Bien manger pour être en forme

10 janvier 2019
Une alimentation équilibrée diminue le risque d’être atteint de certaines maladies chroniques et cancers et, ainsi, augmente l’espérance de vie. Ses effets bénéfiques sont majorés par la pratique d’une activité physique régulière.

Pourquoi est-il important de bien manger ?

Une alimentation variée et équilibrée, associée à une activité physique régulière, donne une sensation de bien-être et aide à rester en bonne santé. En effet, les aliments :

  • apportent l'énergie nécessaire au fonctionnement quotidien de l’organisme ;
  • permettent au corps de se développer, de se renforcer et d’évoluer.

C'est pourquoi il est important de surveiller ce que l’on mange, tant en termes de quantité que de qualité.

De plus, il est recommandé de tenir compte des besoins spécifiques à certaines périodes de la vie :

Le rôle de l'alimentation dans certaines maladies

Alimentation et maladies chroniques

Certaines maladies sont liées à des prédispositions génétiques ou à des facteurs environnementaux.

Mais le manque d’activité, ainsi que des apports nutritionnels inappropriés (abus d’aliments gras ou sucrés, par exemple), favorisent aussi leur apparition. Bien manger participe à la prévention de ces pathologies. Par exemple :

Alimentation et risque de cancer

Des facteurs alimentaires sont également susceptibles d'intervenir dans le développement de certains cancers. D'autres, au contraire, diminuent le risque de cancer. Cependant, le cancer étant une maladie dont les causes sont multiples, aucun aliment ne peut, à lui seul, s'opposer à son développement.

Les facteurs identifiés sont les suivants :

  • les facteurs alimentaires augmentant le risque de cancer :
    • la consommation d'alcool  est la seconde cause de mortalité évitable par cancer après le tabac. L'alcool, en association avec le tabac est très impliqué dans la survenue des cancers des voies aérodigestives supérieures ;
    • la consommation de viandes rouges (bœuf, veau, porc, agneau, chèvre, cheval, sanglier et biche) et de charcuterie est un facteur de risque pour le cancer colorectal  et probablement pour le cancer du ;
    • la consommation de viandes rouges est probablement un facteur de risque pour le cancer du poumon, le cancer de la vessie, le cancer du sein ;
    • la consommation de charcuteries est probablement un facteur de risque pour le cancer de l'estomac ;
    • le sel pris en grande quantité augmente probablement le risque de cancer de l'estomac ;
    • la consommation de compléments alimentaires à base de carotène à forte dose augmente le risque de cancer du poumon, surtout chez les fumeurs ou les personnes exposées à l'amiante ;
    • une consommation importante de produits laitiers augmente probablement le risque de cancer de la prostate.
  •   les facteurs de protection ( ou aliments reconnus pour diminuer le risque de cancer) :
Sources
  • Institut national du cancer (INCa). Cancers : le rôle de l'alimentation. Site internet : INCa. Boulogne-Billancourt (France) ; 2017 [consulté le 8 janvier 2019]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Nutrition et santé. Site internet : Inserm. Paris ; 2018 [consulté le 8 janvier 2019]
  • Haut Conseil de la santé publique. Pour une Politique nutritionnelle de santé publique en France. PNNS 2017-2021 - rapport du Haut conseil de la santé publique. Site internet : HCSP. Paris ; 2018 [consulté le 8 janvier 2019]