Surpoids ou obésité : particularités du suivi de la grossesse

Chez la femme enceinte, le surpoids ou l'obésité augmentent le risque de complications pour la future mère et l'enfant. Un suivi et des bilans réguliers permettent de surveiller le bon déroulement de la grossesse. Des mesures hygiéno-diététiques préviennent les complications.

Surpoids et obésité : pourquoi un suivi particulier de la grossesse ?

Si vous êtes en surpoids ou obèse, votre suivi de grossesse est attentif car le surpoids peut mettre en danger votre santé et celle de votre enfant en raison de complications.

Les risques pour la mère en surpoids ou en situation d’obésité

Ils sont d’autant plus importants que l’indice de masse corporelle (IMC) est élevé.

Les risques pour le bébé d’une mère en surpoids ou obèse

Ils sont présents surtout en cas d’obésité de la maman :

  • La naissance prématurée est plus fréquente.
  • Le risque de malformations neurologiques, cardiaques, du visage… est augmenté.
  • Le bébé a un poids de naissance élevé (macrosomie) et le surpoids de l’enfant lors de sa croissance est plus fréquent.
  • Le risque de mort in utero (en cours de grossesse) du fœtus est augmenté.

Surpoids et obésité : comment s’organise le suivi de la grossesse ?

Qui assure le suivi de la grossesse d’une femme en situation de surpoids ou d’obésité ?

Dès votre consultation préconceptionnelle, votre suivi est organisé selon l'importance de votre surpoids.

Dès le début de grossesse, votre médecin prévoit, en concertation avec vous un lieu d’accouchement et de naissance adapté à votre situation médicale et à votre indice de masse corporelle. Il est choisi par rapport à votre lieu d’habitation, aux structures existantes et à vos préférences.

Consultations, examens sanguins et échographies pendant la grossesse

La surveillance obstétricale comporte les examens réguliers prévus dans le suivi de la grossesse et des consultations et bilans supplémentaires si besoin (prises de sang, hyperglycémie provoquée par voie orale, automesure de la tension artérielle à domicile etc).

Ces examens visent à dépister au plus tôt la survenue des complications :

Les examens échographiques évaluent le poids du bébé et recherchent l'existence d'éventuelles malformations fœtales.

Les échographies au cours de la grossesse en cas d’obésité

Les échographies et monitorings sont plus complexes à réaliser dans de bonnes conditions, en raison de l’importance du tissu adipeux (). La visualisation des structures anatomiques, en particulier du cœur, du diaphragme et des reins est plus difficile.

Comment faire pour améliorer la lecture des images échographiques ?

Plusieurs solutions existent :

Pour diminuer la distance entre le fœtus et la paroi, la patiente peut participer en relevant le pannicule adipeux. La sonde de l'appareil d'échographie est appliquée au dessus du pubis (région pelvienne) et des coupes répétées sont faites pour analyser les organes du fœtus.

Pour réaliser l'examen, l’échographiste peut aussi demander à la patiente de s'asseoir ou de se coucher sur le côté afin de dégager un autre abord. L’examen à vessie pleine facilite l’analyse des images.

L’examen échographique par voie endovaginale permet de mieux visualiser le fœtus et ses organes.

L’examen échographique peut être répété, en particulier pour bien visualiser les structures cardiaques.

Si les images de l'échographies ne permettent pas une analyse satisfaisante, une IRM peut être demandée.

Se préparer aux consultations, à l’entretien prénatal précoce et au bilan prénatal de prévention

Les consultations programmées tout au long de la grossesse

À chaque consultation, n'hésitez pas à aborder toutes vos inquiétudes et à poser toutes les questions qui vous préoccupent. Osez parler de :

  • votre santé physique (votre surpoids vous gêne-t-il ? Êtes-vous essoufflée ? fatiguée ?) ;
  • votre état psychologique (quelle est votre humeur, vous sentez-vous déprimée ? êtes-vous inquiète ?),
  • vos situations de stress liées à l’environnement social, familial, de travail que vous vivez car elles peuvent entraîner des perturbations de vos conduites alimentaires comme une boulimie responsables d’une prise de poids importante durant la grossesse.

Entretien prénatal précoce : un moment clé pour parler de son vécu

L’entretien prénatal précoce est un entretien obligatoire, individuel ou en couple, avec une sage-femme ou un médecin, en libéral ou en service de protection maternelle et infantile (PMI), sans examen médical. C’est un temps d’échange et d’écoute pour faire le point sur votre projet de naissance, pendant lequel vous pouvez exprimer vos questions, vos difficultés éventuelles (médicales, sociales, psychologiques) et vos besoins en terme d'accompagnement pendant votre grossesse et après l’accouchement.

N'hésitez pas à parler de vos problèmes de poids et de la gêne éventuelle ressentie, tant sur le plan physique que psychologique.

Plus d’informations sur cet entretien prénatal précoce.


Bilan prénatal de prévention : le point sur son mode de vie et ses difficultés éventuelles

Le bilan prénatal de prévention est facultatif et il peut être réalisé par une sage-femme libérale ou en PMI. Pour trouver la PMI la plus proche de chez nous, utilisez le site allopmi.fr.

La sage-femme fait le point avec vous :

Les séances de préparation à la naissance et à la parentalité

Participez à ces séances. Elles délivrent des messages qui vous aident à renforcer l’adoption de comportements bénéfiques à votre santé.

Grossesse : stabiliser le poids et prévenir une aggravation du surpoids ou de l’obésité

Se fixer des objectifs de poids

Une prise de poids adaptée à votre indice de masse corporelle (IMC) est définie dès le début de votre grossesse en concertation avec le médecin.

Cet objectif prédéterminé de prise de poids maximale ainsi que des conseils personnalisés et la mesure régulière de votre poids tout au long de la grossesse font partie de votre suivi jusqu’à la naissance de votre bébé. Le professionnel de santé peut vous proposer un accompagnement (séances personnalisées d’éducation thérapeutique) pour rester dans cet objectif de prise de poids.

Chez les femmes en surpoids ou avec obésité, une alimentation équilibrée, combinée à une activité physique légère à modérée supervisée, des conseils personnalisés réduisent efficacement la prise de poids, les risques d’HTA gravidique, de diabète gestationnel, de macrosomie (naissance d’un gros bébé) et de problèmes de santé du bébé à la naissance.

Surpoids, grossesse et activité physique

Ne réduisez pas votre niveau d’activité physique parce que vous êtes enceinte. Au contraire, continuez à pratiquer ou débutez une activité physique et sportive pendant la grossesse, quelle que soit votre corpulence, avec des adaptations si besoin, et limitez vos comportements sédentaires au quotidien.

Des temps de sédentarité à limiter

La sédentarité est une situation d'éveil caractérisée par une très faible dépense d'énergie.

Les comportements sédentaires peuvent avoir lieu en position assise, allongée ou debout sans mouvements.
Par exemple :

  • se déplacer en véhicule motorisé ;
  • être assis pour lire, écrire, faire un travail de bureau, étudier, passer du temps devant un écran (télévision, jeux vidéo, ordinateur) ;
  • être spectateur d'un évènement sportif ;
  • être debout dans une file d'attente 
  • être allongé pour lire, regarder la télévision...

L’activité physique doit s’accompagner d’un sommeil de qualité et, en cas de consommation, d’un arrêt du tabac, de l'alcool et de drogues.

En cas de surpoids, une activité physique d’intensité légère à modérée (intensité modérée veut dire que l’on peut tenir une conversation pendant l’activité) 30 à 60 minutes par jour, 3 à 5 jours par semaine est conseillée car elle permet de ralentir le gain de poids pendant la grossesse et diminue le risque de diabète gestationnel.

Si vous souffrez d’une obésité, des conseils spécifiques vous sont donnés. Une activité physique régulière est souhaitable pendant la grossesse et au-delà.

En dehors de contre-indications médicales, il est recommandé de pratiquer : la marche, la natation, le vélo stationnaire, le yoga, la gymnastique douce et l’aquagym.

Certains sports impliquant un risque augmenté de choc ou de chute (sports d’équipe, vélo, équitation, ski, arts martiaux,…) ainsi que la plongée sous-marine qui présente un risque d’accident de décompression pour le fœtus, sont contre-indiqués pendant la grossesse.

Parlez-en à votre médecin ou votre sage-femme.

Surpoids, grossesse et alimentation

Un diététicien ou un médecin spécialiste de l’obésité peut :

  • évaluer avec vous des possibilités d’amélioration et d’équilibre de l’alimentation ;
  • explorer vos troubles de l’alimentation (avez-vous des épisodes de boulimie ?) ou de vos comportements alimentaires (avez-vous l'habitude de grignoter dans la journée ?) ;
  • faire le point sur vos difficultés à créer un environnement favorable aux améliorations des habitudes de vie ;
  • vous aider à faire face à une augmentation de l’appétit, à des envies impérieuses d’aliments riches en sucre, en graisse ou en sel, à des fringales ou des nausées en début de grossesse ;
  • vous aider à équilibrer l’apport énergétique des repas.

En cas de surpoids, une alimentation équilibrée à index glycémique bas (consommation privilégiée de féculents complets, fruits et légumes, légumineuses, noix et fruits oléagineux non salés, produits laitiers non sucrés, eau) est conseillée.

Troubles des conduites alimentaires connus : se faire accompagner

Si, avant la grossesse, vous souffriez de troubles des conduites alimentaires (boulimie avec hyperphagie), un suivi régulier pendant la période périnatale, attentif et personnalisé vous est proposé. La reprise des troubles des conduites alimentaires pendant la grossesse est possible et elle est responsable d’une prise de poids importante.

Cas particulier : suivi de la grossesse après chirurgie bariatrique

Si vous avez eu une chirurgie bariatrique pour obésité avant d'être enceinte, vous avez un risque plus important :

  • d'avoir un diabète gestationnel. Ce dernier est donc dépisté dès le début de grossesse ;
  • de présenter des carences nutritionnelles (manque de protéines, de fer, de vitamines, etc.)

C'est particulièrement vrai si votre grossesse a débuté moins d'un an après la chirurgie. Le suivi médical est renforcé. Votre médecin pourra vous prescrire un bilan diététique, vous demander de faire plus d'examens et vous prescrire une supplémentation en , vitamines et minéraux.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide du parcours de soins : surpoids et obésité chez l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2023 [consulté le 7 avril 2023]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Grossesses à risque. Orientation des femmes enceintes. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2012 [consulté le 7 avril 2023]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Grossesses à risque. Surpoids maternel et échographie fœtale. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2016 [consulté le 7 avril 2023]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Prescription d’activité physique chez la femme enceinte. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2019 [consulté le 7 avril 2023]
  • Deruelle P, Vambergue A. Obésité et grossesse © 2019, Elsevier Masson SAS.
  • La société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Obésité pendant la grossesse. Site internet : pregnancy.info. Ottawa (Ontario) ; 2017 [consulté le 7 avril 2023]
  • Le Tinier B, Claver M, Martinez De Tejada B, Farpour Lambert N. Risques maternels et infantiles associés à l’obésité préconceptionnelle et efficacité des interventions. Revue médicale suisse.2018.14.624.1877
  • Boller M-J.; Xu F; Lee C; Sridhar S; Greenberg M-B.; Hedderson M. Perinatal_Outcomes_After_Bariatric_Surgery Compared With a Matched Control Group. Obstetrics & Gynecology 141(3):p 583-591, March 2023.
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.