Comment se déroule un électrocardiogramme d’effort ou « épreuve d’effort » ?

26 février 2020
L’électrocardiogramme d'effort mesure la réaction du cœur durant une activité physique soutenue. Effectué à l’hôpital, ce test consiste à réaliser des exercices physiques de plus en plus intenses, jusqu’à l’apparition d’une fatigue.

Qu’est-ce qu’un ECG d'effort ou "épreuve d'effort" ?

Un électrocardiogramme (ECG) d’effort (ou "épreuve d’effort") est l’enregistrement de l'activité électrique cardiaque au cours d’un exercice physique soutenu. Cet examen sert à analyser la réaction du cœur lors d’activités similaires à celles qui peuvent avoir lieu dans la vie courante. Il peut être prescrit :

L’épreuve est réalisée en milieu hospitalier ou en clinique, et conduite par un cardiologue. Une seconde personne (une infirmière le plus souvent) assiste le praticien pendant l’examen. Celui-ci se déroule dans une pièce fraîche (18 à 20 °C) et bien ventilée.
Ce lieu contient plusieurs équipements :

  • un tapis roulant ;
  • un vélo spécifique ;
  • un lit de repos ;
  • du matériel de réanimation (par mesure de précaution).

Avant l’électrocardiogramme d’effort

Pour favoriser le bon déroulement de l’"épreuve d'effort", essayez d’appliquer les conseils suivants le jour du rendez-vous :

  • ne restez pas à jeun. Mangez normalement, sachant que votre dernière prise de nourriture doit avoir lieu deux à trois heures avant le début du test ;
  • si vous suivez un traitement, prenez vos médicaments comme d’habitude (sauf avis médical) ;
  • ne fumez pas ;
  • choisissez des vêtements et chaussures confortables, permettant de marcher et pédaler rapidement et sans gêne. Habillez-vous de façon à pouvoir enlever facilement le haut de votre tenue.

À votre arrivée sur le lieu du test, le cardiologue :

  • vous interroge et vous examine, pour rechercher une éventuelle contre-indication à l’ECG d'effort :
  • vous informe précisément sur les différentes étapes de l’épreuve ;
  • recueille votre consentement écrit avant de commencer le test.

Une fois que vous êtes entré dans la salle de test :

  1. L’infirmière vous demande de vous mettre torse nu (si vous êtes un homme) ou en soutien-gorge (si vous êtes une femme).
  2. Vous vous allongez sur un lit et l’infirmière applique sur votre thorax des électrodes autocollantes (après avoir rasé si besoin quelques poils de votre torse).
  3. Alors que vous êtes encore au repos, un électrocardiogramme de repos est réalisé. Il enregistre votre rythme cardiaque, l’activité électrique de votre cœur et votre tension artérielle.

Pendant l'ECG d’effort : quels sont les tests réalisés ?

L’épreuve d'effort en elle-même dure 10 à 30 minutes et comprend plusieurs étapes :

  1. Le cardiologue vous demande de marcher tranquillement sur le tapis roulant ou de pédaler doucement sur le vélo ; c'est une pase d'échauffement.
  2. Pour augmenter votre effort et votre rythme cardiaque, la vitesse et l’inclinaison du tapis sont augmentées soit progressivement, soit par paliers (toutes les 2 à 3 minutes). Si l’épreuve a lieu sur le vélo, la résistance au pédalage s’accroît sous l’action d’un frein.

Parallèlement, votre rythme cardiaque, l’activité électrique de votre cœur et votre tension artérielle sont enregistrés régulièrement.

Pendant toute la durée des exercices, il est nécessaire de respecter deux consignes :

  • évitez de parler (un mode de communication par gestes est défini) ;
  • signalez tout symptôme anormal éventuel (sensation d’inconfort, douleur thoracique, oppression, essoufflement, fatigue importante, battements anormaux du cœur, etc.)

Pour une bonne fiabilité des résultats, le test d'effort se poursuit habituellement jusqu’à ce que votre cœur batte aussi vite que possible (selon votre âge et votre état de santé). C’est pourquoi vous devez essayer de maintenir l’effort jusqu’à ce qu’une fatigue apparaisse.

Toutefois, l'épreuve d'effort est interrompue plus tôt dans les cas suivants :

  • chute de la tension artérielle ou troubles du rythme cardiaque ;
  • souffrance du myocarde (muscle du cœur) révélée par l’enregistrement de l’activité électrique ;
  • pâleur, faiblesse, vetiges ;
  • mauvaise tolérance de l’exercice (épuisement ou essoufflement précoces) ;
  • souhait de la personne de ne pas poursuivre le test d'effort.

Par ailleurs, d’autres examens peuvent être réalisés dans le même temps, avec votre accord, pour évaluer la qualité de votre respiration :

  • mesure des gaz rejetés en respirant (on vous pose alors un masque ou un embout buccal accroché avec un pince-nez) ;
  • prélèvements sanguins, pour doser notamment les gaz présents dans le sang.

Après l’épreuve d’effort : la récupération

Une fois le test d'effort terminé, vous continuez à marcher à votre rythme ou à pédaler tranquillement pendant quelques minutes, afin de faciliter votre récupération. Une phase de repos complet peut être nécessaire.

Parallèlement, le cardiologue continue de mesurer votre rythme cardiaque, l’activité électrique de votre cœur et votre tension artérielle. Cette surveillance se poursuit jusqu'au retour des valeurs normales (mesurées au repos). Vous pouvez alors quitter le lieu du test et rentrer chez vous.

Enfin, les résultats de l’examen sont envoyés au médecin qui vous a prescrit l'épreuve d’effort.

  • Société française de cardiologie. Recommandations de la Société française de cardiologie concernant la pratique des épreuves d'effort chez l'adulte en cardiologie. Site internet : SFC. Paris ; 2018 [consulté le 26 février 2020]
  • Fédération française de Cardiologie. Les explorations rythmologiques. Site internet : FFC. Paris ; 2020 [consulté le 26 février 2020]
  • National Health Service (NHS). Electrocardiogram. Site internet : NHS. Londres ; 2018 [consulté le 26 février 2020]
  • National Heart, Lung and Blood Institut - National Instituts of Health. Stress test. Site internet : NHLBI. Bethesda (États-Unis) ; 2019 [consulté le 26 février 2020]