Après l'accouchement : le retour à la maison

20 août 2019
À la maison, un suivi par une sage-femme vous est proposé par l'Assurance Maladie. La consultation post-natale vous permet d'aborder diverses questions : contraception, alimentation, baby blues, troubles urinaires... La rééducation périnéale et abdominale vous aide à retrouver votre bien-être.

À la sortie de la maternité, un suivi chez soi par une sage-femme

Après la naissance, il est possible de bénéficier du suivi d'une sage-femme.

Avec Prado, le service de retour à domicile, vous êtes accompagnée dès la sortie de la maternité

Si vous pouvez quitter la maternité avec votre enfant dans les 72 heures suivant l’accouchement (ou dans les 96 heures si accouchez par césarienne), une sage-femme vous rend visite à votre domicile dans les 24 heures qui suivent votre sortie. Avec Prado, un conseiller de l’Assurance Maladie vous rend visite dès le lendemain de la naissance et organise pour vous cette première visite. Une deuxième visite est ensuite planifiée directement par votre sage-femme qui assure le suivi. Un troisième rendez-vous pourra ensuite être planifié selon son appréciation.

Au cours de ses visites, la sage-femme vous accompagne dans la réalisation des premiers soins de votre bébé, vous conseille sur l’alimentation de votre enfant et sur ce qui peut faciliter votre vie quotidienne familiale. Elle vérifie votre bon état de santé et celui de votre bébé, prescrit les médicaments nécessaires, répond à vos questions.

Ses visites sont prises en charge à 100 %, dans la limite des tarifs de base de l’Assurance Maladie.

Pour vous accompagner dans votre nouvelle organisation familiale, vous pouvez bénéficier d'un dispositif de soutien temporaire à domicile proposé par votre caisse d'Allocations familiales. Le conseiller de l'Assurance Maladie vous donne les premières informations essentielles à ce sujet.

Grossesse : le suivi par une sage-femme

Dès le début de votre grossesse, vous pouvez être suivie par une sage-femme de votre choix afin d’optimiser votre prise en charge tout au long de la grossesse et anticiper votre retour à la maison après votre accouchement.

La consultation post-natale obligatoire pour la maman

La consultation post-natale doit être effectuée dans les 6 à 8 semaines qui suivent votre accouchement. Elle peut être réalisée par votre médecin ou par votre sage-femme.

Cette consultation est prise en charge à 100 % par l'Assurance Maladie dans la limite des tarifs de base.

La rééducation périnéale et abdominale post-natale

Le s’étend du pubis jusqu’à l’ossature du bassin et est composé de muscles et de tissus qui soutiennent les organes génitaux et urinaires dans le bassin : vessie, et rectum.

Le est fragilisé lors de la grossesse et surtout de l’accouchement. Sa perte de tonicité expose à des troubles immédiats : fuites urinaires lors de la toux, d’un effort, du rire..., sensation de gêne et pesanteur sur le , perte de sensations lors des rapports sexuels. À long terme, en l’absence de soins, des complications telles qu’une incontinence urinaire ou un prolapsus génito-urinaire peuvent apparaître.

C’est pourquoi, il est conseillé de ne pas porter de lourdes charges dans les semaines qui suivent l’accouchement et il est capital de ne pas négliger la rééducation qui consiste à redonner au sa solidité.

Prenez rendez-vous auprès d’une sage-femme ou d’un masseur-kinésithérapeute, en cabinet de ville ou à l’hôpital. Dix séances de rééducation périnéale peuvent être prescrites après l’accouchement Cette rééducation est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, dans la limite des tarifs de base.

La vie au quotidien de retour à la maison

Prendre soin de soi

Vous ressentez une fatigue physique due à la grossesse, à l’accouchement, aux réveils fréquents et aussi à la présence de vos autres enfants. Dans tous les cas après une naissance, entourez-vous d’aides précieuses : parents, amis…

Le baby blues est fréquent et le plus souvent bénin. Il ne dure que quelques jours et se caractérise par l'alternance d'émotions très contradictoires : joie, pleurs, irritabilité.

Si à cette fatigue et ces émotions, s’ajoutent une lassitude et un manque d’entrain qui vous paraissent anormaux, n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant ou à votre sage-femme.

Voici quelques conseils pour retrouver votre silhouette et votre entrain :

  • de retour à la maison, vous n’avez pas retrouvé votre poids d’avant votre grossesse ; c’est normal car votre corps a produit lors de la grossesse des réserves en vue de l’allaitement. Ne faites pas de régime alimentaire si vous allaitez et ne commencez pas avant les 3 mois de votre bébé si vous n’allaitez pas ;
  • ayez une alimentation variée et équilibrée en évitant les excès ;
  • buvez abondamment de l’eau, surtout si vous allaitez ;
  • ménagez votre organisme et essayez de récupérer les heures de sommeil perdues la nuit en faisant des petites siestes pendant que votre bébé dort ;
  • reprenez une activité physique modérée telle que la marche dans les semaines qui suivent l’accouchement. Mais ne reprenez jamais une activité sportive plus intense (tennis, sports collectifs…) avant d’avoir pratiqué la rééducation périnéale qui vous a été prescrite et sans l’accord de votre médecin.

Prendre soin de son bébé

Allaitement ou biberon ?

Dès la naissance de votre bébé, vous choisissez de l'allaiter ou de le nourrir au biberon. À la maternité puis à la maison, tétées ou biberons rythment les journées. Que ce soit au sein ou au biberon, la tétée est un moment d’échange privilégié avec votre enfant.

Il se peut que vous vous posiez la question sur l’utilité d’allaiter si c’est pour peu de temps. La réponse est oui, même sur une période courte. Le lait maternel est riche et équilibré en anticorps, vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, sucres, graisses, protéines dont votre bébé a besoin pour bien grandir. Le lait maternel est aussi très digeste et bien assimilé. Votre lait se modifie au fil des jours. Le rythme et la durée des tétées varient selon les besoins de votre bébé.

Ces articles de Mpedia vous permettent d’en savoir plus sur les bons gestes pour allaiter :

Vidéo : La production du lait maternel

© Blausen Medical

Si vous avez choisi de nourrir votre bébé au biberon, sachez que les laits infantiles "1er âge" sont bien adaptés à ses besoins. Donner le biberon est un temps important.

Vidéo : Donner le biberon

© Association française de pédiatrie ambulatoire

Sommeil et toilette du bébé

Vous apprenez à prendre soin de vore bébé : comment le coucher pour un sommeil en toute sécurité, comment le changer, faire sa toilette et les soins du cordon ombilical, comment lui donner un bain...

Pour prendre soin de votre enfant, le site de Mpedia vous donne quelques conseils pour les soins quotidiens (premier change, soins du cordon, le bain).

Dès réception de votre certificat d’accouchement, l’Assurance Maladie vous adresse le calendrier des examens de surveillance médicale de votre enfant. Ce calendrier est également disponible sur votre compte sur ameli.fr.

La contraception après l'accouchement

Dès votre accouchement, pensez à votre future contraception. Lors de votre séjour à la maternité, un entretien vous est proposé afin de déterminer la méthode contraceptive qui vous convient le mieux. Si vous souhaitez une contraception irréversible par stérilisation, parlez-en à votre médecin ou votre sage-femme et prenez le temps de la réflexion.

Si vous avez encore des questions, renseignez-vous auprès de votre médecin, de votre sage-femme, d’un centre de planification familiale et/ou des professionnels de santé des services de PMI, dès votre retour à domicile.

La contraception si vous n’allaitez pas

En principe, si vous n’allaitez pas, il n'y a pas de reprise d' avant le 21e jour après l'accouchement. À partir du 21e jour, une contraception est nécessaire afin d'éviter d'être à nouveau enceinte, ce qui est possible avant même votre retour de couches (c’est-à-dire le retour des règles).

Les pilules microprogestatives et l’implant contenant des progestatifs sont utilisables à partir de 21 jours après l’accouchement en l'absence de contre-indications (phlébite, maladie du foie...)

Une pilule œstroprogestative dite "combinée" peut être commencée à partir de 42 jours et ce délai peut être raccourci à 21 jours en l'absence de risque de phlébite et d'autres contre-indications (risque cardiovaculaire élevé...)

Quatre semaines après l’accouchement, un stérilet au cuivre ou un stérilet hormonal (au lévonorgestrel) peut être posé en l'absence de contre-indications (infection sexuellement transmissible par exemple). La pose d'un stérilet au cuivre est possible dans les 48 heures suivant l'accouchement, mais n'est pas d'usage courant.

La contraception en cas d'allaitement exclusif

Si vous allaitez, la méthode "MAMA" (c’est-à-dire méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée) est une méthode naturelle. La tétée du bébé entraîne la production d’une hormone chez la mère : la prolactine. Cette hormone bloque l’ovulation.

Pour que cette méthode soit efficace trois conditions doivent être respectées :

  • l’enfant doit avoir moins de six mois ;
  • il doit être nourri exclusivement au sein, à la demande, nuit et jour (6 à 10 tétées par jour, avec pas plus de 6 heures entre 2 tétées la nuit et pas plus de 4 heures le jour) ;
  • vous ne devez pas avoir eu de règles depuis l’accouchement.

Attention : si le nombre de tétées diminue, la contraception n’est plus assurée.

Il convient donc d'utiliser un moyen de contraception :

  • en cas de retour des règles,
  • si les tétées sont moins fréquentes et moins longues,
  • si le bébé commence à prendre le biberon,
  • et également dès que le nourrisson nourri exclusivement au sein atteint l'âge de 6 mois.

Les méthodes naturelles autres que la méthode "MAMA" sont imprécises et peu fiables (jusqu’à 20 % d’échec) car elles sont basées sur l’ovulation, qui peut être avancée ou retardée par toutes sortes d’événements.

La contraception progestative (pilule ou implant) peut être utilisée à partir de 21 jours en l'absence de contre-indications. La contraception oestroprogestative n'est pas recommandée dans les 6 mois qui suivent l'accouchement.

Le stérilet au cuivre ou hormonal est utilisable à partir de 4 semaines. La pose d'un stérilet au cuivre est possible dans les 48 heures suivant l'accouchement mais n'est pas d'usage courant.

La contraception en cas d’allaitement mixte

Si vous pratiquez un allaitement mixte (biberons et tétées combinés) et en l'absence de contre-indications, vous pouvez utiliser un contraceptif parmi les suivants :

  • un dispositif intra-utérin comme le stérilet au cuivre ou hormonal, qui peut être posé quatre semaines après l'accouchement. La pose du stérilet au cuivre est possible dans les 48 heures après l'accouchement, mais peu utilisée ;
  • les pilules microprogestatives ou implant , qui peuvent être prises trois semaines après l’accouchement ;
  • les pilules œstroprogestatives ne sont pas recommandées chez les femmes qui allaitent, dans les 6 mois qui suivent l'accouchement.
Contraception par les préservatifs après un accouchement

Les préservatifs masulins et féminins sont la seule méthode de contraception efficace contre les Infections sexuellement transmissibles (IST), y compris le VIH. Ils doivent être utilisés lors de chaque rapport sexuel et un recours à la contraception d'urgence est nécessaire en cas de rupture ou de glissement.

Le diaphragme, la cape cervicale, les spermicides : ils ne sont pas utilisables avant 42 jours (6 semaines) après l’accouchement. L’efficacité contraceptive du diaphragme ou de la cape est améliorée par l’association à un spermicide. Ces méthodes ne protègent pas de IST.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Sortie de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 11 mars 2019]
  • Marret H, Wagner–Ballon J, Guyot H, Lehr-Drylewicz AM. 120 questions en gynécologie-obstétrique. 2e éd. Paris : Elsevier Masson ; 2009
  • Haute Autorité de Santé (HAS). Contraception chez la femme en post-partum. Ficge mémo. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 11 mars 2019]