Allergies alimentaires : définition, symptômes et évolution

03 avril 2017
En cas d’allergie à un aliment (œuf, lait, poisson, etc.), le système immunitaire réagit par des manifestations inflammatoires de survenue brutale. À tout âge, l’allergie alimentaire peut causer des symptômes respiratoires, cutanés ou digestifs. Un choc anaphylactique peut également survenir.

Qu'est-ce que l'allergie alimentaire ?

L’allergie alimentaire est un ensemble de réactions immunitaires anormales (cutanées, digestives, etc.), survenant après l’ingestion d’un aliment particulier. Celui-ci, normalement inoffensif pour l’organisme, est alors appelé " " ou "trophallergène" (terme désignant un ingéré).

Ce type d’allergie se déclare au niveau de la paroi du tube digestif, en deux temps :

  1. Un premier contact avec l’allergène reste sans symptôme. Toutefois, il entraîne une sensibilisation à l’aliment en cause, et la production d’anticorps dirigés contre lui (immunoglobulines E surtout). Ceux-ci se fixent sur les mastocytes (cellules participant à la défense de l’organisme).
  2. Lors d’un second contact avec l’allergène, les mastocytes sont stimulés. Ils libèrent alors des substances comme l’histamine, causant des signes inflammatoires (ex. : rhinite, eczéma).

En Europe, l’allergie alimentaire progresse. Elle toucherait 6 % des enfants, et plus de 3 % des adultes.

Il ne faut pas confondre intolérance alimentaire et allergie alimentaire

Il existe des affections parfois confondues avec une réaction allergique. Par exemple :

  • L'intolérance au lactose (sucre présent dans le lait), qui provoque gaz, douleurs abdominales et diarrhées et l'intolérance au gluten ou "maladie cœliaque", qui peut également causer des troubles digestifs. Contrairement aux symptômes allergiques qui surviennent immédiatement après l'ingestion de l'aliment en cause, ceux de l'intolérance au lactose ou au gluten apparaissent progressivement et s'installent dans la durée.
  • Les symptômes liés à des aliments riches en ou en tyramine. Ces substances se trouvent en abondance dans de nombreux aliments comme le poisson, les fromages fermentés, les salaisons ou dans le chocolat. En cas d’insuffisance de certaines , ces substances s’accumulent dans l’organisme et peuvent provoquer des symptômes voisins de ceux de l’allergie, souvent cutanés comme l’eczéma voire, moins fréquemment, respiratoires (comme un asthme).

Quels sont les produits pouvant déclencher une allergie alimentaire ?

En fonction des recherches scientifiques les plus récentes, la liste des allergènes identifiés est révisée régulièrement. Outre des aliments, elle comprend des dérivés et additifs alimentaires. La présence de ces substances dans les produits commercialisés est mentionnée sur leurs étiquettes. C’est pourquoi il est important de les lire attentivement en cas d’allergie.

Par ailleurs, l’aliment responsable d’une allergie change souvent selon le profil de la personne (habitudes alimentaires, âge).

Les allergènes les plus souvent en cause sont :

  • l'œuf,
  • l'arachide,
  • les protéines du lait de vache (le lait maternel ne provoque pas d’allergie),
  • la moutarde,
  • le poisson,
  • les fruits à coque,
  • le gluten.

Les allergies alimentaires sont souvent liées à la consommation de :

  • certains fruits (pomme, poire, prune, pêche, abricot, fraise, kiwi),
  • poissons, crustacés et/ou mollusques,
  • gluten,
  • soja,
  • mais aussi céleri, moutarde, sésame, lupin.

Selon les habitudes alimentaires, d'autres allergies sont possibles : noix exotiques (pécan, macadamia, cajou), sarrasin, millet, quinoa, lait de chèvre et de brebis, fruits exotiques, produits de la ruche (propolis, gelée royale)...

Il existe aussi des (pouvant être déclenchées par deux substances différentes qui contiennent les mêmes éléments allergènes). Par exemple, une personne peut être allergique à la fois au pollen de bouleau et à la pomme (renfermant tous deux des protéines dites "PR 10").

Les symptômes de l'allergie alimentaire

L’allergie alimentaire se manifeste différemment chez l’enfant et chez l’adulte. Certains symptômes nécessitent des soins urgents.

Ils sont variés, puisqu’il peut s'agir :

  • d'une rhinite ;
  • d'un asthme ;
  • d'une urticaire localisée ou généralisée, parfois associée à un œdème ;
  • de poussées d’eczéma atopique. L’eczéma atopique est très fréquent en cas d’allergie alimentaire. Entre la naissance et un an, 80 % des enfants allergiques à un aliment déclarent des manifestations de ce type. Après l’âge de 15 ans, seulement 4 % d’entre eux restent concernés ;
  • de troubles digestifs peu significatifs devant lesquels il faut penser à une réaction allergique surtout si l’un des parents est allergique (hérédité) :

L'allergie de l’adulte peut se manifester par :

  • un syndrome oral (démangeaisons au niveau du palais et de la gorge, gonflement des lèvres), apparaissant souvent après la consommation de fruits crus allergènes ;
  • une urticaire ;
  • une crise d’asthme ;
  • une rhinite allergique ;
  • des manifestations digestives (douleurs abdominales ou diarrhées).

Dans certains cas d’allergie alimentaire accentuée, des symptômes nécessitant des soins urgents peuvent aussi apparaître :

  • un œdème pharyngé ou laryngé (aussi appelé "œdème de Quincke") ;
  • une crise d’asthme importante ;
  • un choc anaphylactique ; il est beaucoup plus fréquent chez l’adulte. Il se produit après l’ingestion d'aliments allergènes (contenant le plus souvent de la farine de blé et/ou des épices), suivie d'une activité sportive (jogging, endurance, danse, etc.), l'effort révélant l'allergie alimentaire.

Qu’est-ce qu’un choc anaphylactique ?

C’est la réaction allergique la plus forte, comportant un risque vital. Elle touche tout l’organisme, à savoir les systèmes :

Le demande un traitement d'urgence adapté, à savoir une injection intramusculaire d'adrénaline (substance augmentant le rythme cardiaque et la pression artérielle, et dilatant les bronches) et une hospitalisation.

Les patients à risque ont souvent déjà subi un choc moins important. Généralement, ils savent comment agir en cas de symptômes et conservent sur eux un traitement d’urgence (dose d’adrénaline auto-injectable).

Comment peut évoluer une allergie alimentaire ?

L’évolution de cette affection dépend de l’aliment en cause :

  • si le lait de vache déclenche une réaction chez un bébé, l’allergie disparaît dans 80 % des cas vers l’âge d’un à deux ans ;
  • si l’œuf est responsable de cette pathologie, celle-ci guérit d’elle-même chez 60 % des enfants concernés autour de trois ans ;
  • lorsque l’arachide, les oléagineux, les poissons et/ou les crustacés causent une réaction allergique, celle-ci disparaît beaucoup moins fréquemment.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Nancey S. L’allergie alimentaire et digestive chez l’adulte. Gastroenterol Clin Biol. 2005;(29):255-265.
  • Bidat E. Allergie alimentaire de l’enfant. Archives de Pédiatrie. 2006;(13):1349-1353.
  • Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). Programme national Nutrition Santé–Allergies alimentaires : connaissances, clinique et prévention. Site internet : mangerbouger.fr. Paris ; 2004 [consulté le 20 juin 2016]
  • CHU de Lyon-Sud. Allergie aux aliments et aux médicaments. Site internet : chu-lyon.fr. Lyon (France) ; 2012 [consulté le 20 juin 2016]
  • Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Allergènes alimentaires. Site internet : economie.gouv.fr. Paris ; 2015 [consulté le 20 juin 2016]
  • Dutau G. Allergies alimentaires chez l'enfant. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2015;10(4):1-10 [Article 8-0319]
  • Jarlot S, Hosotte M, Dano D, Kanny G. Allergie alimentaire. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2013;8(4):1-6 [Article 2-0040]