de nutrition. Dénutrition chez l’adulte et l’enfant. ECN 2019. 3ème édition Elsevier Masson
  • Collectif de Lutte contre la dénutrition. La dénutrition, c’est quoi ? Site internet : Lutte contre la dénutrition. Grenoble (France) ; 2019 [consulté le 14 octobre 2021]
  • Crenn P. Reconnaître et traiter la dénutrition. Site : Association de formation médicale continue en hépato-gastro-entérologie. Paris ; 2011 [consulté le 14 octobre 2021]
  • National Health service. Malnutrition. Site internet NHS. Londres ; 2020 [consulté le 14 octobre 2021]
  • Organisation mondiale de la santé. Malnutrition. Site internet : Who.int. Genève (confédération helvétique) ; 2021 [consulté le 14 octobre 2021]
  • Assurance retraite, CNRACL, MSA et Santé publique France. Les bienfaits d’une alimentation équilibrée. Site internet : Pour bien vieillir. Paris ; 2020 [consulté le 14 octobre 2021]