Comment se déroule une échographie abdomino-pelvienne ?

07 juin 2017
L’échographie abdomino-pelvienne est une technique d’imagerie médicale qui utilise les ultrasons. Elle permet de visualiser les organes de l’abdomen et du pelvis. Cet examen est réalisé au travers de la paroi abdominale ou par voie endocavitaire. Voici les clés pour mieux comprendre ces techniques.

Qu’est-ce qu’une échographie abdomino-pelvienne ?

L’échographie est une technique d’imagerie médicale qui utilise les propriétés des émis par la sonde de l’échographe. Ceux-ci se réfléchissent sur les parois des organes et produisent un écho, dont le retour permet d’obtenir des images de la zone examinée.

C’est un examen qui n’utilise pas les rayons X ; il ne présente donc aucun danger d’irradiation.

Une échographie abdomino-pelvienne peut être utilisée pour :

  • diagnostiquer une maladie (recherche de tumeurs et d’infection, exploration d’un syndrome inflammatoire) ;
  • suivre l’évolution d’une pathologie (surveillance d’un cancer) ;
  • suivre la croissance et étudier le bon développement des organes du fœtus pendant la grossesse ;
  • guider un chirurgien au cours de certaines opérations, etc.

L’échographie abdomino-pelvienne permet de visualiser les organes de l’abdomen et du pelvis. C’est à dire :

  • le foie ;
  • la vésicule biliaire
  • les reins,
  • la vessie ;
  • l’utérus et les chez la femme ;
  • la prostate et les chez l’homme, etc.

Il existe 2 techniques d’échographies abdominales et/ou pelviennes : à travers la paroi abdominale (transcutanée) ou par voie endocavitaire (dans le vagin ou dans le rectum).

La sonde de l’échographe est déplacée sur la peau de l’abdomen. Elle permet d’examiner tous les organes de l’abdomen et de la région pelvienne : foie, reins, vessie, utérus, , etc.

La sonde de l’échographe est introduite dans le vagin ou le rectum. En étant plus proche des organes examinés, elle permet d’obtenir des images de qualité. En particulier :

  • des , de l’utérus, des pour l’échographie transvaginale. Cette technique ne peut pas être effectuée chez une femme n’ayant jamais eu de rapports sexuels. L’examen est possible pendant la grossesse et après la ménopause ;
  • de la prostate et des parois du rectum pour l’échographie transrectale. Cet examen peut également guider le médecin pour la réalisation de biopsies de la prostate.

Une troisième technique : l’écho-endoscopie 

Dans ce cas, l’échographie est réalisée au cours d’une endoscopie digestive haute. La sonde d’échographie est fixée à un endoscope, introduit dans le tube digestif par la bouche. Elle permet d’examiner les parois du tube digestif (œsophage, estomac et duodénum), les voies biliaires, les ganglions lymphatiques et des organes plus profonds comme le , par exemple.

Elle se fait éventuellement sous sédation (recours à un moyen, médicamenteux ou non, pour soulager ou apaiser) ou sous anesthésie légère.

Ses conditions de réalisation sont identiques à celles de l’endoscopie digestive haute.

Se préparer à une échographie abdominale ou pelvienne

Lors de votre prise de rendez-vous pour une échographie, prévoyez le temps nécessaire car elle dure en moyenne 30 minutes.

Certains documents et un minimum de préparation permettent une bonne réalisation de l’examen.

Le jour de l’examen, munissez-vous :

  • de votre ordonnance ;
  • du courrier remis par le médecin prescripteur (médecin traitant, gynécologue, gastroentérologue, etc.) ;
  • de la liste de vos médicaments ;
  • de votre dossier radiologique (anciennes radiographies, échographies, scanners, IRM, etc.) ;
  • de votre compte-rendu opératoire si une intervention a eu lieu.

Avant l’examen :

  • vous pouvez prendre votre traitement habituel ;
  • il peut vous être demandé d’arriver sans avoir mangé depuis quelques heures (généralement 3 heures) pour une échographie abdominale ;
  • n’urinez pas pendant 3 heures avant une échographie pelvienne transcutanée. Cet examen nécessite le plus souvent que la vessie soit pleine d’urine afin d’obtenir des images des organes de meilleure qualité. Si vous avez uriné, buvez abondamment dans l’heure qui précède l’échographie (au moins 4 verres d’eau).

En revanche, la vessie doit être vide pour une échographie transvaginale ou transrectale. Il est donc nécessaire d’aller aux toilettes juste avant l’examen.

L’échographie transrectale nécessite la réalisation d’un lavement à votre domicile, avant l’examen.

Le déroulement de l’échographie abdominale ou pelvienne

L’échographie abdominale ou pelvienne est effectuée par un radiologue ou un médecin spécialisé en échographie. Les sages-femmes sont compétentes pour effectuer des échographies en vue d’une grossesse (surveillance de l’ovulation) et lors de son déroulement.

Avant l’examen, le médecin vous interroge sur vos problèmes de santé et vos traitements en cours ou passés. Il est particulièrement important de lui signaler toute prise de médicaments.

Quel que soit le type d’échographie, l’examen comprend plusieurs étapes.

Cet examen se déroule dans une pièce sombre, pour faciliter la lecture des images. Vous avez la vessie pleine et :

  1. Vous vous allongez sur une table d’examen, sur le dos et si besoin sur le côté.
  2. Le praticien applique un gel cutané au niveau de votre ventre, pour favoriser le contact entre la sonde et la peau et ainsi la bonne transmission des .
  3. Il place ensuite la sonde au contact de la peau et la déplace, en exerçant une légère pression. Le médecin peut vous demander d’arrêter de respirer pendant quelques instants.

Une fois l’examen terminé, le gel est enlevé. Vous ne ressentez aucune sensation autre que l’impression de froid donnée par le gel.

En revanche, avoir la vessie pleine crée un certain inconfort. Vous êtes invité(e) à aller aux toilettes pour vider votre vessie juste après l’examen.

Juste avant cet examen :

  • videz votre vessie ;
  • en cas de port d’un tampon vaginal, celui-ci doit être enlevé ;
  • signalez une éventuelle allergie au latex. Une protection de la sonde sans latex sera utilisée.

Pour effectuer une échographie transvaginale :

  1. Vous vous allongez sur le dos, avec éventuellement les genoux pliés et les plantes de pied sur la table d’examen.
  2. Le praticien introduit dans votre vagin une petite sonde de la taille d’un doigt, enveloppée par une protection stérile en latex (sauf en cas d’allergie) à usage unique, recouverte d’un lubrifiant.
  3. Il déplace la sonde en différentes positions pour mieux observer les différents organes. Ceci peut créer un certain inconfort, voire un malaise transitoire sans gravité, mais l’introduction de la sonde n’est pas douloureuse.

Juste avant cet examen :

  • videz votre vessie ;
  • signalez une éventuelle allergie au latex. Une protection de la sonde sans latex sera utilisée.

Pour effectuer une échographie transrectale :

  1. Vous êtes allongé(e) sur la table d'examen, généralement sur le côté gauche, avec les genoux repliés sur la poitrine.
  2. Le praticien lubrifie le canal anal pour que la sensation lors de l’introduction de la sonde soit la moins désagréable possible.
  3. Il introduit dans votre rectum une petite sonde de la taille d’un doigt, enveloppée par une protection stérile en latex (sauf en cas d’allergie) à usage unique, recouverte d’un lubrifiant.
  4. Il déplace la sonde en différentes positions pour mieux observer les différents organes. Ceci peut créer un certain inconfort, une sensation de plénitude rectale, voire un malaise transitoire sans gravité, mais l’introduction de la sonde n’est pas douloureuse.

L’interprétation des images

Pendant l’examen, les échos des sont enregistrés par un ordinateur qui les convertit en images en mouvement, visibles sur un écran. Le médecin enregistre alors les images sur lesquelles il souhaite mesurer certains paramètres (la croissance du fœtus et son développement, la taille d’un organe, la présence d’une anomalie, par exemple).

Une fois l’examen terminé, le médecin interprète les résultats et vous les explique. Il vous remet un compte-rendu d’examen qu’il adresse également au médecin prescripteur et/ou au médecin traitant.

Si nécessaire et au vu des résultats, il vous prescrit des examens supplémentaires, pour compléter votre bilan.

Aucune complication n’est liée à la réalisation d’une échographie transcutanée, transvaginale ou transrectale.

En revanche, des complications sont possibles lors de l’écho- . Elles sont en rapport avec l’anesthésie et l’acte d’endoscopie.

Sources
  • The Hillingdon Hospitals (THH) NHS Foundation Trust. Having a transvaginal pelvic ultrasound patient information. Site internet : THH NHS. Uxbridge (Royaume-Uni) ; 2013 [consulté le 7 mars 2017]
  • National Health Service (NHS). Ultrasound scan. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2015 [consulté le 7 mars 2017]
  • Société française de Radiologie (SFR). Echographie. Site internet : SRF. Paris ; 2015 [consulté le 7 mars 2017]
  • Institut national du cancer (Inca). Échographie endorectale. Site : Inca. Boulogne-Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 7 mars 2017]
  • Société française d’endoscopie, Société nationale française de gastro entérologie. Informations médicales avant réalisation d’une écho-endoscopie. Site : SFED. Paris [consulté le 7 mars 2017]