Qui peut se faire vacciner, quand et comment ?

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté le 27 décembre 2020. Elle se poursuit suivant les différentes étapes recommandées par la Haute Autorité de santé (HAS).

 

Lancement de la campagne automnale de vaccination contre le Covid-19

Pour continuer à se protéger face au virus du Covid-19, la vaccination est toujours recommandée chez les publics les plus fragiles (c'est-à-dire les personnes à risque de forme grave de Covid-19). La campagne de vaccination automnale débute le 3 octobre 2022. Elle s’inscrit dans la continuité de la campagne de 2e rappel lancée en mars dernier.

En pratique, à partir de cette date, les vaccins bivalents (lire le paragraphe « Qu’est-ce qu’un vaccin bivalent ? ») sont disponibles pour les rappels chez les professionnels de santé qui vaccinent en ville. Les livraisons de doses monteront en puissance tout au long du mois d’octobre.

Conformément aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) dans son avis rendu le 19 septembre dernier, sont éligibles à cette vaccination de rappel : 

  • les personnes âgées de plus de 60 ans ;
  • les résidents d’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et d’unité de soins de longue durée (USLD) ;
  • les personnes à risque de forme grave de la maladie (immunodéprimés, femmes enceintes, personnes de moins de 60 ans identifiées comme étant à risque) ;
  • les personnes vivant dans l'entourage ou en contact régulier avec des personnes immunodéprimées ou vulnérables ;
  • les professionnels des secteurs sanitaire et médico-social.

Cette vaccination sera effectuée de préférence avec des vaccins bivalents.

Qu'est-ce qu'un vaccin bivalent ?

Un vaccin bivalent est un vaccin qui comporte 2 valences. Une valence est la partie d'un vaccin correspondant à la protection contre un germe unique. Un vaccin bivalent protège contre 2 maladies ou 2 souches d’un même germe. Les vaccins bivalents du Covid-19 agissent contre la souche initiale du coronavirus Sars-CoV-2 et contre le variant Omicron de ce virus et assurent ainsi une meilleure protection.

L’administration de cette nouvelle dose de vaccin doit respecter les délais minimaux recommandés entre 2 vaccinations, à savoir :

  • 3 mois pour les personnes de 80 ans et plus, pour les résidents en Ehpad ou en USLD, pour les personnes immunodéprimées ;
  • 6 mois pour les autres. 

En cas d’infection récente, un délai de 3 mois est à prévoir entre l’infection et l’injection du vaccin.

Lire la fiche d'information Je suis à risque de forme grave de Covid-19, âgé ou immunodéprimé : comment continuer à me protéger ? (PDF)

Quels vaccins pour quel public cet automne (en image)

Dans un premier temps, la Haute Autorité de santé (HAS) a émis des recommandations sur la stratégie de priorisation des populations à vacciner, basées sur les risques de forme graves ou de décès, le risque d’exposition et la mise à disposition prévisible des vaccins. Désormais, la vaccination est ouverte à toute personne âgée de 5 ans et plus.

Les professionnels de santé sont les interlocuteurs privilégiés pour répondre aux questions que chacun peut se poser et délivrer une information complète et loyale sur la vaccination, ses bénéfices attendus et ses risques d’effets secondaires.

La vaccination est gratuite pour tous et elle n'est pas obligatoire.

Voir les principes et la stratégie de vaccination contre le Covid-19.

Qui peut être vacciné contre le Covid-19 dès maintenant et où ?

La vaccination contre le Covid-19 est ouverte à toute personne âgée de 5 ans et plus.

Le point sur la vaccination des enfants de 5 à 11 ans

La vaccination contre le Covid-19 est ouverte à tous les enfants à partir de 5 ans. Cette décision résulte d’un double avis positif, celui du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) et celui de la Haute Autorité de santé (HAS).

Consulter les fiches d'information :

Pour rappel, depuis la mi-décembre, les enfants de 5 à 11 ans présentant un risque de développer des formes graves du Covid-19, ou vivant au contact de personnes immunodéprimées, ou porteurs de maladies graves étaient prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19.

    Dans le détail, les enfants souffrant des maladies suivantes sont concernés (1) :

    • cardiopathies congénitales non corrigées ;
    • asthme pour lequel il existe une nécessité de recours aux corticoïdes par voie générale, ou ayant nécessité une hospitalisation ou une prise en charge en affection de longue durée (ALD) ;
    • maladies hépatiques chroniques ;
    • maladies cardiaques et respiratoires chroniques ;
    • cancer en cours de traitement ;
    • maladie rénale chronique ;
    • handicap neuromusculaire sévère ;
    • maladie neurologique ;
    • immunodéficience primitive ou secondaire (infection par le VIH ou induite par médicaments) ;
    • obésité ;
    • diabète ;
    • hémopathies malignes ;
    •  ;
    • .

    Les enfants à partir de 5 ans et les adolescents vivant dans le foyer d’une personne sévèrement immunodéprimée sont prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19 .En effet, les personnes sévèrement immunodéprimées et répondant mal à la vaccination se trouvent surexposées à la maladie quand elles vivent avec des enfants.

    Tous les enfants peuvent être vaccinés avec le vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty 10 microgrammes (dosage pédiatrique). L’objectif : les protéger et protéger leur entourage contre une forme grave du Covid-19.

      Pour toute question, il convient de se rapprocher du médecin, du pédiatre ou de l’équipe de soins qui prend en charge son enfant.

      Où les enfants peuvent-ils se faire vacciner ?

      Les enfants peuvent se faire vacciner :

      • dans les centres de vaccination qui proposent la vaccination pédiatrique (possibilité de prendre rendez-vous sur www.sante.fr) ;
      • dans les services de protection maternelle et infantile (PMI) ;
      • sur leur lieu de soin habituel (centre hospitalier universitaire, centre hospitalier, hôpitaux pédiatriques, établissements spécialisés, centres d’accueil moyens et longs séjours, établissements et services médico-sociaux accompagnant des enfants en situation de handicap, etc.) ;
      • dans un cabinet infirmier ;
      • par une sage-femme ;
      • par leur médecin généraliste ou par leur pédiatre (ou autre spécialiste) ;
      • par leur dentiste (sur prescription médicale).

      Prendre un rendez-vous en centre de vaccination pour son enfant : mode d’emploi

      En se rendant sur www.sante.fr, il convient de :

      • cliquer sur « trouver un rendez-vous vaccination » ;
      • sélectionner son département ;
      • sélectionner sa ville ;
      • cliquer sur « centres vaccinant les 5-11 ans ».

      La liste affichée mentionne l’ensemble des centres Covid-19 qui prennent en charge les enfants de 5-11 ans.

      Capture d'écran du site sante.fr indiquant où il faut cliquer pour trouver un centre qui vaccine les enfants de 5 à 11 ans (exemple)

      Capture d'écran du site sante.fr indiquant la case à cocher pour prendre rdv vaccination Covid-19 pour son enfant

      Quels sont les différents schémas vaccinaux possibles pour les 5-11 ans ?

      Pour les enfants de 5 à 11 ans, le schéma de vaccination complet est de 2 doses de vaccins à 3 semaines d’intervalle. Ce délai est optimal, mais il peut toutefois être ajusté à +/- 3 jours. En effet, afin de faciliter l’organisation pratique de la vaccination pédiatrique et notamment la prise de rendez-vous, le délai entre les 2 doses peut varier de 18 à 24 jours.

      La 2e dose doit donc intervenir entre 18 et 24 jours après la 1re, sauf 2 cas particuliers :

      • les enfants ayant déjà contracté le Covid-19 ne doivent recevoir qu’une seule dose ;
      • les enfants ayant contracté le Covid-19 plus de 15 jours après la 1re dose de vaccin ne doivent recevoir qu’une seule dose.

      Important : les enfants ayant contracté le Covid-19 moins de 15 jours après la 1re dose de vaccin doivent recevoir une 2e dose 2 mois après l’infection.

      À noter que la forme pédiatrique du vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty 10 microgrammes est 3 fois moins dosée que la forme adulte du vaccin.

      Pourquoi est-il recommandé de faire un test sérologique rapide pendant la vaccination ?

      Un test sérologique rapide (aussi appelé « trod ») permet de savoir si une personne a déjà contracté le Covid-19. Pour cela, il suffit de piquer le bout du doigt afin d’y prélever une goutte de sang. Si le test est positif, cela signifie que l’organisme a déjà développé des anticorps et qu’une 2e dose ne sera pas nécessaire. Si le test est négatif, 2 doses de vaccin, à 3 semaines d’intervalle, seront nécessaires. Ces tests sont recommandés pour tous les enfants de 5 à 11 ans n’ayant pas de preuve d’infection passée au Covid-19, et seront donc proposés aux familles lors de la vaccination.

      Consentement obligatoire d'au moins un des 2 parents et présence d’un parent accompagnateur lors de la vaccination

      Un formulaire d’autorisation parentale signé par au moins l'un des 2 parents doit être remis au personnel du lieu de vaccination avant de procéder à la vaccination de l’enfant. La présence d’au moins un parent accompagnateur est nécessaire à la vaccination de cette classe d’âge.

      Le point sur la vaccination des adolescents âgés de 12 à 17 ans

      Les adolescents âgés de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid-19 avec le vaccin Pfizer. Sur la base du volontariat et avec l’accord de l'un des 2 parents (ou titulaires de l’autorité parentale pour les enfants de 12 à 15 ans), ils devront se rendre, au choix :

      • dans un centre de vaccination ;
      • chez leur médecin traitant (généraliste ou spécialiste), chez un chirurgien-dentiste, en pharmacie, en cabinet infirmier ou sage-femme, dans un laboratoire de biologie médicale, ainsi qu’à domicile ou au sein des services où ils sont suivis ;
      • à la médecine du travail.

      La présence d’un des parents (ou titulaires de l’autorité parentale) pendant la vaccination est recommandée mais elle n’est pas obligatoire.

      À noter : la vaccination n’est pas recommandée pour les adolescents ayant développé un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (Pims) à la suite d’une infection par le Covid-19. En cas de doute, il convient de demander conseil au médecin traitant de l’adolescent.

      Le jour de la vaccination, l’adolescent doit présenter l’autorisation parentale à la vaccination contre le Covid-19 remplie et signée par l'un des 2 parents (ou titulaires de l’autorité parentale). C’est une obligation.

      Important : les mineurs, même s'ils ont plus de 16 ans et disposent d'une carte Vitale à leur nom, doivent présenter lors de la vaccination la carte Vitale d'un de leurs parents ou une attestation de droit mentionnant le numéro de sécurité sociale d'un de leurs parents. Cette précaution est nécessaire pour assurer le bon remplissage de l'outil Vaccin Covid qui permet au professionnel de santé qui vaccine d’éditer la synthèse et l’attestation de vaccination certifiée.

      Pour en savoir plus, consulter la fiche « Vaccination des enfants et adolescents de 5 à 17 ans » (PDF) et le site du ministère des Solidarités et de la santé sur la vaccination des mineurs.

      Les lieux de vaccination

      Pour connaître les lieux de vaccination, lire la page dédiée (rubrique « Où dois-je me rendre pour me faire vacciner ? ») sur le site du ministère des Solidarités et de la santé.

      Les informations sur les centres de vaccination, les médecins, les infirmiers, les chirurgiens-dentistes, et les pharmacies proposant la vaccination se trouvent sur le site sante.fr. Il est également possible de prendre un rendez-vous dans un centre de vaccination par téléphone au 0 800 009 110 (appel et service gratuit).

      À noter que certains professionnels de 55 ans et plus peuvent bénéficier de créneaux de vaccination dédiés dans les centres de vaccination.

      Oui, il est possible de se faire vacciner par la médecine du travail. En pratique, les salariés âgés de 55 ans et plus peuvent bénéficier du vaccin AstraZeneca et les salariés âgés de 18 à 54 ans peuvent bénéficier du vaccin Moderna. Les vaccins sont administrés par les médecins du travail internes aux entreprises ou des services de santé au travail interentreprises.

      Cette vaccination nécessite d’être consentie par le salarié et n’est en aucun cas obligatoire. Une consultation doit être effectuée en amont de la vaccination, et le salarié doit rester sous surveillance pendant au moins 15 minutes après l’injection.

      Infographie illustrant la vaccination contre le Covid-19 pour le grand public : qui peut être vacciné ? avec quel vaccin et où ?

      Situations particulières face à la primo-vaccination

      Femmes enceintes, malades chroniques, personnes obèses, mineurs ou personnes ayant déjà eu le Covid-19 ou cas contact : le détail sur chaque situation particulière.

      La vaccination des femmes enceintes dès le premier trimestre de grossesse est fortement recommandée. Il s’agit d’une préconisation du gouvernement et des autorités de santé notamment du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV).

      En outre, le ministère des Solidarités et de la santé recommande d’utiliser les vaccins à ARN messager. Les personnes ayant obtenu une première dose d'AstraZeneca peuvent obtenir leur seconde dose et/ou la dose de rappel avec les vaccins Pfizer (pour les moins de 30 ans) ou Moderna.

      Pour les personnes qui s’interrogent sur la vaccination des femmes enceintes, le ministère des Solidarités et de la santé a publié, sur sa chaîne YouTube, une série de courtes interviews du professeur Alain Fischer répondant aux questions suivantes :

      Sur la même chaîne YouTube :

      Covid-19 et grossesse : pourquoi est-il important de se faire vacciner quand on est enceinte ? (PDF)

      L’âge de la personne est le facteur de risque de développer une forme grave de Covid-19 le plus important, mais à tranche d’âge égale, les personnes souffrant de maladies graves ou chroniques associées à un risque de développer une forme grave de Covid-19 doivent être vaccinées en priorité. En effet, la vaccination contre le Covid-19 des personnes atteintes de maladies graves ou chroniques réduit le risque de développer une forme grave de Covid-19 de façon très significative et leur apporte une protection importante.

      Obésité et Covid-19 : les 4 bonnes raisons de se faire vacciner (PDF)

      Diabète et Covid-19 : les 4 bonnes raisons de se faire vacciner (PDF).

      L’obésité est un facteur de risques important de forme sévère de Covid-19.

      Les données issues de diverses études ont confirmé que plus de 47 % des personnes infectées entrant en réanimation sont en situation d’obésité. L’obésité sévère (à savoir un IMC supérieur à 35) augmente significativement le risque d’être placé sous respiration mécanique invasive, indépendamment de l’âge, de l’hypertension artérielle et du diabète. L’obésité augmente le risque d’hospitalisation de 64 %.

      La vaccination contre le Covid-19 réduit ce risque de façon très significative et apporte une protection importante aux personnes à risque. Cette protection est individuelle, c’est pourquoi il est important pour chaque personne obèse d’être vaccinée.

      Les vaccins contre le Covid 19 sont très sûrs. Cependant, comme pour tout médicament, des effets secondaires peuvent survenir après avoir reçu un vaccin, mais actuellement, aucun de ces effets ne remet en cause le bénéfice de la vaccination. La balance bénéfice risque est très largement en faveur de cette vaccination. Chez les personnes en situation d’obésité, il n’a pas été décrit jusqu’à présent de formes plus fréquentes ou plus graves des très rares effets indésirables de cette vaccination. Ces effets indésirables sont décrits sur le site vaccination-info-service.fr.

      Quel vaccin pour les personnes obèses ?

      Les vaccins sont les mêmes que pour la vaccination grand public :

      • les personnes de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ;
      • les personnes de 18 à 54 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ou Moderna ;
      • les personnes de 55 ans et plus bénéficient de tous les vaccins actuellement disponibles en France : AstraZeneca (renommé Vaxzevria), Janssen, Pfizer ou Moderna.

      Modalités pratiques de la vaccination

      Le nombre d’injection, suivant le type de vaccin, est le même que dans la population générale.

      Même vacciné, le respect des gestes barrières est essentiel : port du masque, lavage des mains, distanciation physique…

      Obésité et Covid-19 : les 4 bonnes raisons de se faire vacciner (PDF)

      Les personnes vivant avec un diabète de type 1 ou de type 2 sont particulièrement vulnérables face au Covid-19 : le diabète multiplie par 2 le risque d’hospitalisation en réanimation et le risque de décès pour Covid-19.

      La vaccination contre le Covid-19 réduit ce risque de façon très significative et apporte une protection importante aux personnes à risque. Cette protection est individuelle, c’est pourquoi il est important pour chaque personne diabétique d’être vaccinée.

      Les vaccins contre le Covid-19 sont très sûrs. Cependant, comme pour tout médicament, des effets secondaires peuvent survenir après avoir reçu un vaccin, mais actuellement, aucun de ces effets ne remet en cause le bénéfice de la vaccination. La balance bénéfice risque est très largement en faveur de cette vaccination. Ces effets indésirables sont décrits sur le site vaccination-info-service.fr.

      Quel vaccin pour les personnes diabétiques ?

      Les vaccins sont les mêmes que pour la vaccination grand public :  

      • les personnes de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ;
      • les personnes de 18 à 54 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ou Moderna ;
      • les personnes de 55 ans et plus bénéficient de tous les vaccins actuellement disponibles en France : AstraZeneca (renommé Vaxzevria), Janssen, Pfizer ou Moderna.

      Modalités pratiques de la vaccination

      Le nombre d’injection, suivant le type de vaccin, est le même que dans la population générale. Même vacciné, le respect des gestes barrières est essentiel : port du masque, lavage des mains, distanciation physique…

      Diabète et Covid-19 : les 4 bonnes raisons de se faire vacciner (PDF).

      Tous les enfants âgés de 5 à 11 ans, à l’exception de ceux présentant des contre-indications, sont concernés par la vaccination contre le Covid-19.

      La Haute Autorité de santé (HAS) a, en effet, établi une liste de contre-indications médicalement reconnues, certaines étant d’ailleurs spécifiques aux enfants (notamment le « syndrome inflammatoire multi systémique pédiatrique »).

      Pour en savoir plus sur la vaccination des enfants, consulter la foire aux questions du ministère des Solidarités et de la santé.

      Selon la recommandation du 8 avril 2021 de la Haute Autorité de santé (HAS), les personnes de moins de 55 ans qui ont reçu une dose du vaccin Astrazeneca doivent compléter leur vaccination par une seconde dose avec un vaccin à ARN messager. Cette seconde dose doit intervenir 12 semaines après la première injection (AstraZeneca) :

      • pour les moins de 30 ans, la Haute Autorité de santé recommande de privilégier le rappel avec le Pfizer-BioNTech ;
      • pour les plus de 30 ans, les deux vaccins à ARN messager Moderna (en demi-dose pour le rappel) ou Pfizer-BioNTech peuvent être utilisés pour la dose de rappel.

      Selon l’état des connaissances, il est démontré que les personnes ayant déjà été infectées conservent une mémoire immunitaire. Dans le cadre de la primo-vaccination, la Haute Autorité de santé (HAS) recommande de n’injecter qu’une seule dose aux personnes ayant été infectées, dans un délai minimum de 2 mois après la preuve de leur contamination (test RT-PCR ou antigénique positif).

      En pratique, ce schéma de la primo-vaccination avec une seule dose de vaccin, quel que soit le vaccin utilisé, concerne toute personne, à l’exclusion des personnes sévèrement immunodéprimées et des personnes âgées résidant en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ou en unité de soins de longue durée (USLD) :

      • présentant un résultat de PCR positif témoignant d’un antécédent de Covid-19 datant de plus de 2 mois et sans limite de durée ;
      • ou disposant déjà d’un résultat de sérologie positive ;
      • ou, pour les personnes âgées de moins de 55 ans, quand un TROD (1) sérologique réalisé lors de la première injection se révèle positif.

      Cependant, les personnes présentant une avérée (en particulier celles qui reçoivent un traitement ) et les personnes atteintes de lymphoïde chronique (LLC) et celles atteintes de certains types de lymphomes traités par anti-CD20 doivent recevoir 2 doses de vaccin, après un délai de 3 mois après le début de l’infection.

      À noter : les personnes ayant été infectées par le Covid-19 doivent faire leur dose de rappel (plus de détail ci-après).

      (1) TROD : test rapide d’orientation diagnostique sérologique, réalisé avec un prélèvement d'une goutte de sang sur le doigt.

      Si une personne est cas contact, elle doit d’abord réaliser un test de dépistage du Covid-19. Si le test négatif, elle peut se faire vacciner.

      Si le test est positif, elle doit repousser sa vaccination (ou son rappel).

      Quels sont les cas de contre-indications à la vaccination ?

      Selon la Haute Autorité de santé (HAS), plusieurs cas de contre-indications médicales sont définitifs :

      • les contre-indications inscrites dans les dernières versions des résumés des caractéristiques du produit (RCP) :
        • contre-indications pour tous les vaccins autorisés en France :
          • antécédent d'allergie documentée à un des composants du vaccin, produit actif ou tels que mentionnés dans le RCP ;
          • réaction anaphylactique au moins de grade 2 (atteinte au moins de 2 organes) secondaire à une injection d'un vaccin contre le covid-19, confirmée par une après expertise allergologique ;
      • contre-indications aux vaccins Vaxzevria (Astra Zeneca) et JCovden (Janssen) :
        • personnes ayant déjà présenté un ou plusieurs épisodes de syndrome de fuite capillaire (contre-indication commune au vaccin Vaxzevria (AstraZeneca) et au vaccin JCovden (Janssen)) ;
        • personnes ayant présenté un syndrome thrombotique et thrombocytopénique (STT) à suite d’une vaccination par le vaccin Vaxzevria (AstraZeneca) ou le vaccin JCovden (Janssen).
      • une recommandation médicale de ne pas initier une vaccination (première dose) :
        • myocardites ou myo-péricardites associées à une infection par SARS-CoV2.
      • une recommandation établie après concertation médicale pluridisciplinaire de ne pas effectuer une dose supplémentaire de vaccin (2e dose ou dose de rappel) suite à la survenue d'un effet indésirable d'intensité sévère ou grave attribué à une précédente injection de vaccin signalé au système de pharmacovigilance (par exemple : la survenue de myocardite, de syndrome de Guillain-Barré, de syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS)…).
      • recommandation établie par un centre de référence maladies rares (CRMR) ou un centre de compétence maladies rares (CCMR) après concertation médicale pluridisciplinaire (avis collégial documenté) de ne pas initier la vaccination contre le covid-19.

      3 contre-indications médicales sont temporaires :

      • traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2 ;
      • myocardites ou péricardites d'étiologie non liée à une infection par SARS-CoV-2 survenues antérieurement à la vaccination et toujours évolutives ;
      • syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) post-infection par le SARS-CoV-2, pendant 3 mois suivant la survenue du PIMS. La vaccination peut avoir lieu passé ce délai, après récupération d’une fonction cardiaque normale, et en l’absence de tout syndrome inflammatoire.

      Quelle procédure suivre en cas de contre-indication ?

      Il convient de s’adresser à un médecin, qui délivrera si cela est médicalement justifié, un certificat médical attestant d’un des cas de contre-indication médicale sus-cités. Un formulaire spécifique de demande du passe (vaccinal ou sanitaire selon l'âge) est mis à la disposition des médecins. Celui-ci doit systématiquement être utilisé.

      Le document doit ensuite être transmis :

      • à l’employeur si la personne est sujette à l’obligation vaccinale ;
      • au service médical de l’organisme d’assurance maladie de rattachement pour obtenir un passe (sanitaire ou vaccinal selon l'âge).

      Qui peut bénéficier de la dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 et quand ?

      La dose de rappel concerne toutes les personnes de 18 ans et plus et ayant un schéma vaccinal initial complet. Depuis le 24 janvier 2022, elle concerne aussi les 12-17 ans.

      • Dès 3 mois pour les personnes âgées de 18 ans et plus après la dernière dose du schéma initial.
      • Les personnes vaccinées avec Janssen doivent recevoir une injection additionnelle dès 4 semaines après leur vaccination, puis une dose de rappel dès 3 mois après cette dernière.
      • Les personnes ayant eu une infection au Covid-19 puis une dose de Janssen, sont éligibles à la dose de rappel dès 4 semaines après leur injection.
      • Pour les personnes ayant eu le Covid-19 après leur injection de Janssen, 2 situations :
        • Si infection moins de 15 jours après l’injection : les personnes reçoivent une dose additionnelle de vaccin ARNm 4 semaines après l’infection. Elles sont éligibles au rappel vaccinal dès 3 mois après cette dose additionnelle.
        • Si infection plus de 15 jours après l’injection : les personnes n’ont pas besoin de compléter leur schéma vaccinal avec une dose additionnelle. Elles sont éligibles au rappel dès 3 mois après l’infection.
      • Dès 6 mois après la dernière injection pour les 12-17 ans.
      • Pour les personnes immunodéprimées, il est recommandé de suivre l’avis de leur professionnel de santé quant au schéma vaccinal le plus adapté.

      Une infection = une injection. Ainsi, si vous avez contracté le Covid-19 après votre schéma vaccinal initial, vous n’avez pas besoin de faire de dose de rappel. Cependant, pour les personnes souhaitant sortir du territoire national, le rappel vaccinal doit être fait pour avoir un certificat de vaccination valide.

      En savoir plus sur le certificat de rétablissement.

      Consulter la foire aux questions du ministère des Solidarités et de la santé sur la campagne de rappel.

      Vaccination contre la grippe et contre le Covid-19

      Si vous êtes concerné à la fois par la vaccination contre la grippe et la vaccination contre le Covid-19, il est possible de pratiquer les 2 vaccinations le même jour, au cours de la même séance de vaccination. Les vaccins sont injectés dans deux sites différents. Il n’existe pas à ce jour de vaccin combiné contre les deux infections.

      Si les deux vaccins ne sont pas administrés simultanément, il n’y a pas de délai à observer entre la vaccination contre la grippe et la vaccination Covid-19.

      Cas de la dose de rappel pour certaines professions

      Le rappel est obligatoire pour :

      • les professionnels du secteur de la santé ;
      • les professionnels ou bénévoles exerçant dans les mêmes locaux que ces professions ;
      • les personnes exerçant l'activité de transport sanitaire ;
      • les professionnels du secteur médico-social ;
      • les personnels navigants et militaires affectés aux missions de sécurité civile,
      • les prestataires de services et distributeurs de matériels ;
      • les étudiants en formation pour ces professions ;
      • les sapeurs-pompiers et personnes assurance la prise en charge de victimes.

       Liste complète sur le site solidarites-sante-gouv.fr.

       

      Qui peut bénéficier de la 2e dose de rappel ?

      Toutes les personnes à partir de 60 ans sont éligibles à la 2e dose de rappel du vaccin contre le Covid-19. Le 2e rappel est étendu aux :

      • aux personnes de 12 ans et plus identifiées comme étant à risque de forme grave de Covid-19 ;
      • aux femmes enceintes, dès le 1er trimestre de grossesse ;
      • aux personnes de 12 ans et plus vivant dans l’entourage ou au contact régulier de personnes vulnérables ou immunodéprimées ;
      • aux professionnels de santé, quel que soit leur âge ou leur état de santé.

      Quand faire sa 2e dose de rappel ?

      La 2e dose de rappel doit être administrée :

      • dès 3 mois après le 1er rappel pour les personnes âgées de 80 ans et plus, ainsi que pour les résidents d’établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), ceux des unités de soins de longue durée (USLD) et les personnes sévèrement immunodéprimées, quel que soit leur âge ;
      • dès 6 mois après le 1re rappel pour les autres personnes éligibles, en respectant un délai de 3 mois après l’infection, en cas d’infection survenue après le premier rappel.

      En savoir plus sur la 2e dose de rappel pour les 12-60 ans, présentant des risques de forme grave de Covid-19, les femmes enceintes et les personnes vivant dans l’entourage des personnes fragiles.
      En savoir plus sur la 2e dose de rappel pour les personnes de plus de 80 ans.
      En savoir plus sur la 2e dose de rappel pour les personnes entre 60 et 79 ans.

      Important : il s’agit ici de la campagne de vaccination automnale 2022. Lire l’encadré en début d’article pour plus d’information.

       

      En vidéo

      Aider les plus fragiles à prendre rendez-vous

      Avec sa démarche « Aller vers », l’Assurance Maladie souhaite aider les personnes les plus susceptibles de développer des formes graves du Covid-19 à prendre rendez-vous pour se faire vacciner. De nombreuses caisses d’assurance maladie proposent des dispositifs d’accompagnement de ces publics, déployés sur l’ensemble du territoire. Il existe aussi 2 plateformes téléphoniques qui permettent d’obtenir un rendez-vous à domicile, en centre de vaccination ou en cabinet libéral de ville.

      En centre de vaccination

      Pour prendre rendez-vous dans un centre de vaccination, il est possible d’appeler le 0 800 009 110 (numéro national vert, appel gratuit, ouvert 7 jours sur 7 de 6 h à 22 h). Ce numéro permet :

      • de prendre un rendez-vous dans un centre de vaccination proche de son domicile en saisissant son code postal ;
      • d’être mis en relation avec un conseiller pour être aidé dans cette démarche.

      Ce numéro s’adresse à toutes les personnes éligibles à la vaccination (première ou deuxième injection ou dose de rappel).

      À domicile ou en cabinet libéral de ville

      Le 0 800 730 957 (numéro vert, appel gratuit, ouvert 7 jours sur 7 de 6 h à 22 h) vise à faciliter la vaccination des personnes âgées de 80 ans et plus en leur proposant un rendez-vous (première ou deuxième injection ou dose de rappel) :

      • à domicile : le conseiller du 0 800 730 957 organise le rendez-vous (jour, heure, lieu) en prenant attache avec un professionnel de santé habilité à vacciner ;
      • ou directement dans le cabinet libéral d’un professionnel de santé habilité à vacciner : le conseiller prend alors rendez-vous et organise, si nécessaire, le transport jusqu'au lieu de vaccination.

      Qui peut appeler ?

      La personne âgée peut appeler elle-même pour obtenir un rendez-vous de vaccination ou faire la demande via son aidant familial, son aide à domicile ou toute autre personne disposant de l’accord du patient.

      Est-ce que le transport vers un centre de vaccination ou un professionnel de santé en ville est pris en charge ?

      Oui, sous conditions. Les personnes éligibles à la vaccination, quel que soit leur âge, qui sont dans l’incapacité de se déplacer seules peuvent en bénéficier.

      Pour être pris en charge, le transport doit être prescrit lors d'une consultation avec un médecin. ll est remboursable pour un trajet aller et retour du domicile vers le centre de vaccination ou chez un professionnel de santé autorisé à vacciner contre le Covid-19 le plus proche, sur présentation de la prescription au transporteur.

      Les transports concernés sont :

      • ambulance ;
      • véhicule sanitaire léger (VSL) ;
      • taxi.

      Dans ce cadre, les transports sont pris en charge à 100 % et en tiers payant, jusqu'au 31 décembre 2022.

      Quelles sont les questions posées avant la vaccination contre le Covid-19 ?

      Sur place, un médecin ou tout autre soignant vous pose quelques questions ou vous fait remplir un questionnaire simple visant à vérifier que vous pouvez être vacciné.

      Les questions sont les suivantes :

      • Présentez-vous au moins une comorbidité spécifique (ouvrant droit à la vaccination) ?
      • Avez-vous eu un test (PCR ou antigénique) positif au cours des 3 derniers mois ?
      • Avez-vous de la fièvre ?
      • Avez-vous reçu un vaccin au cours des 2 dernières semaines ?
      • Avez-vous des antécédents d’allergie ou d’hypersensibilité à certaines substances ou avec d’autres vaccins ?
      • Êtes-vous traité par un médicament anticoagulant ?
      • Présentez-vous des troubles de l’hémostase (taux de plaquette bas, maladie spécifique, etc.) ?
      • Êtes-vous enceinte ?
      • Allaitez-vous ?
      • Avez-vous déjà contracté le Covid-19 ?

      Peut-on choisir son vaccin contre le Covid-19 ?

      Oui, dans certains cas. L’Agence européenne du médicament a en effet délivré une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le vaccin Nuvaxovid (société Novavax). Ce vaccin est destiné aux 18 ans et plus, dans le cadre du schéma vaccinal initial (primo-vaccination).

      Il constitue une alternative efficace aux vaccins à ARN messager pour les personnes qui présentent une contre-indication ou qui sont réticentes aux vaccins à ARN messager, conformément aux avis de la Haute Autorité de santé (HAS) du 14 janvier 2022 et du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) du 8 février. Dans toutes les autres situations, il convient de privilégier les vaccins à ARN messager.

      Novavax, une alternative efficace aux vaccins à ARN messager

      Le vaccin Novavax est basé sur la technologie de protéine virale recombinante adjuvantée, la même que pour le vaccin contre l’hépatite B ou que pour certains vaccins contre la grippe saisonnière par exemple. Le schéma vaccinal initial comporte l’administration de 2 doses à 21 jours d’intervalle, avec une tolérance de 18 à 28 jours pour effectuer la 2e injection.

      Concernant la possibilité d’une 2e dose dite « hétérologue », c’est-à-dire une 2e dose Novavax pour les personnes ayant reçu une 1re dose d’un autre vaccin contre le Covid-19 (Pfizer, Moderna, AstraZenecaou Janssen) et qui refusent de recevoir ou ne peuvent pas recevoir une 2e dose du même vaccin, la HAS considère qu’une 2e dose de Novavax pourrait leur être administrée. Cette recommandation est reprise dans l’avis du COSV du 8 février, qui précise que, dans cette situation, le vaccin Novavax doit être injecté entre 25 et 35 jours après la 1re dose.

      En cas d’infection survenue avant une 1re dose de vaccination ou plus de 15 jours après la première dose de ce vaccin, la personne est éligible à un schéma monodose de vaccin Novavax.

      Où est proposé le vaccin Novavax ?

      Novavax est déjà disponible dans certains centres de vaccination. Pour les connaître, il convient de se rendre sur www.sante.fr > trouver un lieu de vaccination > sélectionner un département > cocher la case « centre disposant du vaccin Nuvaxovid (Novavax).

      Depuis septembre 2022 avec la reprise des commandes de vaccin, les professionnels de santé de ville pourront également proposer le vaccin Novavax à leurs patients.

      Des vaccins bivalents réservés aux rappels pour certains publics

      Qu'est-ce qu'un vaccin bivalent ?

      Un vaccin bivalent est un vaccin qui comporte 2 valences. Une valence est la partie d'un vaccin correspondant à la protection contre un germe unique. Un vaccin bivalent protège contre 2 maladies ou 2 souches d’un même germe. Les vaccins bivalents du Covid-19 agissent contre la souche initiale du coronavirus Sars-CoV-2 et contre le variant Omicron de ce virus et assurent ainsi une meilleure protection.

      Actuellement, ces vaccins sont réservés à la campagne automnale de vaccination dédiée à certains publics (voir l’encadré en début d’article).

      Les vaccins « classiques » restent efficaces

      Les vaccins « classiques » (notamment les monovalents de Pfizer et Moderna) restent efficaces contre le virus. Ils sont d’ailleurs les seuls autorisés pour toute personne qui ne serait pas du tout vaccinée encore aujourd’hui et souhaiterait s’engager dans un parcours vaccinal.

      Quel vaccin selon sa situation ? (infographie en cours d'actualisation)

      Même vacciné, les gestes barrières sont nécessaires

      Il faut continuer à s’isoler en cas de test positif au Covid-19, en cas de contact avec une personne positive, ou dès l’apparition de symptômes. Les gestes barrières sont toujours à appliquer scrupuleusement même si l'on est vacciné. En effet, les études actuelles sur les vaccins contre le Covid-19 ne permettent pas de savoir si les vaccins réduisent la contagiosité, c’est-à-dire si une personne vaccinée transmet ou non le virus.

      À noter : le port systématique du masque est supprimé mais il reste obligatoire si la distanciation physique, notamment, n'est pas possible. En savoir plus sur les règles relatives au port du masque.

      Quels sont les documents à conserver après la vaccination ?

      Après chaque injection, la personne vaccinée doit recevoir 2 documents : l’attestation de vaccination certifiée et la synthèse de vaccination.

      L’attestation de vaccination certifiée

      Toute personne vaccinée contre le Covid-19 doit recevoir par le professionnel de santé une attestation de vaccination dite « certifiée » au format papier après chaque injection.

      Si besoin, l'attestation de vaccination certifiée est téléchargeable sur le site attestation-vaccin.ameli.fr depuis le 27 mai 2021 par tous les bénéficiaires d’un régime d’assurance maladie français (4) vaccinés sur le territoire français.

      Consulter la foire aux questions (FAQ) pour tout savoir sur l’attestation de vaccination et le téléservice permettant de l’obtenir.

      La synthèse de vaccination

      À l’issue de chaque étape de vaccination, la personne vaccinée doit recevoir en main propre la synthèse de vaccination, qui porte le titre « Données télétransmises à l’Assurance Maladie ». Ce document comporte l’ensemble des informations à caractère médical relatives à la vaccination : numéro de lot ; vaccin injecté ; localisation de l’injection, etc.

      Ce document à caractère personnel est à conserver par la personne vaccinée, comme précisé en haut à droite du document. Cette synthèse de vaccination, une fois signée par le professionnel de santé, revêt un caractère de certificat de vaccination, équivalent à un certificat médical.

      Cas des adolescents

      Comme l'adulte, après chaque injection, l’adolescent reçoit une synthèse de vaccination et une attestation de vaccination. Il est très important de conserver précieusement ces 2 documents. Depuis le 20 juillet, les parents dont les mineurs ont terminé leur cycle de vaccination peuvent télécharger l’attestation de leur enfant sur attestation-vaccin.ameli.fr, le téléservice de l’Assurance Maladie. Cette voie pour récupérer l'attestation doit être privilégiée.

      À défaut, il est aussi possible de demander à un professionnel de santé (médecin, pharmacien, infirmier, sage-femme) s’il peut fournir l’attestation.

      Où s’informer ?

      Les informations sur la vaccination sont disponibles en ligne :

      ©Ministère des Solidarités et de la santé.

      (1) Selon la Haute Autorité de santé (HAS) et le Conseil d’orientation sur la stratégie vaccinale du Pr Fischer.

      (2) Les règles de calcul du téléservice sont créées à partir des informations disponibles à une date donnée et sont, par conséquent, susceptibles d’évolution dans le temps en fonction des adaptations du schéma vaccinal recommandées par les autorités sanitaires.

      (3) Liste des vaccins possibles : vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech, vaccin Spikevax de Moderna, vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca (ou équivalent reconnu : Covishield, R-Covi, Fiocruz), vaccin de Janssen.

      (4) Régime général, Mutualité sociale agricole (MSA), régimes spéciaux de sécurité sociale, fonction publique territoriale et d’État.

      Cet article vous a-t-il été utile ?
      Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
      * champ obligatoire
      Afficher le chatbot Ameli ?