Sommaire : Allergie alimentaire

Allergie alimentaire : les bons réflexes et la consultation médicale

Le diagnostic d’allergie alimentaire est établi après un bilan allergologique comprenant un interrogatoire et des examens. En cas de réaction allergique, supprimez l’aliment en cause et suivez les conseils de votre médecin. Vous pouvez aussi vous informer auprès des associations de patients.

Consulter en cas de symptômes d’allergie alimentaire

Si vous pensez être allergique à un aliment, consultez votre médecin traitant. Il vous orientera si nécessaire vers un allergologue (médecin spécialiste des allergies). En effet, l’expertise de ce médecin est indispensable pour préciser le diagnostic d’allergie alimentaire.

Le diagnostic, parfois délicat à confirmer, est établi au cours d’un bilan allergologique en plusieurs étapes.

Enquête alimentaire

Le médecin vous interroge en détail sur :

  • vos antécédents personnels et familiaux d’allergie ;
  • les circonstances de survenue des symptômes (aliments consommés et leur composition) ;
  • vos traitements en cours.

Selon vos réponses, certains tests allergologiques peuvent être réalisés pour identifier une éventuelle allergie.

Tests cutanés

Des tests cutanés (consistant à mettre des allergènes en contact avec la peau) sont souvent effectués :

  • prick-tests à lecture immédiate. Ils permettent de trouver l’allergène en cause dans l'allergie. À partir des données recueillies lors de l’interrogatoire, le médecin dépose des gouttes de chaque allergène suspecté sur la peau. Il pique à travers la goutte pour la faire légèrement pénétrer. La réaction provoquée est évaluée au bout de 15 minutes en mesurant la rougeur et le gonflement qui en résultent,
  • patch-tests à lecture retardée, rarement utilisés dans l'allergie alimentaire.

Dosage sanguin des IgE spécifiques

Un dosage sanguin des  E spécifiques à un allergène alimentaire définit le ou les allergènes en cause. Les Ig E sont produites par le corps lors d’une réaction allergique. Leur dosage permet donc de préciser le ou les allergènes en cause mais aussi de suivre l'évolution de l'allergie alimentaire. Ainsi, la décroissance du taux d' suggère l'acquisition d'une tolérance de l'allergène par l'organisme. 

Test de provocation

Un test de provocation orale est plus rarement utiles pour le diagnostic d'allergie et il n'est effectué qu'en cas de doute persistant après réalisation des tests cutanées et du dosage des IgE.

Il s’agit d’ingérer l’allergène suspecté à des doses progressivement croissantes, pour observer comment le corps réagit. En raison du risque de , ce test est effectué en milieu hospitalier.

Ce test est également utilisé pour confirmer l'acquisition de la tolérance à certains aliments lors du suivi (par exemple, acquisition de la tolérance aux protéines de lait de vache chez l'enfant).

Épreuve d'éviction-réintroduction

Elle consiste :

  • à supprimer l’allergène suspecté dans l’alimentation pendant 2 à 4 semaines et à observer la disparition des symptômes ;
  • à réintroduire l’aliment concerné, ingestion effectuée sous surveillance médicale, et à constater la réapparition des signes d'allergie alimentaire.

Que faire à votre niveau si vous êtes allergique à un aliment ?

Si vous souffrez d’une allergie alimentaire, vous vous posez peut-être certaines questions sur votre allergie. Si vous avez besoin de conseils pour adapter vos habitudes au quotidien, pensez à demander des explications détaillées à votre médecin traitant (médecin généraliste ou pédiatre) ou à votre allergologue.

Par ailleurs, si vos symptômes allergiques réapparaissent ou s’il existe un risque de récidive, soyez vigilant au quotidien.

Suivez le régime alimentaire et le traitement préconisés après le bilan de l'allergologue et pensez à noter quels aliments ou substances semblent déclencher de nouveau les symptômes, le cas échéant.

Étudiez attentivement l'étiquetage des produits industriels. La présence d’ingrédients ou additifs scientifiquement identifiés comme allergènes y est obligatoirement précisée. Sachez toutefois que les indications de l’étiquette ne sont pas forcément exhaustives. En effet :

  • certaines substances allergisantes peuvent être présentes en très petites quantités sans que cela soit signalé dans la liste des ingrédients,
  • cette dernière se limite aux substances à déclaration obligatoire et peut être formulée de manière imprécise.

Si vous mangez des produits préparés non industriels et non emballés (pâtisseries, sandwiches, plats préparés à emporter...), soyez vigilant car il est difficile de connaître les ingrédients.

Au restaurant, lisez attentivement la carte et signalez votre allergie au personnel.

Rapprochez-vous des associations de patients ou des structures d’éducation thérapeutique proches de chez vous.

Votre enfant allergique en collectivité

Si votre enfant a une allergie alimentaire, il est nécessaire d'établir avec la structure qui accueille votre enfant un projet d’accueil personnalisé (PAI). Il s’agit d’une convention écrite qui précise les adaptations à apporter pendant son temps de présence dans l'établissement.

Le PAI indique notamment :

  • les aliments à supprimer ;
  • l’utilisation des médicaments et les gestes en cas d’urgence.

Le PAI est élaboré à la demande de la famille, lors d’une réunion de concertation réunissant les parents, le directeur de la structure et le médecin attaché à l'établissement. Il est rédigé à partir des données transmises par le médecin qui soigne l’enfant. Il ne dégage pas les parents de leurs responsabilités.

Dans le cadre d’un projet d’accueil personnalisé (PAI) dédié à votre enfant, vous pouvez confier une trousse d’urgence à son établissement. Elle sera accompagnée d’un protocole de soins prédéfini en cas de .

La conduite à tenir devant une urgence liée à une allergie alimentaire

Si vous présentez une allergie marquée à un aliment, votre médecin vous a peut-être prescrit un kit de soins d’urgence. Cette trousse contient une dose auto-injectable d'adrénaline (substance augmentant le rythme cardiaque et la pression artérielle, et dilatant les bronches). Elle s’utilise en cas de , sans attendre les secours.

Si vous possédez ce type de trousse d'urgence :

  • conservez-la toujours sur vous ;
  • apprenez à reconnaître les premiers signes d’un choc et à manipuler le matériel de soins par vous-même (à l’aide du stylo d’entraînement fourni). Le bon geste consiste à positionner le stylo sur le bord extérieur de votre cuisse. Maintenez ensuite une pression sur le bouton déclencheur pendant dix secondes ;
  • informez aussi votre entourage sur le mode d’emploi du matériel.

Une surveillance médicale s'impose après toute injection d’adrénaline. Une prise en charge hospitalière est donc nécessaire si vous avez utilisé votre trousse d’urgence. Ce suivi permet en outre d’étudier l’évolution de votre allergie alimentaire pour adapter si nécessaire votre traitement.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15
Pompiers : 18
Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
  • National Health service. Food allergy. Site internet : NHS. Londres ; 2019 [consulté le 5 novembre 2021]
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Allergies alimentaires : améliorer l’information pour prévenir les risques. Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France) ; 2019 [consulté le 4 novembre 2021]
  • Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Allergènes alimentaires. Site internet : Ministère de l'économie. Paris ; 2019 [consulté le 4 novemre 2021]
  • Dutau G. Allergies alimentaires chez l'enfant. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2015;10(4):1-10 [Article 8-0319]
  • Jarlot S, Hosotte M, Dano D, Kanny G. Allergie alimentaire. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2013;8(4):1-6 [Article 2-0040]
  • Institut national de recherche agronomique. Alimentation des enfants : quand les chercheurs se mettent à table. Dossier de presse. Site internet : INRA. Paris ; 2018 [consulté le 4 novemre 2021]
  • Collège national des pédiatres universitaires et collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Hypersensibilités et allergies. ECN 2021. 8ème édition Elsevier Masson
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires