Alimentation de l'enfant : un facteur important de bonne santé

24 novembre 2021
Une alimentation équilibrée durant l'enfance associée à une activité physique est un facteur de bonne santé présente et à venir. En effet, durant l'enfance, l'alimentation a un rôle dans la croissance. Une bonne alimentation prévient de nombreuses maladies survenant à l'âge adulte.

Bien manger quand on est enfant pour une croissance harmonieuse

Durant toute la période de croissance, votre enfant a des besoins nutritionels spécifiques.

Les besoins en énergie sont d'autant plus importants que l'enfant est en phase de croissance rapide, notamment au cours de la puberté.

Les protéines contribuent à la constitution de la masse musculaire et des os. Les lipides (ou matières grasses) apportent de l'énergie, mais également des vitamines qu'elles transportent (vitamines A, D, E et K) et des acides gras que l'organisme humain ne peut pas fabriquer. Les glucides (sucres) apportent des calories.

Chez l'enfant, deux points de l'alimentation sont à surveiller particulièrement :

  • l'apport en fer, surtout chez le jeune enfant,
  • l'apport en calcium, surtout en début de vie mais également à la puberté, période clé dans la minéralisation des os.

Une alimentation équilibrée permet :

  • de couvrir ses besoins en vitamines, en fer, en calcium...
  • d'assurer une croissance harmonieuse en prévenant le surpoids.

Bien manger quand on est enfant pour prévenir certaines maladies de l'adulte

Une alimentation variée et équilibrée, associée à une activité physique régulière, donne une sensation de bien-être et aide à rester en bonne santé. En effet, les aliments :

  • apportent l'énergie nécessaire au fonctionnement quotidien de l’organisme ;
  • permettent au corps de se développer, de se renforcer et d’évoluer.

C'est pourquoi il est important de surveiller ce que l’on mange dès le plus jeune âge, tant en termes de quantité que de qualité.

L'alimentation a un rôle dans l'apparition de certaines maladies chroniques à l'âge adulte. Le manque d’activité physique, ainsi que des apports nutritionnels inappropriés (abus d’aliments gras ou sucrés, par exemple), favorisent aussi leur apparition.

Bien manger dès l'enfance participe à la prévention de certaines maladies :

Des facteurs alimentaires sont également susceptibles d'intervenir dans le développement de certains cancers. D'autres, au contraire, diminuent le risque de cancer. Cependant, le cancer étant une maladie dont les causes sont multiples, aucun aliment ne peut, à lui seul, s'opposer à son développement.

Certains facteurs alimentaires augmentent le risque de cancer : consommation important de viandes rouges, de charcuteries, de sel et plus tard d'alcool. D'autres sont des facteurs de protection ( ou aliments reconnus pour diminuer le risque de cancer) : consommation de fruits et légumes, une alimentation riche en fibres alimentaires et en produits laitiers.

Enfants et adolescents : les problèmes de santé en rapport avec l'alimentation

Chez l'enfant, l'alimentation est rarement sources de carences. Cependant, le manque de fer peut être responsable d'une anémie. La carence en vitamine D peut avoir un retentissement sur la constitution des os.

Un apport alimentaire insuffisant favorise la survenue d'un retard de croissance.

L'apparition de troubles digestifs peut être en relation avec :

Un alimentation riche en sucres favorise la survenue de caries dentaires et d'un surpoids.

Des troubles du comportements alimentaires peuvent être observés le plus souvent à l'adolescence (anorexie mentale, boulimie) et peuvent être responsables d'une dénutrition.

  • Collège national des pédiatres universitaires. Collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Alimentation et besoins nutritionnels. ECN 2021. 8ème édition Elsevier Masson
  • Institut national du cancer (INCa). Réduire les risques de cancer : alimentation. Site internet : INCa. Boulogne-Billancourt (France) ; 2019 [consulté le 16 novembre 2021]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Nutrition et santé. Site internet : Inserm. Paris ; 2018 [consulté le 16 novembre 2021]