Les symptômes et le diagnostic de l'allergie

03 avril 2017
Les réactions allergiques provoquent des symptômes très variés selon l'origine de l’allergène (aérien, alimentaire, médicamenteux…) et l’âge de la personne. L’examen médical est nécessaire pour déterminer l'origine de l’allergie et la nature des tests à réaliser pour trouver l’allergène responsable.

Les symptômes de l'allergie aérienne

On reconnaît l'allergie immédiate à la rapidité d'apparition de ses symptômes. Ceux-ci se manifestent de quelques minutes à 2 ou 3 heures après le contact avec l' .

L'allergie aérienne peut se manifester par :

  • une rhinite allergique : crises d'éternuements et nez qui coule ou se bouche régulièrement, démangeaisons au niveau des narines. La rhinite allergique la plus connue est le « rhume des foins ». Celui-ci est dû aux pollens de . Il survient chaque année, toujours pendant l'été. D’autres allergènes peuvent être en cause dans la rhinite allergique : moisissures, poils d’animaux… ; dans ce cas, elle n’a pas de caractère saisonnier ;
  • une conjonctivite : les deux yeux rougissent et larmoient, entraînant des difficultés à supporter la lumière. Les lentilles de contact aggravent ces symptômes ;
  • une crise d'asthme avec gêne respiratoire, accompagnée de sifflements pulmonaires et d'un essoufflement, associés ou non à une toux.

Les symptômes des allergies alimentaires

Les allergies alimentaires touchent environ 4,7 % des enfants et 3,2 % des adultes en France. Les aliments responsables et les symptômes varient en fonction de l'âge. Toutefois, le délai d'apparition des symptômes est le même pour tous : il est souvent rapide (de quelques minutes à 2 heures après l'ingestion de l'aliment).

Les allergies alimentaires ne doivent pas être confondues avec l’intolérance alimentaire (intolérance au gluten, intolérance au lactose par ex). Contrairement aux symptômes allergiques qui surviennent rapidement après l'ingestion de l'aliment en cause, ceux de l'intolérance au lactose ou au gluten apparaissent progressivement et s'installent dans la durée.

La disparition de certaines allergies alimentaires

Chez l'enfant, certaines allergies alimentaires liées au lait et à l'œuf disparaissent avec l'âge. Quant à l'allergie due à l'arachide, elle guérit dans 20 % des cas.

Les symptômes peuvent varier en fonction de l’âge de la personne allergique.

Les symptômes des allergies alimentaires sont variés. Il peut s'agir :

  • d'une rhinite et d'un asthme ;
  • de poussées d'eczéma atopique. Fréquentes entre la naissance et un an (80 % des cas), elles concernent seulement 4 % des enfants après l'âge de 15 ans. Ces poussées d'eczéma se manifestent par une peau sèche, rouge et des démangeaisons pouvant devenir chroniques.
    • Si l'un des deux parents a un eczéma atopique, le risque pour l'enfant d'en avoir aussi est de 30 % environ.
    • Si les deux parents ont un eczéma, le risque pour l'enfant est de 50 à 70 % ;
  • d'une urticaire localisée ou généralisée ;
  • de troubles digestifs. Certains signes doivent vous alerter, surtout en cas de terrain héréditaire. L'allergie alimentaire est recherchée si votre nourrisson ou votre jeune enfant a :
    • des douleurs abdominales associées à des coliques et des pleurs fréquents. À noter : il n'existe pas d'allergie au lait maternel,
    • des vomissements et des diarrhées qui entraînent une perte de poids parfois importante,
    • un reflux gastro œsophagien,
    • une constipation ;
  • et beaucoup plus rarement d'un .

Les symptômes des allergies alimentaires sont plus importants que chez l'enfant. L'allergie peut se manifester par :

  • un syndrome oral : il se caractérise par des démangeaisons au niveau du palais, de la gorge et d'un gonflement des lèvres. Ce syndrome apparaît souvent après la consommation de certains fruits crus ;
  • des troubles digestifs : douleurs abdominales, diarrhée ;
  • un œdème de Quincke, un . Ce dernier est beaucoup plus fréquent chez l’adulte que chez l'enfant. Il se produit après l’ingestion d'aliments allergènes (contenant le plus souvent de la farine de blé et/ou des épices), suivi d'une activité sportive (jogging, endurance, danse, etc.)

Le touche les systèmes :

En l'absence d'un traitement d'urgence adapté (injection d'adrénaline en intra-musculaire) et d'une hospitalisation, le comporte un risque vital. Les personnes à risque (celles qui ont été confrontées à un précédent choc, moins grave) sont, en général, bien renseignées sur leur maladie. Elles savent comment agir quand les premiers symptômes apparaissent et disposent du traitement.

Le diagnostic des allergies

Lors d'un interrogatoire minutieux, le médecin traitant :

  • recherche des antécédents allergiques déjà connus, personnels ou dans la famille du patient ;
  • analyse les symptômes et leur délai d'apparition par rapport au contact avec l' , ainsi que la fréquence des manifestations allergiques ;
  • essaie de définir la nature de l' responsable.

Cet interrogatoire et l'examen médical permettent ensuite de décider, si nécessaire, de la nature des tests à effectuer en fonction du mécanisme responsable de l'allergie.

Les tests permettant de confirmer et de déterminer les allergènes responsables sont, selon les cas :

  • des tests cutanés ;
  • un dosage dans le sang d'anticorps IgE ;
  • des tests de provocation aux allergènes.
En cas d’aggravation de votre allergie

Certains signes doivent vous alerter sur l'aggravation de votre allergie.

Vous devez consulter votre médecin si :

  • la fréquence des symptômes augmente ou si de nouveaux signes apparaissent ;
  • vous faites un malaise ou une après un repas.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Conseil européen de l'information sur l'alimentation (EUFIC). L'allergie et l'intolérance alimentaire. Site internet : EUFIC. Bruxelles ; 2006 [consulté le 7 octobre 2015]
  • Vervloet D, Magnan A. Traité d'allergologie. Paris : Médecine-Sciences Flammarion ; 2003.
  • Société française de dermatologie (SFD). La dermatite atopique. Site internet : Dermato info. Paris ; 2015 [consulté le 7 octobre 2015]
  • Larcan A, Moneret-Vautrin A. Prise en charge des urgences allergiques sévères. Bull Acad Natle Méd. 2009;193(9):2087-92.
  • Haute Autorité de santé (HAS). Indication du dosage des IGE spécifiques dans le diagnostic et le suivi des malades allergiques. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2005 [consulté le 7 octobre 2015]