Comment se déroule un écho-doppler veineux des membres inférieurs ?

30 mars 2017
L’écho–doppler veineux des membres inférieurs consiste à observer les veines des jambes et leurs flux sanguins, sur des images en mouvement. Cet acte est réalisé pour diagnostiquer une éventuelle maladie veineuse, suivre son évolution ou la traiter.

Qu’est-ce qu’un écho-doppler veineux ?

L’écho–doppler veineux des membres inférieurs est une technique d’imagerie médicale utilisant les , ondes sonores non perçues par l’oreille humaine. Cet examen est réalisé au moyen d’une sonde déplacée sur les membres.

L' veineux est indolore et inoffensif pour l'organisme (utilisation des sans conséquence sur la santé) ; il peut donc être pratiqué à tout âge et répété autant de fois que nécessaire.

Il permet :

  • de visualiser le réseau veineux ;
  • d’étudier les flux sanguins (quantité, vitesse, sens, irrégularité éventuelle, etc.). En effet, les images obtenues sont dynamiques (en mouvement). Généralement, grâce à l’utilisation de codes couleur, elles permettent de visualiser en bleu la circulation sanguine normale, et en rouge le sang veineux à contre–courant ( ).

Flux sanguin veineux normal et à contre-courant

Schéma : rôle des valvules des veines

Dans quels cas réalise-t-on un écho-doppler veineux ?

Cet examen est prescrit dans le cadre du diagnostic ou de la surveillance de certaines affections.

Également nommée "insuffisance veineuse", elle est identifiée par l’analyse des réseaux veineux superficiel, profond et des veines perforantes (reliant entre eux les deux réseaux précédents). En effet, l’écho–doppler permet d’établir le schéma anatomique des veines (trajets veineux des mollets, des cuisses et de l’aine). Il sert aussi à repérer les anomalies du courant veineux (ex. : ) et l’état des valves (sortes de "clapets" empêchant le sang de refluer).

Après un traitement des varices, cet examen est également utile pour évaluer l’efficacité des soins, et rechercher une éventuelle récidive précoce.

Elle est aussi appelée thrombose veineuse. L’écho–doppler s’emploie pour la diagnostiquer. Grâce à cet examen, on définit la localisation (profonde ou superficielle) et la taille du caillot de sang qui obstrue la veine.

Un angiome (lésion bénigne du système vasculaire), par exemple, peut également être détecté à partir d’un écho–doppler.

Cette technique d’imagerie est aussi indispensable pour guider le médecin lors de certains soins :

  • les traitements endoveineux thermiques (destruction d’une varice grâce à la chaleur, au moyen d’une petite sonde introduite dans la veine malade) ;
  • la sclérothérapie échoguidée (consistant à injecter dans la varice un produit qui la fait durcir puis disparaître peu à peu).

L’écho–doppler se pratique aussi sur les membres supérieurs. Plus rare, il peut se révéler utile si le médecin suspecte une ou une malformation veineuse au niveau d’un bras.

Ce qu’il faut savoir avant un écho-doppler veineux des membres inférieurs

L’acte peut durer jusqu'à 30 minutes. Tenez-en compte lorsque vous prenez rendez-vous.

Le jour de l’examen, pensez à vous munir :

  • de votre ordonnance ;
  • du courrier remis par le prescripteur, c’est–à–dire votre médecin traitant ou phlébologue (spécialiste du système veineux) ;
  • du ou des comptes rendus opératoires de chirurgie veineuse, le cas échéant.

Par ailleurs, n’appliquez rien sur vos jambes (ni crème, ni lait, ni huile), car cela pourrait perturber les images.

Comment fonctionnent les outils d’imagerie utilisés durant un écho–doppler ?

L’examen repose sur deux techniques différentes.

  • L’échographie utilise les propriétés des émis par la sonde de l’échographe. Ceux–ci se réfléchissent sur les parois des organes et produisent un écho, dont le retour permet d’obtenir des images de la zone examinée.
  • La fonction se base sur un phénomène physique nommé "effet ". La fréquence des ondes sonores émises par la sonde échographique est modifiée lorsque les ondes sont réfléchies par une cible en mouvement (ex. : globules rouges sanguins). Cela permet d’étudier la vitesse du flux sanguin et son sens.

Le déroulement de l’écho-doppler veineux des membres inférieurs

L’examen est effectué soit par un phlébologue, un chirurgien vasculaire ou un radiologue. Il comprend plusieurs étapes :

  1. Le médecin vous interroge sur vos éventuels problèmes de santé et traitements en cours ou passés (médicaments, chirurgie veineuse).
  2. Pour examiner vos membres inférieurs et repérer les varices, le praticien vous fait monter sur un petit tabouret, de face puis de dos par rapport à lui, dans une pièce bien éclairée. Il peut aussi vous demander de vous asseoir sur une table d’examen (ou rarement, de vous coucher pour étudier certaines zones).
  3. Il applique un gel cutané pour favoriser la bonne transmission des . Ensuite, il place la sonde au contact de la peau et la déplace sur un membre, puis sur l’autre. En effet, les deux membres sont examinés, même si vos problèmes sont localisés plutôt sur une jambe.
  4. Pour rechercher une possible phlébite, le médecin compresse les veines avec la sonde, afin de vérifier leur perméabilité (permettant une bonne circulation du sang) ou au contraire leur obstruction.
  5. Pour étudier le sens du flux sanguin, il effectue ensuite des manœuvres de "chasse" sanguine en exerçant des compressions manuelles sur les muscles ou le long des veines superficielles.Le médecin peut aussi vous demander de relever et étendre le pied, de tousser ou d’expirer bouche fermée et nez bouché (c'est la manœuvre de Valsalva qui, en augmentant la pression dans le thorax, ralentit le retour du sang veineux et augmente la pression dans les veines). Enfin, il peut utiliser un garrot pneumatique au niveau du mollet (système à air comprimé, interrompant la circulation sanguine en aval de l’endroit où on le pose). Toutes ces manœuvres permettent de diagnostiquer un veineux par défaillance des valvules.
  6. Les échos des sont enregistrés par un ordinateur qui les convertit en images en mouvement, visibles sur un écran. Le médecin les enregistre.

Après l’écho-doppler veineux

Une fois l’examen terminé, le médecin interprète les résultats et vous les explique. Il vous remet un compte–rendu détaillé, également adressé au prescripteur. Ce document est indispensable et très utile pour décider d’un traitement. Les résultats y sont représentés sous la forme d’un schéma du réseau de veines et des anomalies repérées pendant l’écho–doppler (cartographie veineuse).

Sources
  • Union internationale de phlébologie (UIP). Examen écho–doppler des veines des membres inférieurs dans la maladie veineuse chronique – Texte de consensus. Phlébologie 2007;60(3):271-279
  • Société Française de Phlébologie. Qu’est–ce que l’écho–doppler veineux ? Site internet : Société Française de Phlébologie. Paris ; 2015 [consulté le 21 novembre 2016]