Médicaments et allaitement

20 janvier 2021
Afin d'éviter tout risque pour l'enfant, la prise de médicaments par une femme qui allaite, y compris ceux vendus sans ordonnance, devrait être évitée, sauf traitement prescrit par un professionnel de santé. La mère ne doit pas prendre un médicament de sa propre initiative ni arrêter ou modifier un traitement en cours sans en avoir préalablement parlé avec son médecin traitant.

Quels sont les effets bénéfiques de l'allaitement sur le bébé ?

L'allaitement est l'alimentation naturelle du bébé par le lait maternel. Il présente des bénéfices pour le nourrisson que n'ont pas les laits infantiles (maternisés ou artificiels). En effet, le lait maternel permet de :

  • lui assurer une protection immunitaire car il contient des anticorps qui le protègent contre les infections, et diminuent les risques d'allergies ;
  • prévenir des diarrhées infectieuses. Cet effet est corrélé avec la durée de l'allaitement ;
  • prévenir des infections oto-rhino-laryngologiques (ORL) (rhinites, otites) et respiratoires (bronchiolites, bronchites asthmatiformes) si l'allaitement dure plus de trois mois.

De plus, le lait produit par la mère change de composition au fil du temps pour s'adapter aux besoins et à la croissance du bébé.

Cependant, le lait produit par la mère est aussi le reflet de son état de santé général et de son alimentation. Les substances qu'absorbe la mère (médicaments, aliments, alcool, etc.) peuvent donc se retrouver dans le lait et affecter l'enfant.

Une mère séropositive ne doit pas allaiter

Le principal mode de contamination du nourrisson par le virus de l'immunodéficience humain (VIH) est la transmission de la mère à l'enfant pendant la grossesse, à l'accouchement ou par le lait maternel.

Ainsi, la seule contre-indication à l'allaitement est lorsque la mère est séropositive ; le virus se retrouvant dans le lait maternel peut infecter l'enfant.

Quels sont les effets possibles des médicaments pendant l’allaitement ?

De nombreux médicaments n'ont aucun effet négatif pendant l'allaitement car ils ne passent pas dans le lait ou s'y retrouvent en quantités trop faibles pour avoir une incidence ou encore, sont inoffensifs pour le bébé.

Pour la mère, les médicaments qui ont des effets peuvent, par exemple, augmenter ou diminuer sa production de lait. Pour le bébé, les effets sont variables :

  • Ils peuvent être immédiats et transitoires. Par exemple, la prise d'un antihistaminique (contre les allergies) par la mère provoque une sédation passagère chez l'enfant.
  • Ils peuvent avoir une action à plus long terme. Certains antibiotiques, comme les tétracyclines, ont un effet toxique sur le développement dentaire.

Les effets des médicaments sur le bébé peuvent aussi être :

  • Identiques à ceux de la mère. Par exemple, si un somnifère passe dans le lait maternel, le bébé va ressentir le même effet sédatif que celui de sa mère, dans une moindre proportion si la quantité présente dans le lait maternel est faible. Cet effet est généralement le même que celui observé lorsque la mère est en état d'ébriété dû à la prise d'alcool. La consommation de certains excitants comme le café, peut aussi affecter le bébé.
  • Différents de ceux de la mère. Les tétracyclines vont soigner une infection chez la mère mais n'auront aucun effet chez le bébé s'il n'a pas d'infection. Les perturbations du développement dentaire, qui peuvent apparaître plus tard, ne sont pas observées chez la mère.

Quelles situations peuvent justifier la prescription de médicaments à une femme qui allaite ?

Avant toute prescription de médicament à une femme qui allaite, le médecin traitant évalue le bénéfice potentiel, par rapport au risque pour le bébé. Plusieurs situations justifient la prise de médicaments pendant l'allaitement. C'est le cas notamment lorsque la mère doit suivre un traitement pour 

  • une maladie chronique tels que l'asthme, le diabète, etc. ;
  • une maladie ponctuelle qui ne guérit pas spontanément comme une infection urinaire ;
  • compenser un déficit après la grossesse en vitamines, minéraux, etc.

Qu'en est-il des informations sur l’allaitement présentes sur les notices de médicaments ?

Toutes les notices des médicaments comportent une information spécifique pour les cas de grossesse et d'allaitement.

Selon le recul que l'on a sur l'utilisation d'un médicament et les données observées au fil de son utilisation dans la population, trois situations sont possibles :

  • Un risque pour le bébé allaité est connu ou suspecté. Dans ce cas l'utilisation du médicament n'est pas compatible avec l'allaitement.
  • Un risque pour le bébé allaité est peu probable. En fonction de la nature des données disponibles, l'utilisation sera qualifiée de « possible » ou d'« envisageable » pendant l'allaitement.
  • Le risque pour le bébé est inconnu car les données disponibles ne permettent pas d'aboutir à une conclusion. La possibilité ou non d'allaiter sera appréciée au cas par cas par le médecin traitant.

Ainsi, il est important de consulter la notice d'un médicament, même de ceux qui sont connus de longue date et sont largement utilisés. L'aspirine, par exemple, est déconseillée pendant l'allaitement car le bébé peut en ingérer.

Quels sont les bons réflexes à adopter pendant l’allaitement ?

Si vous allaitez, il est important :

  • d'éviter l’automédication. Vous devez consulter votre médecin traitant ou demander conseil à un professionnel de santé avant de prendre tout médicament, y compris ceux vendus sans ordonnance ou à base de plantes. La consommation de compléments alimentaires et de produits tels que les huiles essentielles est aussi vivement déconseillée.
  • de ne pas arrêter un traitement prescrit ni d'en modifier les doses prescrites sans avis médical.
  • d'éviter de prendre des médicaments avant de nourrir votre bébé afin de minimiser le risque de passage des médicaments dans le lait maternel. Si vous devez suivre un traitement, il est préférable de le prendre immédiatement après la tétée pour donner à votre organisme le temps d'éliminer le médicament avant la tétée suivante.
  • de bien lire les notices de chaque médicament.
  • d'en informer les professionnels de santé que vous consultez : dentiste, pharmacien, etc.

Quelle hygiène de vie adopter pendant l'allaitement ?

Pour favoriser le déroulement de l'allaitement dans les meilleures conditions pour votre bébé et vous-même, il est important d'appliquer les principes d'hygiène suivants :

  • vous ne devez pas fumer pendant cette période, même si le tabagisme n'est pas contre-indiqué dans cette situation. Essayez de réduire au maximum votre consommation et, si possible, attendez deux heures après avoir fumé avant de donner le sein, afin de réduire la concentration de nicotine dans votre lait. L'allaitement peut d'ailleurs être une bonne période pour arrêter de fumer. Il est alors important de demander l'avis de votre médecin traitant et de ne pas réaliser cette démarche sans avis médical (en automédication) car certains substituts nicotiniques, en patchs notamment, sont contre-indiqués pendant l'allaitement.
  • toute consommation de drogue, y compris des substances « douces » comme le cannabis, doit être proscrite.
  • par prudence, toute consommation de boisson alcoolisée doit être évitée car l'alcool passe dans le lait maternel. Une consommation occasionnelle, si elle a lieu, doit rester modérée. Si elle est plus importante, il est préférable d'éviter l'allaitement. Dans ce cas, vous pouvez tirer votre lait puis le jeter.

Quelles sont les boissons non alcoolisées à éviter, à préférer pendant l'allaitement ?

Pendant l’allaitement, il faut éviter de boire des boissons énergétiques. Elles peuvent contenir de la caféine ou d’autre substances excitantes qui passent dans le lait et ont un effet sur le bébé : agitation, irritabilité, troubles du sommeil, etc.

Les boissons « naturellement » excitantes comme le café, le thé, et certains sodas contenant de la caféine peuvent être prises en faibles quantité, et si possible immédiatement après la tétée pour limiter le passage dans le lait lors de la prochaine tétée.

Les tisanes et les autres boissons décaféinées peuvent être consommées. Et boire de l'eau est vivement recommandé car l'allaitement peut légèrement déshydrater, il est donc important d'en boire suffisamment, encore plus en période de fortes chaleurs.

Quelle est la meilleure alimentation à avoir pendant l'allaitement ?

Contrairement à la grossesse, la mère ne doit pas suivre de régime particulier pendant l'allaitement. Il vous est simplement recommandé d’avoir une alimentation variée, équilibrée et enrichie qui comprend :

  • des fruits et légumes frais ;
  • des protéines maigres (viande blanche, lentilles, etc.) ;
  • des céréales complètes ;
  • des graisses insaturées (huile d’olive, poissons).

En outre, pendant cette période, vous devez éviter de prendre des compléments alimentaires sans avis médical car certaines vitamines et minéraux contenus dans ce type de produits passent dans le lait maternel.

Enfin, les aliments « naturellement » excitants comme le chocolat fortement titré en cacao peuvent être consommés mais en faibles quantité, et si possible immédiatement avoir allaiter pour limiter le passage dans le lait de la prochaine tétée.

  • Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Médicaments et grossesse. Site internet : ANSM. Saint Maurice (France) ; 2020 [consulté le 9 novembre 2020]
  • Centre de référence sur les agents tératogènes (CRAT). Aspirine = Acide acétylsalicylique - Grossesse et allaitement. Site internet : CRAT. Paris ; 2020 [consulté le 9 novembre 2020]
  • Direction générale de la santé (DGS). L'allaitement maternel : guide pratique à l'usage des professionnels de la santé. Site internet : DGS. Paris ; 2003 [consulté le 9 novembre 2020]
  • Korb-Savoldelli V, Korb D. Pharmacie clinique et thérapeutique in Médicaments, grossesse et allaitement. 5e éd. Paris : Elsevier Masson. Chapitre 59. 2018:1071-82
  • Programme national nutrition santé. Allaitement maternel - les bénéfices pour la santé de l'enfant et de sa mère. Site internet : ministère des Solidarités et de la Santé. Paris ; 2005 [consulté le 9 novembre 2020]
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Alimentation des nourrissons pour la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Site internet : OMS. Genève (Suisse) [consulté le 9 novembre 2020]