Le traitement et la prévention en cas d’acouphènes

10 mai 2017
Si une cause est diagnostiquée, son traitement permet de supprimer ou diminuer les acouphènes. Dans les autres cas, aucun traitement spécifique n'existe, mais des mesures peuvent atténuer les acouphènes. Quelques précautions par rapport à l'environnement sonore permettent de les prévenir.

Le traitement des acouphènes

Le bilan avant la mise en route du traitement

Pour rechercher les causes possibles des acouphènes, le médecin traitant adresse son patient à un médecin oto-rhino-laryngologique (ORL).

Ce médecin procède à un examen oto-rhino-laryngologique (ORL) complet concernant les oreilles, le nez et la gorge. Dans tous les cas, une audiométrie (mesure de l'audition) est indispensable pour rechercher une perte auditive.
Les autres examens complémentaires ne sont réalisés que dans certaines situations guidées par le résultat de l'audiogramme : acouphénométrie (examen qui permet de caractériser le type d'acouphènes), scanner, IRM...

Le choix du traitement

Si une cause est diagnostiquée, elle est traitée (ex. : suppression d’un bouchon de cérumen, chirurgie du nerf auditif...) Cette prise en charge peut guérir les acouphènes, ou contribuer au moins à leur diminution.

Si une perte auditive est diagnostiquée, la mise en place d'une aide auditive est bénéfique et permet souvent une meilleure tolérance des acouphènes.

Si aucune pathologie n'explique la présence des acouphènes (cas le plus fréquent), le patient ne peut pas bénéficier actuellement d'un traitement spécifique contre les acouphènes. Cependant,il existe des conduites à éviter et d’autres à adopter pour les atténuer et moins ressentir leurs effets.

Si les acouphènes persistent, s’ils altèrent la vie quotidienne en provoquant du stress et de l’anxiété, le médecin peut proposer :

  • une prise en charge par un psychiatre ou un psychologue pour mise en place d'une : elle aide le patient à mieux vivre avec ses acouphènes en modifiant ses réactions et interprétations à leurs égard ;
  • la pose d’un générateur de bruits porté au niveau de l'oreille plusieurs heures par jour pendant une longue période (environ 18 mois). Il s’agit d’un petit appareil ressemblant à une prothèse et produisant un bruit de fond doux, qui masque les acouphènes et qui permet également d'obtenir une "habituation" à l'acouphène, soulageant ainsi la gêne quotidienne ;
  • un traitement médicamenteux qui, uniquement sur avis d'un médecin spécialiste, peut comporter des médicaments anxiolytiques ou antidépresseurs lorsque les acouphènes génèrent chez le patient une anxiété importante ou une dépression.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Quelques conseils pour prévenir les acouphènes

Pour prévenir l’apparition d’acouphènes, ou ne pas les aggraver, vous pouvez prendre vous-même quelques mesures. Elles permettent d’éliminer certains facteurs  les favorisant (traumatismes sonores, bouchons de cérumen, prise de médicaments toxiques pour l’oreille).

Rester vigilant par rapport à l’environnement sonore

Pour diminuer les risques d’apparition d’acouphènes, évitez de vous exposer à des bruits trop forts et prolongés. On considère qu’il y a un danger pour l’oreille lorsque le bruit dépasse 85 décibels (équivalant au bruit d’une tondeuse).

Si vous utilisez un baladeur, voici quelques conseils utiles :

  • réglez le volume à la moitié du maximum possible ;
  • ne cherchez pas à couvrir les bruits extérieurs avec la musique. Pour cela, ne réglez pas le son de l’appareil dans un environnement bruyant ;
  • utilisez le casque ou les écouteurs fournis avec le baladeur : ils garantissent un volume sonore maximum de 100 décibels ;
  • limitez votre durée d’écoute.

Si vous assistez à des concerts ou si vous allez en discothèque, soyez vigilant :

  • éloignez-vous des enceintes ou portez un bouchon d'oreille ;
  • faites des pauses (30 minutes toutes les deux heures ou 10 minutes toutes les 45 minutes) ;
  • évitez particulièrement, dans ce contexte, l’abus d’alcool et la prise de médicaments qui peuvent altérer la perception auditive. Cela peut en effet atténuer la sensation de douleur des oreilles qui représente un signal d’alerte en cas d’écoute de musique amplifiée trop forte.

Si vous ne pouvez éviter l’exposition à un bruit fort, portez des protections adaptées (bouchons d'oreilles, casque). Pour ne pas vous exposer brutalement à un volume sonore élevé, mettez et retirez ces protections dans un environnement calme.

Prendre soin de ses oreilles au quotidien

Pour prévenir les bouchons de cérumen, limitez l’utilisation de cotons tiges : ils ne font que pousser la cire plus loin dans le conduit auditif. Pour vous nettoyer les oreilles, utilisez plutôt le coin d'une serviette humide et ne pénétrez jamais à l'intérieur des oreilles.

Si vous avez une otite ou un écoulement de l'oreille par perforation du , ne mettez pas votre tête sous l'eau, consultez votre médecin et n'utilisez pas des gouttes auriculaires sans avis médical.

Si vous devez prendre des médicaments ototoxiques en automédication (aspirine, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)...), demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin traitant. En effet, à forte dose, ces médicaments peuvent être toxiques pour l’oreille et favoriser la survenue d’acouphènes.

Sources
  • Londero A, Blayo A. Acouphènes : diagnostic et prise en charge. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2010:1-8 [Article 6-0403]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Acouphènes. Site internet : INSERM. Paris ; 2016 [consulté le 27 janvier 2017]
  • Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec. Acouphènes. Site internet : ORL Québec. Montréal (Canada) ; 2016 [consulté le 27 janvier 2017]
  • National Health Service. Tinnitus. Site internet : NHS. Londres ; 2015 [consulté le 27 janvier 2017]
  • Newman CW, Sandridqe SA, Bea SM, Cherian K, Cherian N, Kahn KM et al. Tinnitus : patients do not have "just live with it". Cleve Clin J Med. 2011;78(5):312-9
  • Société française de radiologie, Société d'oto-rhino-layngologie et de chirurgie de la face et du cou. Indications et techniques de l'imagerie de l'oreille et du rocher. Site internet : ORL France. Paris ; 2008 [consulté le 27 janvier 2017]