Comment se déroule une coloscopie ?

24 avril 2017
La coloscopie consiste à observer l’intérieur d’une partie des intestins grâce à une caméra miniature fixée à un tube souple. Elle nécessite une préparation spécifique du patient, puis une hospitalisation de quelques heures.

Qu’est-ce que la coloscopie ?

La coloscopie est l’observation de l’intérieur du gros intestin (côlon) et de l’extrémité finale de l’intestin grêle. Cet examen est mené grâce à un endoscope (tube souple muni d’une petite caméra et d’une lampe). Cet instrument permet d’observer la paroi interne de l’intestin et aussi d’effectuer des prélèvements et des soins, si nécessaire :

  • réalisation biopsies ;
  • ablation de polype ;
  • coagulation de petites lésions des vaisseaux sanguins.

La coloscopie est pratiquée en hôpital ou en clinique par un médecin gastro-entérologue. Elle donne lieu à une hospitalisation de quelques heures (on parle de "chirurgie ambulatoire").

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Bien se préparer avant une coloscopie

La coloscopie est réalisée sous anesthésie générale ou sédation (anesthésie légère). C’est pourquoi une consultation auprès d’un médecin anesthésiste est obligatoire, huit à dix jours avant l’examen.

Lors de la coloscopie, le médecin observe en détail différentes parties de l’intestin. Ces derniers doivent donc être parfaitement propres, sans aucune matière fécale. C’est pourquoi on vous demande de suivre un régime sans fibres alimentaires (ou "sans résidu"), en général la veille et parfois dès l’avant-veille de l’examen. Dans ce cadre, certains plats sont à proscrire (légumes verts, crudités, salade, laitages, fruits crus), et vos repas se limitent à quelques types d’aliments :

  • bouillons sans légumes ;
  • pâtes non complètes ;
  • pommes de terre ;
  • viande ;
  • poisson ;
  • compotes de fruits cuits ;
  • pain blanc.

Pour pouvoir respecter ce régime, il est préférable de reporter tout déplacement professionnel ou d’agrément durant les jours concernés.

Pour terminer de nettoyer vos intestins, votre médecin vous prescrit un liquide de préparation de l’intestin. Il s’agit d’un produit à ingérer en une à deux fois, la veille et/ou quelques heures avant l’examen, selon la prescription. Ce médicament provoque rapidement une diarrhée très importante, sans douleurs abdominales.

Enfin, le jour de la coloscopie, il est nécessaire d’arriver à jeun. De ce fait, ne prenez ni alimentation, ni boisson, ni médicament, à partir de l’heure fixée par l’anesthésiste (en général, six heures avant l’examen). Il vous est également demandé de ne pas fumer durant ce laps de temps (le tabac augmente les sécrétions gastriques).

Comment se déroule la coloscopie ?

L’examen comprend plusieurs étapes :

  1. Vous êtes installé dans une chambre ou un box, équipé d’un lit ou d’un fauteuil. Là, vous vous déshabillez et revêtez la tenue requise pour entrer en salle d’opération (blouse, charlotte et chaussons stériles).
  2. On vous conduit dans un bloc opératoire équipé d’appareils de surveillance anesthésique, et l’anesthésie est effectuée.
  3. Le médecin introduit l’endoscope par l’anus. Pour déplier les parois de l’intestin afin de bien les observer, de l’air est insufflé à travers le tube.
  4. Le gastro-entérologue regarde l’intérieur de votre côlon et d’une partie de votre intestin grêle grâce à la caméra. Si nécessaire, il effectue des prélèvements et des soins.
  5. Le coloscope est retiré doucement, et l’air insufflé est aspiré.
  6. Vous êtes conduit en salle de réveil, et vous vous réveillez de l’anesthésie en quelques minutes. Là, on surveille votre tension artérielle, votre respiration et votre état général (notamment l’absence de douleurs, de malaise), pendant une heure environ.
  7. Le gastro-entérologue qui a pratiqué la coloscopie vous rend compte de ses observations. S’il a réalisé des prélèvements, les résultats vous seront communiqués quelques jours plus tard.
  8. On vous ramène dans votre chambre ou votre box pour poursuivre la surveillance durant quelques heures. On vous sert aussi une collation. À ce stade, vous pouvez ressentir un ballonnement abdominal sans douleurs, dû à la persistance de gaz dans le tube digestif. Cela passe avec l’émission de ce gaz par l’anus.
  9. Vous quittez l’établissement. En raison des effets de l’anesthésie :
    • il est obligatoire d’être accompagné d’un proche (parent ou ami) ;
    • la conduite d’un véhicule est interdite le jour de l’intervention.

Après la coloscopie

Dès le lendemain de l’examen, vous pouvez reprendre vos activités sans difficultés. Dans de très rares cas, des complications peuvent survenir : perforation de la paroi digestive, hémorragie… Devant tout symptôme anormal (ex. : douleurs abdominales, émission par l’anus de sang rouge, selles anormalement noires, fièvre), consultez rapidement votre médecin.

Sources
  • Société Nationale française de Gastro-Entérologie (SNFGE). Société Française d’Endoscopie Digestive. Société National Française de Colo-Proctologie. Fiche information patient "La coloscopie". Site internet : SNFED. Paris ; 2009 [consulté le 9 novembre 2016]
  • European Society of Gastrointestinal Endoscopy (ESGE). Bowel preparation for colonoscopy – Guideline. Site internet : ESGE. Leuven (Belgique) ; 2013 [consulté le 9 novembre 2016]
  • Heresbach. D. Préparation en vue d'une endoscopie digestive basse. EMC - Gastro-entérologie 2016;11(3):1-7 [Article 9-013-A-10]