Être actif pour préserver sa santé et se sentir mieux

27 septembre 2017
L’activité physique renforce le squelette, développe la musculature et la souplesse, améliore les fonctions cardiaques et aide à se relaxer. Elle contribue aussi à prévenir de nombreuses maladies comme les affections cardiovasculaires, le cancer, le diabète, l’obésité et l’ostéoporose.

Au quotidien, un atout essentiel pour le bien-être

Lorsqu’elle est associée à une alimentation équilibrée, l’activité physique contribue à une meilleure qualité de vie :

  • elle accroît la force musculaire ;
  • elle contribue au développement du capital osseux pendant l’enfance et l’adolescence, et à sa préservation durant l’âge adulte. En effet, elle ralentit la perte de densité des os, due au vieillissement ;
  • elle renforce les capacités cardiaques et respiratoires.
  • elle donne de la résistance face à la fatigue et permet d’avoir un sommeil plus réparateur ;
  • elle aide à être plus relaxé, ce qui réduit l'anxiété et la dépression ;
  • elle développe la souplesse, l'équilibre et la bonne coordination des mouvements. Cela diminue notamment les risques de chutes chez les séniors ;
  • elle permet de conserver une certaine autonomie physique en prenant de l’âge.
  • en la pratiquant 3 heures par semaine, ou de façon intense 3 fois 20 minutes par semaine, on diminue de 30 % le risque de décès prématuré.

Par ailleurs, participer à une activité physique en groupe est un facteur d’intégration sociale. C’est l’occasion de se retrouver en famille ou entre amis, mais aussi de faire de nouvelles rencontres.

Un rôle important dans la prévention des maladies

La pratique régulière d’une activité physique réduit considérablement les risques d’apparition de certaines pathologies.

  • Maladies cardiovasculaires
    Les personnes physiquement actives diminuent leur risque cardiovasculaire et développent environ deux fois moins d’affections cardiovasculaires (accident vasculaire cérébral, maladie coronarienne, artériopathie des membres inférieurs...)
  • Cancers
    L’activité diminue le risque de développer un cancer  : cancer du côlon, du sein et de l’endomètre ( de la cavité de l’utérus).
  • Diabète
    L’exercice physique et la modification des habitudes alimentaires peuvent prévenir l’apparition du diabète chez les personnes à haut risque.
  • Obésité
    Être actif réduit le risque de surpoids. La sédentarité explique, en partie, l’augmentation importante des cas d’obésité dans les sociétés modernes. En effet, l’usage accru des transports motorisés et des ascenseurs, ainsi que le développement des activités sédentaires (télévision, jeux vidéo, travail sur ordinateur), diminuent les quantités d’énergie utilisées par le corps. De même, l’emploi du chauffage et de la climatisation baisse les dépenses énergétiques de l’organisme.
  • Ostéoporose
    L’activité physique est déterminante dans la prévention et la prise en charge de l’ostéoporose. Chez la femme, elle abaisse de moitié le risque de fracture du col du fémur lié à cette maladie, en augmentant la résistance osseuse.
Sources
  • Direction générale de la santé, Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Dossier presse - L’activité au quotidien protège votre santé. Site internet : Inpes. Saint-Denis (France) ;2004 [consulté le 12 mars 2014]
  • Expertise collective. Activité physique : contexte et effets sur la santé. Paris : Les éditions Inserm ; 2008
  • Institut national du cancer (INCa). Les bienfaits de l'activité physique. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2013 [consulté le 12 mars 2014]