Être accompagné(e) pour ne plus renoncer à ses soins

15 juin 2018
Depuis juin 2018, l’Assurance Maladie propose un accompagnement personnalisé en plusieurs étapes pour vous permettre de réaliser les soins dont vous avez besoin.

Chacun peut être amené à repousser une consultation chez son médecin traitant ou chez un spécialiste, à renoncer à s’équiper en lunettes ou en appareil auditif ou à se faire opérer par exemple. Diverses raisons ont pu vous conduire à reporter vos soins à plus tard ou à abandonner vos démarches pour y accéder :

  • l’absence de complémentaire santé ou une couverture complémentaire inadaptée ;
  • des soins ou des examens trop coûteux ;
  • des professionnels de santé éloignés de votre domicile, des difficultés à vous déplacer ou à décrocher un rendez-vous rapidement ;
  • une méconnaissance du système de santé ou tout simplement de vos propres droits ;
  • une rupture dans votre vie, la perte d’un proche, l’inactivité professionnelle, des revenus modestes.

En l’absence de soins, votre état de santé peut se dégrader et cela peut avoir des conséquences pour votre entourage, au sein de votre famille ou dans votre cadre professionnel.

Selon le baromètre de l’Observatoire des non-recours aux droits et aux services (Odenore) (1), 1 assuré sur 4 fréquentant les sites d’accueil de l’Assurance Maladie déclare rencontrer des difficultés pour se soigner. Face à ce constat, l’Assurance Maladie s’est mobilisée dès 2015 pour concevoir une offre de service dédiée. Elle l'a d’abord expérimentée dans le département du Gard, avant de la généraliser à tout le territoire (2). Le dispositif permet à tout assuré d’être accompagné en cas de difficultés liées à sa propre santé ou à celle de sa famille, qui ont pu entraîner le report ou l’abandon total des soins depuis plusieurs mois, voire années.

Renoncer n’est pas un choix et c’est pourquoi les conseillers de votre CPAM sont des interlocuteurs privilégiés pour vous aider dans vos démarches d’accès aux soins et à la santé. L’objectif est de « trouver des solutions ensemble », vous et votre conseiller, en établissant une relation de confiance.

L'entrée dans le dispositif

Lorsque vous vous rendez à l’accueil de votre CPAM, vous pouvez évoquer vos difficultés d’accès aux soins auprès des personnes qui vous reçoivent en précisant le ou les soins que vous ne réalisez pas, depuis combien de temps et pour quelle(s) raisons(s). Si vous vous engagez à bénéficier de l’accompagnement proposé, un conseiller de la CPAM prend ensuite contact avec vous pour vous expliquer le déroulement de l’accompagnement et de quelle manière il va pouvoir vous aider. Il devient votre interlocuteur unique et met en place avec vous un suivi personnalisé en plusieurs étapes.

D’autres interlocuteurs de l’Assurance Maladie, rencontrés par exemple au service médical, au service social ou dans un centre d’examens de santé (CES), sont eux aussi à votre écoute et peuvent vous orienter vers cette offre de service.

Également, certains partenaires de l’Assurance Maladie comme Pôle emploi, la caisse d’allocations familiales (Caf), les centres communaux d’action sociale (CCAS) ou les établissements de santé peuvent avec votre accord, vous rediriger vers votre CPAM s’ils détectent un besoin de soins reportés ou non réalisés.

Les 3 étapes de l'accompagnement

  • La première étape consiste à faire le point avec votre conseiller sur vos droits et ceux de vos ayants droit. Votre carte Vitale est-elle à jour ? Avez-vous déclaré un médecin traitant ? Bénéficiez-vous d’une couverture complémentaire adaptée à votre situation ? Êtes-vous éligibles à la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) ou à l’ACS (aide à la complémentaire santé) ?
  • La seconde étape consiste à bien identifier le ou les soins que vous n’avez pas réalisé(s) et dont vous avez besoin afin de trouver des solutions adaptées en fonction de votre situation personnelle. Votre conseiller peut vous aider à programmer vos soins, à rechercher les professionnels de santé ou les établissements et structures adéquats, à constituer un dossier de demande d’aide financière si vos revenus ne vous permettent pas de réaliser vos soins ou si le reste à charge est trop élevé, à trouver des solutions de mobilité ou bien encore vous permettre de réaliser un bilan de santé auprès d’un centre d’examens de santé de l’Assurance Maladie.

Cette seconde étape est réalisée en fonction de vos besoins personnels et les solutions peuvent être nombreuses et variées.

À noter

Si vos difficultés de santé sont associées à d’autres problématiques, un suivi plus approfondi peut vous être proposé par une assistante du service social de l’Assurance Maladie.

  • La troisième étape est axée sur la réalisation effective de vos soins. Elle consiste à suivre avec vous l’ensemble des démarches entreprises vous permettant de réaliser vos soins et à s’assurer que vos difficultés d’accès aux soins sont levées. Dès lors, l’accompagnement personnalisé est terminé.

Ces trois étapes sont réalisées dans le cadre d’échanges téléphoniques entre vous et votre conseiller, mais des rendez-vous physiques peuvent compléter cet accompagnement.

(1) Données 2016, Observatoire des non-recours aux droits et aux services.

(2) Toutes les CPAM de France métropolitaine sont engagées dans ce dispositif de lutte contre le renoncement aux soins. Les organismes d’outre-mer (CGSS de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion et CSS de Mayotte) proposeront cette offre en 2019.

Quelques chiffres

35 000 personnes ont eu accès à cet accompagnement personnalisé de leur CPAM et de ses partenaires entre mars 2016 et mars 2018, alors que le dispositif n’était pas encore disponible sur l’ensemble du territoire.

Plus de 50 % des accompagnements ont permis aux assurés de réaliser leurs soins. En complément, ces accompagnements ont permis d’opérer un bilan des droits pour près de 13 000 assurés et d’instruire 4 500 demandes d’aide financière.

Les soins reportés ou non réalisés les plus fréquents sont :

  • les soins dentaires conservateurs et prothétiques (couronnes, bridges, etc.) ;
  • la consultation chez un médecin spécialiste (dépassements d'honoraires) ;
  • l’équipement en optique et l'appareillage auditif.