Les infections par des parasites pendant la grossesse

22 juillet 2021
La toxoplasmose et le paludisme sont des infections dues à des parasites. Si elles ne sont pas décelées et prises en charge chez la femme enceinte, elles peuvent être à l'origine de complications diverses au moment de l'accouchement ou avoir de graves conséquences sur la santé de l'enfant.

La toxoplasmose

Comment une femme enceinte peut-elle être infectée par la toxoplasmose ?

La toxoplasmose est une infection causée par un parasite appelé protozoaire que les animaux transmettent aux hommes. Ce n'est cependant pas une maladie contagieuse car elle ne se transmet pas entre les êtres humains.

La future maman non immunisée peut être contaminée :

  • en mangeant des aliments porteurs des parasites, le plus souvent :
    • des viandes mal cuites,
    • des légumes et des fruits souillés par de la terre ;
  • en nettoyant la caisse d’un chat contenant ses déjections ;
  • en manipulant de la terre sans porter de gants.

80 % des toxoplasmoses lors de la grossesse n'entraînent aucun symptôme chez la femme enceinte. Le diagnostic est posé lors du dépistage sérologique. Plus la contamination par le parasite survient tôt pendant de la grossesse, plus la toxoplasmose congénitale est grave.

Risques de transmission au fœtus

Une fois contaminée, la mère peut transmettre le parasite au fœtus. Il est important de savoir que :

  • le risque de transmission du parasite augmente durant la grossesse :
    • au premier trimestre, il est d’environ 10 %, et la contamination peut provoquer une fausse couche,
    • au deuxième trimestre, il passe à environ 30 %,
    • au troisième trimestre, il monte à environ 60 % ;
  • plus la transmission du parasite à l’enfant arrive tard durant la grossesse, moins la toxoplasmose congénitale est grave.

Qu'est-ce que la toxoplasmose congénitale ?

La toxoplasmose congénitale est l'infection du fœtus par le parasite Toxoplasma gondii transmis par la mère. Cela suppose que la mère a été en contact avec le parasite pendant sa grossesse et qu'elle n'était pas immunisée contre cette maladie, c’est-à-dire n’a jamais été au contact du parasite avant d'être enceinte.

Quelles sont les manifestations possibles de la toxoplasmose congénitale ?

La principale manifestation présente chez le fœtus est la choriorétinite. C'est une inflammation de la associée à une atteinte de la rétine. Elle se déclare quelquefois après la naissance de l’enfant, ou même durant l’adolescence ou à l’âge adulte. Elle peut être responsable de déficit visuel.

La toxoplasmose congénitale peut entraîner d’autres complications graves en cas de contamination précoce lors de la grossesse : mort in utéro, accouchement prématuré, séquelles neurologiques (anomalies de développement du cerveau, retard psychomoteur, etc.).

La toxoplasmose congénitale peut être latente (90 % des cas) : le nouveau-né n'a pas de symptôme mais ses tests biologiques montre qu'il a été en contact avec le parasite. Le traitement précoce limite une possible évolution secondaire vers une forme oculaire ou neurologique retardée. L'atteinte oculaire secondaire est cependant possible tout au cours de la vie, dans environ 25 % des cas. Le suivi clinique une fois par an est poursuivi jusqu'à l'âge adulte, avec contrôle du fond d'œil.

Comment savoir si je suis immunisée contre la toxoplasmose ?

Pour savoir si vous êtes immunisée contre la toxoplasmose, un test sanguin vous est prescrit en début de grossesse pour chercher si votre sang contient des anticorps de la maladie.

Si votre sang ne contient pas d’anticorps, vous n’êtes pas immunisée. Vous devrez alors faire une prise de sang tous les mois et prendre quelques précautions alimentaires et d’hygiène. En effet, 80 % des toxoplasmoses lors de la grossesse n'entraînent aucun symptôme chez la femme enceinte et le diagnostic n'est posé que lors du test sérologique.

Conseils si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose au moment de votre grossesse

Pour prévenir toute contamination par le parasite de la toxoplasmose, il est nécessaire de mettre en place certaines règles d'hygiène, de prêter une attention particulière avec certains aliments et de prendre des précautions avec les chats ou dans votre jardin.

Le lavage des mains est une arme efficace contre les microbes et parasites. Lavez-vous les mains correctement, avec du savon, pendant au moins 30 secondes et en vous brossant les ongles :

  • avant de préparer le repas ;
  • après avoir manipulé de la viande crue ou des légumes souillés par de la terre ;
  • avant de passer à table ;
  • en rentrant du jardin ;
  • après avoir caressé des animaux ou changer la litière.

Aussi, lavez les surfaces et les ustensiles de cuisine après chaque utilisation, surtout lorsque vous avez découpé de la viande crue.

Afin d’enlever toute trace de terre, rincez les crudités, les plantes aromatiques et les fruits (fraises, etc.) à l’eau claire. Il n’est pas nécessaire d’employer de l’eau vinaigrée pour réaliser un nettoyage efficace.

Modifiez, si besoin votre façon de manger de la viande :

  • cuisez-la à cœur et assez longtemps, à plus de 68 °C, qu’elle soit rouge ou blanche, ce qui correspond en pratique à une viande ne laissant pas s'écouler de jus rosé à la coupe. Sachez que le four à micro-ondes ne détruit pas mieux le parasite que les autres modes de cuisson ;
  • évitez la consommation de viande marinée, fumée, salée ou grillée ;
  • congelez la viande pendant au moins trois jours à une température inférieure à -18 °C.

Il est aussi recommandé :

  • d'éviter de consommer des moules, des huîtres ou tout autre mollusque crus ;
  • de boire de préférence de l'eau en bouteille ;
  • lors des repas pris en dehors du domicile (au restaurant ou chez des amis), d'éviter la consommation de crudités et de préférer les légumes cuits. Si vous choisissez de manger de la viande, celle-ci doit être consommée bien cuite.

Si vous avez un chat et que vous êtes enceinte, il est préférable de demander à votre entourage de s'occuper du changement de la litière de votre animal. Si vous devez vraiment le faire, lavez le bac à litière tous les jours avec de l’eau très chaude (à plus de 70 °C), en utilisant des gants. Il est inutile d’utiliser de l’eau de Javel car elle n’est pas plus efficace pour éliminer le parasite. Cependant, si votre chat ne quitte pas votre appartement et s'il est nourri exclusivement avec des conserves ou croquettes indemnes de parasites, il n'est pas exposé à la toxoplasmose et ces mesures sont inutiles.

Pour le jardinage ou tout contact avec la terre, portez des gants. Lavez-vous ensuite les mains même si vous les avez protégées avec des gants.

Le paludisme

Le paludisme est dû à un parasite du genre Plasmodium, transmis par des moustiques anophèles.

La survenue d’une crise de paludisme pendant la grossesse, et surtout en cas de paludisme à falciparum peut être responsable :

Le traitement du paludisme chez la femme enceinte est indispensable.

Il est déconseillé aux femmes enceintes de voyager dans les zones où le paludisme est présent. Si ce voyage est vraiment nécessaire, la prise d'une prévention du paludisme est indispensable.

  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Prévention des risques fœtaux : infections, médicaments, toxiques, irradiation. UE2 n° 26 - 6e éd. Site internet : Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Issy-les-Moulineaux (France) : 2020 [consulté le 14 juillet 2021]
  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Prévention des risques fœtaux : infections, médicaments, toxiques, irradiation. UE2 n° 26 - 5e éd. Site internet : Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Issy-les-Moulineaux (France) : 2018 [consulté le 14 juillet 2021]
  • Haute autorité de santé (HAS). Femmes enceintes : colonisation urinaire et cystite - Recommandation de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2016 [consulté le 14 juillet 2021]
  • Québec. Infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et grossesse. Site internet : Quebec.ca. Québec ; 2018 [consulté le 14 juillet 2021]
  • Santé publique France. Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2020 (à l’attention des professionnels de santé) – Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2020 [consulté le 14 juillet 2021]