Alcool : des conseils pour réduire sa consommation

06 novembre 2018
Analysez vos habitudes et tentez de consommer l’alcool autrement. Dans certaines situations (grossesse, maladie chronique, etc.), arrêter de boire se révèle indispensable. Si besoin, un professionnel de santé peut vous aider, car la volonté seule ne suffit pas toujours.

Comment diminuer sa consommation régulière d’alcool ?

Que vous ou l’un de vos proches soit concerné, certaines habitudes sont à mettre en place

Si vous souhaitez boire moins au quotidien, essayez de vous préparer progressivement à ce changement, en trois étapes :

  1. Analysez bien vos habitudes, pour repérer dans quelles circonstances vous consommez des boissons alcoolisées.
  2. Réfléchissez à l'attitude que vous pourriez adopter pour boire moins, dans chaque situation (ex. : alterner une boisson avec et sans alcool).
  3. Essayez d’adopter autant que possible ces nouveaux réflexes.

Parfois, agir seul est insuffisant pour réduire sa consommation. Aussi, si vous en ressentez le besoin, demandez le soutien d’un professionnel de santé (médecin traitant, infirmière scolaire, médecin du travail, etc.) Cette personne pourra :

  • vous écouter ;
  • vous informer sur les effets positifs d’une baisse de votre consommation d'alcool ;
  • vous aider à trouver la motivation nécessaire pour boire moins ;
  • mettre en place avec vous un suivi prolongé, si nécessaire.
Des Consultations jeunes consommateurs, une aide aux jeunes et à leur entourage

Ces consultations sont présentes dans la quasi-totalité des départements français. Elles proposent un accueil gratuit et confidentiel aux jeunes de 12 à 25 ans. Ils peuvent s’y rendre seuls ou accompagnés de leur parent ou d’un proche. Les parents peuvent également être reçus avec ou sans le jeune concerné par le tabagisme.

Toutes les problématiques d’addiction peuvent être abordées dans ces lieux : l’usage d’alcool, de tabac, de cannabis, la pratique de jeux vidéo ou de l’utilisation d’Internet.

L’objectif est de faire le point, éventuellement de proposer une aide, avant que la consommation ne devienne problématique.

Pour trouver la consultation la plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site drogues info services.

Pour soutenir au mieux une personne qui boit beaucoup d'alcool, essayez :

  • d’entamer le dialogue dans un climat de confiance ;
  • d’être le plus authentique possible, en exprimant votre ressenti face à la situation ;
  • de reconnaître les efforts entrepris pour diminuer ou arrêter la consommation de boissons alcoolisées (même s’ils ne sont pas immédiatement concluants) ;
  • de ne pas infantiliser votre proche (continuez à le/la considérer comme quelqu'un de responsable de lui ou d’elle-même) ;
  • d’être patient(e).

En revanche, évitez absolument de :

  • faire la morale ou hausser le ton (cela aurait un effet culpabilisant et pourrait empêcher toute communication) ;
  • contrôler la consommation de la personne, limiter ses moyens financiers, la menacer d’une sanction ou lui faire du chantage ;
  • jouer le soignant (mieux vaut s’adresser à des professionnels formés pour ce type d’accompagnement) ;
  • accepter des violences verbales ou physiques (vous devez vous protéger).

Réduire les excès d'alcool occasionnels : les bons réflexes

Faire la fête entre amis est souvent l’occasion de boire trop, notamment parce qu’il est parfois difficile de dire non à un verre supplémentaire.

Voici quelques conseils pour arriver à diminuer votre consommation d'alcool dans ces circonstances :

  • fixez à l’avance le nombre de verres d'alcool que vous allez boire ;
  • ne buvez pas trop vite et mangez régulièrement pendant la soirée ;
  • buvez aussi des boissons non alcoolisées et de l’eau, pour contrer l’envie d’absorber toujours plus d’alcool ;
  • essayez de ne pas participer aux "tournées" et aux "défis" qui impliquent souvent une consommation répétée, à un rythme soutenu.

Quand est-il conseillé d’arrêter toute consommation d’alcool ?

Il est recommandé de s’abstenir complètement de boire de l'alcool dans les cas suivants :

  • vous êtes enceinte ou vous allaitez ;
  • vous avez moins de 18 ans ;
  • vous conduisez un véhicule ou une machine dangereuse ;
  • vous exercez une activité qui exige de la vigilance ;
  • vous prenez des médicaments ;
  • vous présentez une maladie chronique (épilepsie, , hépatite C) ;
  • vous avez été alcoolodépendant et vous avez cessé de boire.
Conduite automobile et alcool

Il est important de respecter les consignes suivantes :

  • ne buvez pas d'alcool si vous devez conduire ;
  • prévoyez votre retour de soirée, désignez un conducteur qui n’aura pas bu d’alcool ;
  • empêchez quelqu'un de prendre le volant s’il a bu ;
  • refusez de monter dans une voiture ou un deux roues conduit par un ami qui a bu de l'alcool ;
  • selon votre taux d'alcoolémie, vous risquez une sanction lors d'un contrôle :
    • une alcoolémie comprise entre 0,5 g et 0,8 g d’alcool par litre de sang, ou entre 0,25 mg et 0,4 mg par litre d’air expiré, mesuré par éthylotest fait l'objet d'une contravention,
    • lorsque le taux d’alcoolémie est supérieur à 0,8 g par litre de sang ou à 0,4 mg par litre d’air expiré, il s'agit d'un délit ;
  • en cas d’accident, si votre taux d’alcool sanguin se révèle supérieur ou égal à 0,5 g/l de sang, votre assurance peut refuser de vous couvrir.
Sources
  • Santé publique France - Inpes. Alcool et professionnels de santé : outils pour en parler et repérer. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2013 [consulté le 6 novembre 2018]
  • Santé publique France - Inpes. La Santé de l’homme – Jeunes et alcool : quelle prévention ? Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2008 [consulté le 6 novembre 2018]
  • Santé publique France. Alcool. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2018 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Ministère des solidarités et de la santé. L'addiction à l'alcool. Site internet : Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2017 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Société française d’alcoologie. Recommandation de bonne pratique 2014 - Mésusage de l'alcool : dépistage, diagnostic et traitement. Site internet : Société française d’alcoologie. Issy-les-Moulineaux (France) ; 2014 [consulté le 5 novembre 2018]
  • Sécurité routière. Les chiffres de l'alcool. Alcool et conduite. Site internet : Sécurité routière. Paris ; 2018 [consulté le 5 novembre 2018]