Arrêt du tabac : quelle prise en charge pour les substituts nicotiniques ?

Vous souhaitez arrêter de fumer ? Les études scientifiques ont montré que les substituts nicotiniques sont efficaces pour vous aider à arrêter le tabac : ils augmentent vos chances de réussite de 50 % à 70 %.

Les substituts nicotiniques sont des médicaments à base de nicotine utilisés pour soulager les symptômes liés au manque quand on arrête de fumer.

Ils existent sous plusieurs formes :

  • patchs pour lesquels la nicotine se libère progressivement ;
  • formes orales (gommes, pastilles, comprimés, inhaleurs ou sprays buccaux) pour lesquelles la nicotine est libérée rapidement.

La Haute Autorité de santé préconise de combiner les deux. Les substituts nicotiniques contiennent un dosage en nicotine plus ou moins important. Votre médecin pourra vous aider à trouver celui qui vous convient

L’Assurance Maladie vous accompagne dans l’arrêt du tabac. Elle rembourse, sur prescription, les substituts nicotiniques.

Qui peut prescrire des substituts nicotiniques ?

Ces traitements peuvent être prescrits par de nombreux professionnels de santé : médecins (y compris le médecin du travail), sages-femmes, infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes.

Les sages-femmes peuvent aussi les prescrire à l'entourage de la femme enceinte ou accouchée. Une prescription d’un de ces professionnels est nécessaire pour pouvoir bénéficier d’un remboursement.

Quel remboursement pour les substituts nicotiniques ?

Depuis le 1er janvier 2019, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 % par l’Assurance Maladie (1). Le ticket modérateur peut être pris en charge par votre complémentaire santé.

Le remboursement de ces traitements a été simplifié car il n’est plus soumis à un plafonnement annuel (150 € par an auparavant), et les pharmacies peuvent désormais pratiquer la dispense d’avance de frais pour ces produits.

Consultez la Liste des substituts nicotiniques pris en charge par l'Assurance Maladie (PDF).

N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé.

Tabac info service

Vous voulez arrêter de fumer ou vous venez de rechuter ? Consultez le site Tabac info service.

Tabac info service est un dispositif  d’aide à l’arrêt du tabac mis en place par le ministère de la Santé, Santé publique France et l’Assurance maladie. Il comprend :

  • le site internet, qui propose de nombreux contenus et outils d’accompagnement ;
  • le numéro d’aide à distance 39 89, ligne téléphonique gratuite qui met en relation les fumeurs avec des tabacologues pour bénéficier d’un suivi personnalisé ;
  • l’application gratuite d’e-coaching Tabac info service, conçue avec le concours de la Société francophone de tabacologie, qui propose un programme complet pour optimiser les chances d’arrêt définitif du tabac à travers un accompagnement 100 % personnalisé. Pour la télécharger, rendez-vous sur :
    • Tabac info service, l'appli pour iPhone & iPad sur l'App Store d'Apple
    • Tabac info service, l'appli pour Android sur Google Play

Tabac info service vous permet de :

  • vous préparer au jour J pour mettre toutes les chances de votre côté : choix de la méthode d'arrêt, stratégies pour résister... ;
  • personnaliser le coaching selon vos motivations, vos inquiétudes et vos habitudes de vie ;
  • suivre en direct les bénéfices de votre arrêt sur votre santé et votre porte-monnaie ;
  • gérer votre poids et votre stress grâce à des conseils d'experts, des exercices et des vidéos de relaxation et de visualisation positive ;
  • partager vos progrès sur Facebook, et bénéficier du soutien de toute une communauté sur la page Tabac info service !

Quid des produits de vapotage ?

Les produits de vapotage, plus connus sous le nom de « cigarettes électroniques » ou « vapoteuses » ne sont pas des produits de santé et peuvent contenir ou non, une substance addictive, la nicotine. Ils ne bénéficient d’aucune prise en charge de l’Assurance Maladie.

Le Haut Conseil de santé publique (HCSP), dans un rapport relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique, conclut qu'il n’y a, actuellement, pas de preuve scientifique suffisante permettant d’affirmer que les produits du vapotage puissent constituer une aide à l’arrêt de la consommation de tabac. Ils ne doivent pas être utilisés durant la grossesse.

Toutes les informations relatives à ces produits sont disponibles sur le site du ministère de la Santé et de la prévention.

 

(1) Pour les traitements nicotiniques de substitution inscrits sur la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.