Vivre avec l’adénome de la prostate

08 mars 2017
Que le traitement de l’adénome de la prostate soit médical ou qu’il soit chirurgical, respectez le suivi préconisé par votre médecin. Au quotidien, appliquez quelques conseils permettant d’éviter la survenue de complications et facilitant la reprise des activités après un traitement chirurgical.

La nécessité d’un suivi médical au long cours en cas d’adénome de la prostate

Si vous avez un de la prostate, il est essentiel d'avoir un suivi médical. Votre médecin traitant fixe avec vous la fréquence des consultations nécessaires. En effet, l’examen clinique permet de suivre l'évolution du volume de votre prostate, l'importance des symptômes et leur retentissement sur la qualité de vie. La surveillance médicale permet également de vérifier l'efficacité du traitement.

Voici quelques recommandations pour contribuer au mieux à votre suivi :

  • mettez en pratique les conseils de votre médecin pour avoir un meilleur confort de vie ;
  • pour une bonne efficacité de votre traitement, respectez-le et ne l’interrompez jamais sans en parler à votre médecin traitant ;
  • avertissez votre médecin devant tout symptôme inhabituel ou nouveau qui vous inquiète (ex. : majoration de la gêne urinaire, fièvre...) ;
  • si vous consultez d’autres professionnels de santé, indiquez-leur le traitement que vous prenez ;
  • n'utilisez pas de médicaments sans avis médical ; certains peuvent augmenter les symptômes. Demandez l'avis de votre médecin traitant ou de votre pharmacien ;
  • signalez aussi tout effet indésirable dû au traitement, pour chercher comment l’atténuer ou le prévenir ;
  • si vous avez été opéré et que vous présentez des troubles sexuels ( ) ou une incontinence urinaire (fuites urinaires) même peu importante, parlez-en à votre médecin. Des traitements sont possibles.

Adénome de la prostate : vivre au quotidien

Les habitudes de vie peuvent varier si vous avez ou non été opéré.

Pour prévenir les complications et les inconvénients (besoin fréquent d'uriner) liés à l' de la prostate, vous pouvez adopter ces quelques conseils :

  • prenez le temps de bien vider votre vessie lorsque vous urinez ;
  • urinez lorsque vous en avez envie, afin d'éviter la distension vésicale ; sinon, urinez régulièrement toutes les quatre heures, avant d'en avoir envie ;
  • adaptez votre consommation d'eau à votre emploi du temps. Par exemple, évitez de trop boire avant un long trajet en voiture ou avant le coucher ;
  • arrêtez de fumer et réduisez votre consommation d'alcool : le tabac et l'alcool peuvent majorer vos symptômes.

Les activités au quotidien

Après chirurgie, la reprise des activités quotidiennes doit être progressive :

  • lors de l’intervention chirurgicale, une sonde urinaire est posée. Après son ablation, vous pouvez ressentir une gêne, des brûlures en urinant pendant quelques jours. Buvez abondamment pour éviter la formation de caillots dans les urines ;
  • reprenez vos activités quotidiennes progressivement en évitant les efforts importants ;
  • évitez les rapports sexuels pendant un mois après l’intervention ;
  • évitez de faire de longs trajets en voiture le premier mois ;
  • ne recommencez vos activités sportives que progressivement et après avis médical.

Votre activité professionnelle

Si vous avez une activité professionnelle, votre médecin vous prescrit un arrêt de travail dont la durée dépend :

  • du type d’intervention que vous avez subi, du type d’emploi que vous exercez ;
  • de votre âge et de votre état de santé global ;
  • des complications éventuelles après l’intervention.

Ainsi, en cas de par voie endoscopique, la durée de l’arrêt peut varier de 10 jours si le travail est sédentaire à 4 semaines si le travail est physique avec port de lourdes charges.

En cas d'adénomectomie par voie haute, la durée peut varier de 3 semaines si l’activité professionnelle est sédentaire à 6 semaines si le travail est physique avec port de lourdes charges.

Parlez à votre médecin traitant de votre profession et des conditions dans lesquelles vous travaillez. Il adaptera la durée de l’arrêt à votre situation personnelle.

Votre médecin peut vous orienter vers votre médecin du travail pour une visite de pré-reprise. Cette visite permet d'évaluer votre aptitude au poste de travail que vous occupez et de proposer un aménagement temporaire de votre poste de travail ou une reprise d’activité à temps partiel pour motif thérapeutique, si nécessaire.

Lors de votre retour au travail, des pauses fréquentes avec accès aisé aux toilettes sont nécessaires. Si votre arrêt de travail est supérieur à trente jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de huit jours.

Sources
  • National health service (NHS). Benign prostate enlargement. Site internet : NHS choices. Londres ; 2015 [consulté le 21 septembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Traitement des symptômes du bas appareil urinaire liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate par laser. Rapport d'évaluation technologique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (Paris) ; 2013 [consulté le 27 juin 2016]
  • Association française d'urologie (AFU). Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Site internet : Urofrance. Paris ; 2015 [consulté le 27 juin 2016]
  • Faculté de médecine de Nantes. Adénome de la prostate. Site internet : sante.univ-nantes. Nantes (France) ; 2012 [consulté le 21 septembre 2015]
  • Assurance maladie - Sécurité sociale. Arrêt de travail, hypertrophie bénigne de la prostate - Traitement chirurgical. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2013 [consulté le 21 septembre 2015]