Alimentation et suivi de l’enfant

11 mai 2017
Une fois à la maison, l’alimentation de votre enfant - tétées, biberons, voire les deux - rythme les journées. Le suivi médical permet de s'assurer de son bon développement et de commencer les vaccinations.

L’alimentation du nouveau-né et du nourrisson : sein ou biberon ?

Que ce soit au sein ou au biberon, la tétée est un moment d’échange privilégié avec votre enfant.

Il se peut que vous vous posiez la question sur l’utilité d’allaiter si c’est pour peu de temps. La réponse est oui, même sur une période courte. Le lait maternel est riche et équilibré en anticorps, vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, sucres, graisses, protéines dont votre bébé a besoin pour bien grandir. Le lait maternel est aussi très digeste et bien assimilé.

L’allaitement maternel

Nourrir votre bébé au sein est le mode d’alimentation le mieux adapté à ses besoins durant les six premiers mois de sa vie. Le lait maternel lui apporte tout ce dont il a besoin pour bien se développer et le protéger des infections. Votre lait se modifie au fil des jours. Le rythme et la durée des tétées varient selon les besoins de votre bébé.

Ces articles de Mpedia vous permettent d’en savoir plus sur les bons gestes pour allaiter :

Si vous avez continué à fumer lors de votre grossesse, vous pouvez allaiter ; mais le mieux est de réduire au maximum votre consommation de tabac, voire de l'arrêter. En effet, le tabac modifie le goût du lait, sa composition et en diminue la production.

© Blausen Medical

Le biberon

Si vous choisissez l’alimentation au biberon, sachez que les laits maternisés sont bien adaptés aux besoins de votre enfant. Demandez conseil à votre médecin traitant ou à votre pédiatre pour savoir quel lait acheter, quelle quantité lui donner, comment le préparer, quel type de tétine choisir, etc.

© Association française de pédiatrie ambulatoire

Quel suivi médical pour votre enfant ?

Dès réception de votre certificat d’accouchement, l’Assurance Maladie vous adressera le calendrier des examens de surveillance médicale de votre enfant jusqu’à son sixième anniversaire. Ce calendrier est également disponible sur votre compte sur ameli.fr.

Neuf examens au cours de sa première année

Afin d’organiser l’ensemble des examens médicaux obligatoires de votre bébé au cours de sa première année, prenez rendez-vous avec un médecin qui vous convient : médecin généraliste, pédiatre ou médecin du centre de protection maternelle et infantile (PMI). Ces examens sont effectués dans l’ordre suivant :

  • dans les 8 jours qui suivent sa naissance ;
  • tous les mois jusqu’à ses 6 mois ;
  • au cours des 9e et 12e mois.

Ensuite, trois consultations sont prévues au cours de la deuxième année puis deux fois par an jusqu’à six ans.

Tous ces examens sont pris en charge à 100 %, dans la limite des tarifs de l'Assurance Maladie.

L’ensemble des examens sont consignés dans le carnet de santé de votre enfant qui vous est remis à la maternité. Présentez-le à chaque consultation et conservez-le précieusement.

La vaccination

Au cours de sa première année, votre bébé va être vacciné plusieurs fois.

Il naît avec certains anticorps maternels dans le sang qui vont disparaître progressivement.

Les vaccinations peuvent être réalisées dès le deuxième mois. Le calendrier des vaccinations (PDF, 1.9 Mo) ou le carnet de santé vous indique quel vaccin est à effectuer et à quel moment.

Point d’attention sur la Vitamine D

Une procédure de suspension de commercialisation de l'Uvestérol D® (vitamine D) est en cours.

Votre pédiatre prescrit à votre nourrisson de la vitamine D pour prévenir les carences.
Parmi les médicaments disponibles contenant de la vit D, l'Uvestérol D fait l'objet d'une procédure de suspension de commercialisation par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à la suite du décès d'un nourrisson après administration d’Uvestérol D®. C'est le mode d'administration qui est en cause et non la vitamine D.
Dans l’attente de la décision définitive de l’ANSM, la Ministre de la Santé appelle, par mesure de précaution, les parents à ne plus administrer d’Uvestérol D® à leurs enfants.
Il existe des alternatives à l’Uvestérol D®. La vitamine D étant essentielle pour le développement des nourrissons, la Ministre appelle les familles à se rapprocher de leur professionnel de santé, qui leur proposera de la vitamine D sous une autre forme.

L'Uvestérol vitamine ADEC n'est plus commercialisé en pharmacie de ville. Son usage est réservé aux hôpitaux. Il peut être prescrit à l'hôpital, délivré par la pharmacie de l'hôpital pour les enfants qui présentent un syndrome de malabsorption (mucoviscidose, insuffisance intestinale...)

Pour répondre à vos questions, un numéro vert d’information est mis en place :

0800 636 636

Sources
  • Ministère de la Santé. Carnet de santé maternité. Site internet : Le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé. Paris ; 2009 [consulté le 16 octobre 2015]
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). La santé vient en mangeant. Le guide nutrition de la naissance à 3 ans. Site internet : Inpes. Saint-Denis (France) ; 2005 [consulté le 16 octobre 2015]
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Allaitement maternel. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2016 [consulté le 11 mars 2016]