Les compléments alimentaires

25 septembre 2019
Les compléments alimentaires sont censés compléter les apports alimentaires pour aider à corriger certaines carences. Très nombreux sur le marché, ils sont vendus sous différentes formes. Ce ne sont ni des aliments, ni des médicaments et sont à consommer avec précaution.

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire ?

Un complément alimentaire n’est pas un aliment. C’est un produit préparé, qui contient une ou plusieurs substances, destiné à être pris en complément de l’alimentation.

Souvent conçus pour améliorer le bien-être (mincir, affronter l’hiver, renforcer les cheveux, apaiser, etc.), ils ne doivent pas être confondus avec des médicaments, ni des produits réservés à l’usage des sportifs, ou encore certains produits pour maigrir. De même, les compléments alimentaires ne sont pas des substituts de repas ou même, ne peuvent remplacer une alimentation équilibrée.

Les compléments alimentaires contiennent une ou plusieurs substances associées dans une forme spécifique.

Que contiennent les compléments alimentaires ?

Les substances autorisées dans les compléments alimentaires sont fixées par un décret de 2006. Il s’agit principalement :

  • de certains (vitamines et minéraux) ;
  • de certaines substances à but nutritionnel ou physiologique tels que les acides aminés, par exemple ;
  • d’autres substances comme les plantes ou extraits de plantes.

Certains composants, comme les vitamines ou les minéraux, peuvent se retrouver de la même façon dans les compléments alimentaires et dans d’autres types de produits. Cela ne veut pas dire que ces produits sont identiques, ni même comparables.

Les diverses formes de compléments alimentaires

Les compléments alimentaires sont commercialisés sous différentes formes :

  • gélules ;
  • comprimés ;
  • gommes ;
  • solutions à boire ;
  • poudres à diluer ;
  • ampoules buvables, etc.

Ils peuvent ainsi être consommés selon la situation de chacun. Par exemple, une personne ayant du mal à avaler des gélules, va préférer des compléments alimentaires sous forme liquide.

La forme du complément alimentaire peut aussi être dictée par sa composition. Par exemple, certains extraits de plantes qui craignent la lumière sont présentés en gélule opaque.

Quelles sont les différences entre un complément alimentaire et un médicament ?

Un médicament a un effet thérapeutique

Un médicament est conçu pour guérir ou corriger les symptômes d’une ou de plusieurs maladies. Pour avoir le droit d’être commercialisé, il doit avoir prouvé son efficacité contre la ou les maladies concernées.

De plus, un médicament doit également avoir prouvé son innocuité, et ses effets indésirables sont étudiés et suivis tout au long de sa commercialisation.

Ainsi, un médicament, qu’il soit disponible en automédication ou sur ordonnance, ne peut être utilisé que dans un ou quelques cas bien précis pour lesquels il a reçu une autorisation. En France, il est toujours vendu en pharmacie.

Un complément alimentaire ne peut revendiquer d’effet(s) thérapeutique(s)

Un complément alimentaire est conçu pour fournir un apport de certains éléments à l’organisme. Il est soumis à des règles concernant :

  • sa composition (extraits de plantes, vitamines, minéraux, etc.) ;
  • les doses maximales à consommer pour certaines substances, telles que les vitamines, par exemple.

Un complément alimentaire n’est soumis à aucun test d’efficacité ni d’innocuité. Il ne dispose d’aucune autorisation particulière d’utilisation dans des cas bien précis.

Suivant la formule du produit, le fabricant est seul responsable de donner l’information au public sur les situations dans lesquelles le complément alimentaire peut être consommé. Ces informations ne portent pas sur des cas d’utilisation encadrés, comme pour le médicament. C’est pourquoi on parle d’allégations de santé dont le nombre est restreint. La liste des allégations de santé utilisables est fixée par un règlement européen, consultable sur le site de la Commission européenne. Les principales allégations de santé sur le marché français sont liées au sommeil, à la digestion et à la vitalité (fatigue, tonus, etc.).

Les compléments alimentaires sont disponibles en vente libre, et environ 20 % sont vendus sur internet.

Pourquoi les compléments alimentaires ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie ?

Pour être remboursé par l’Assurance Maladie, un produit doit avoir le statut de médicament et avoir prouvé son efficacité contre une ou plusieurs pathologies. Son remboursement n’est effectif que lorsqu’il est prescrit dans le cadre de ces pathologies.

Un complément alimentaire n’est pas un médicament ; il n’entre donc pas dans la catégorie des produits qui peuvent être proposés au remboursement par l’Assurance Maladie.

Les compléments alimentaires peuvent-ils interagir avec des médicaments ?

Il existe des interactions possibles entre des substances contenues dans certains compléments alimentaires et les médicaments (mélatonine, oméga 3, etc.)

Si vous envisagez de prendre des compléments alimentaires, et que vous avez (ou avez eu récemment) un traitement médicamenteux, il faut :

  • consulter les notices des médicaments et les compositions des compléments alimentaires ;
  • demander conseil à votre pharmacien ou votre médecin traitant en lui donnant la composition des compléments alimentaires que vous souhaitez consommer.

En outre, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) souligne que pour consommer des compléments alimentaires, il est important :

  • d’éviter des prises prolongées, répétées ou multiples au cours de l’année sans demander conseil à un professionnel de santé ;
  • de respecter scrupuleusement les conditions d’emploi fixées par le fabricant, responsable de la sécurité des produits qu’il commercialise ;
  • de signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable survenant suite à la consommation d’un complément alimentaire ;
  • de privilégier les circuits d’approvisionnement contrôlés par les pouvoirs publics.

  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Les compléments alimentaires. Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France), 2019 [consulté le 15 juillet 2019]
  • European Commission. EU Register of nutrition and health claims made on foods. Site internet : European commission. Bruxelles, 2016 [consulté le 15 juillet 2019]
  • Légifrance. Décret n°2006-352 du 20 mars 2006 relatif aux compléments alimentaires. Site internet : Legifrance, 2006 [consulté le 15 juillet 2019]