Les effets immédiats d’une consommation d'alcool

20 février 2019
Même à petite dose, l’alcool affecte rapidement les réflexes, la vigilance et la capacité de jugement. Ce phénomène favorise la survenue d’accidents de la route, de comportements violents ou à risque.

Quel est l’impact de l'alcool sur le corps ?

L’alcool est un produit psychoactif, c'est-à-dire qui a un effet direct sur le cerveau. Il peut entraîner diverses manifestations, selon la quantité ingérée.

À faible dose, l’alcool procure une sensation de détente et d’euphorie, voire d’excitation. Il a un effet désinhibant (libération de la parole, lâcher-prise, sensation de facilité à exécuter les tâches...) et aide à s’affranchir d’une éventuelle timidité. Cependant, les erreurs dans l'exécution des tâches sont plus nombreuses.

À plus forte dose, l'alcool provoque l’ivresse, qui se traduit par exemple par :

  • une mauvaise coordination des mouvements ;
  • des troubles de l'équilibre ;
  • une augmentation du temps de réaction ;
  • une diminution plus nette des réflexes et de la vigilance ;
  • des troubles de la vue ;
  • des difficultés pour parler ;
  • des troubles de la mémoire ;
  • un état de somnolence...

La consommation très importante d'alcool peut entraîner une somnolence, voire une perte de connaissance : c'est le coma éthylique. Dans ce cas la tension artérielle et la température corporelle diminuent. Cet état est plus fréquent en cas de consommation d’alcool massive en peu de temps (ou "binge drinking"). Il nécessite une hospitalisation en urgence, car faute de soins, il peut être fatal.

À quoi est due "la gueule de bois" ?

Sensation de tête lourde au réveil, maux de tête et nausées sont dus à la déshydratation par élimination excessive d'eau, à la toxicité de certains composants de l'alcool et à la perturbation du cycle du sommeil survenant lors d'une consommation importante d'alcool.

Pour faire passer, hydratez-vous abondamment et prévenez la "gueule de bois" en modérant votre consommation d'alcool.

L'alcool : une cause fréquente d’accidents de la route

Alcool et accidents de la route

En France, sur la route, l'alcool est en cause dans 1/3 des accidents mortels.

En 2016, dans les accidents de la route impliquant un conducteur alcoolisé :

  • 1009 personnes ont été tuées ;
  • près de 3500 ont été blessées hospitalisées ;
  • plus de 9 conducteurs alcoolisés sur 10 impliqués dans les accidents mortels étaient des hommes.

Cette fréquence est expliquée par les effets de l'alcool sur l'organisme. En effet, l’alcool perturbe aussi la vision et l’estimation des distances. De plus, son effet désinhibant amène à sous-évaluer le danger et à prendre des risques (conduite dangereuse et/ou sans casque ou ceinture de sécurité). C’est pourquoi, il faut absolument éviter de prendre le volant après avoir bu de l'alcool.

Taux d'alcoolémie et droit routier

Une alcoolémie comprise entre 0,5 g et 0,8 g d’alcool par litre de sang, ou entre 0,25 mg et 0,4 mg par litre d’air expiré, mesuré par éthylotest fait l'objet d'une contravention.

Lorsque le taux d’alcoolémie est supérieur à 0,8 g par litre de sang ou à 0,4 mg par litre d’air expiré, il s'agit d'un délit.

La consommation d’alcool augmente les risques d’accident du travail

Qu’elle soit occasionnelle ou répétée, la prise de boissons alcoolisées peut nuire à la sécurité des travailleurs, surtout dans certaines tâches, notamment :

  • la conduite de véhicules ;
  • le travail en hauteur ;
  • l’usage d’outils dangereux.

Les conséquences possibles de l’excès d’alcool sur le comportement

L'excès de consommation d'alcool peut engendrer des modifications dans le comportement :

Alcool : de l'agressivité, de la violence, des délits...

L’alcool modifie les réactions face à une situation donnée. Aussi, une personne ivre a tendance à se focaliser sur l’irritation éventuelle qu’elle ressent dans le présent.

Moins consciente des conséquences de ses actes, elle peut perdre son sang-froid plus vite, agir de façon plus extrême ou agressive, tant envers les autres (violence familiale, agressions...) qu'envers elle-même (passage à l'acte suicidaire par exemple).

Alcool : des rapports sexuels à risque

L’excès d’alcool affecte la capacité à maîtriser les situations et à se fixer des limites. Le risque est d’avoir une relation sexuelle non souhaitée ou d’oublier les mesures de contraception, et de prévention des infections sexuellement transmissibles (IST).
Et bien que l’alcool désinhibe, il peut également entraîner des troubles de l’érection chez l’homme et diminuer le plaisir chez la femme.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.

  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Addictions : tabac, alcool, drogues... Site internet : INRS. Paris ; 2018 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Santé publique France. Alcool. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2018 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Ministère des solidarités et de la santé. L'addiction à l'alcool. Site internet : Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2017 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Société française d’alcoologie. Recommandation de bonne pratique 2014 - Mésusage de l'alcool : dépistage, diagnostic et traitement. Site internet : Société française d’alcoologie. Issy-les-Moulineaux (France) ; 2014 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Sécurité routière. Les chiffres de l'alcool. Alcool et conduite. Site internet : Sécurité routière. Paris ; 2018 [consulté le 5 novembre 2018]