Les autotests antigéniques sur prélèvement nasal pour dépister la Covid-19

14 octobre 2021
L’autotest est un test antigénique pour dépister la Covid-19. Il sert à dépister les personnes qui n'ont pas de symptôme et qui ne sont pas cas contact. Il est en vente libre en pharmacie. Qu'est-ce qu'un autotest ? Qui peut se faire rembourser un autotest ?

Comment se déroule un autotest ?

L’autotest est à réaliser soi-même, à l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez. Pour augmenter la fiabilité du test et éviter de se blesser, il faut suivre rigoureusement le guide d’utilisation fourni lors de l’achat.

Dans les accueils collectifs, le dépistage est autorisé pour les enfants dès 6 ans et le personnel formé peut réaliser l'auto-prélèvement pour les plus jeunes enfants ou encadrer celui-ci.

Ce mode d’auto-prélèvement nécessite d’introduire l’écouvillon moins profondément que le prélèvement nasopharyngé pratiqué pour les tests classiques (RT-PCR et test antigénique). Le résultat est donné au bout de 15 à 20 minutes, selon la notice du fabricant.

Important : les autotests négatifs, même réalisés sous la supervision d’un professionnel, ne seront plus être intégrés au passe sanitaire à partir du 15 octobre.

L’autotest, une nouvelle manière de dépister le coronavirus

Béatrice Clairaz, pharmacienne

« Un autotest est un test nasal à réaliser soi-même, et ces tests sont destinés à des personnes de plus de 15 ans qui n’ont pas de symptômes et qui ne sont pas personnes contacts. L’idée étant de le répéter de manière régulière, une à 2 fois par semaine pour avoir le plus de chances possible de détecter le virus. »

Béatrice Clairaz fait une démonstration de la réalisation d’un autotest.

  • Se laver les mains avant de sortir les éléments de leur emballage.
  • Enlever l’opercule du tube contenant la solution réactive.
  • Disposer le tube à l’emplacement prédécoupé de la boîte.
  • Sortir la cassette de sa poche en aluminium.
  • Insérer l’écouvillon verticalement sur 2 à 3 cm.
  • Basculer la tige vers le haut et l’introduire jusqu’à rencontrer une légère résistance.
  • Réaliser un mouvement de rotation pendant quelques secondes.
  • Essorer l’écouvillon dans la solution durant 10 secondes.
  • Visser la tétine compte-gouttes sur le tube.
  • Verser 4 gouttes de la solution dans le puit de la cassette.
  • Patienter 10 à 15 minutes en fonction des tests pour lire le résultat.
  • Une seule bande colorée dans la zone C : le résultat est négatif.
  • 2 bandes colorées dans les zones C et T : le résultat est positif.

Béatrice Clairaz :

« Si le test est négatif, bien évidemment, il ne faut pas abandonner les gestes barrières. En cas de test positif, il faut absolument s’isoler et faire faire un test PCR en laboratoire pour confirmer le diagnostic.

Attention, ces tests ne sont pas destinés aux cas contacts ou aux personnes symptomatiques ».

Une vidéo diffusée par le ministère des Solidarités et de la santé.

Dans quelle situation réaliser un autotest ?

Ce test peut être utilisé chez vous (avant une réunion de famille par exemple, mais sans abandonner les gestes barrières) ou dans le cadre d'un dépistage collectif (lycée, entreprise, etc.).

Il sert à dépister les mineurs dès l'âge de 3 ans et les personnes majeures, qui n'ont pas de symptôme et qui ne sont pas personne contact (ou cas contact). Il permet de savoir si on est porteur ou non de la Covid-19, mais il n'a d'intérêt que s'il est fait régulièrement.

Quand réaliser l'autotest ?

Les autotests sont moins sensibles que les tests RT-PCR et antigénique. Il faut répéter l’autotest 1 à 2 fois par semaine pour augmenter les chances de le réaliser au début de la maladie, c’est-à-dire au moment où le virus est le plus présent et le plus facilement détectable, et surtout au moment où on est le plus contagieux.

Si l’on est porteur du virus sans avoir les symptômes, l'autotest permet de pouvoir en prendre connaissance, de s’isoler, de réaliser un test RT-PCR de confirmation et de prévenir ses contacts. C’est un outil d’aide pour pouvoir contribuer à rompre le plus rapidement possible la chaine de contamination.

Qui peut se faire rembourser les autotests ?

Le prix maximum de vente d’un autotest est de 5,20 euros.

Les autotests ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie.

Ils peuvent cependant être pris en charge pour certaines catégories de professionnels qui travaillent auprès des personnes âgées et des personnes en situation de handicap :

  • les professionnels travaillant au sein de services d’aide à domicile :
    • service d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) en service prestataire,
    • intervenants mandataires, particuliers employeurs,
    • salariés des services de soins infirmiers à domicile (Ssiad),
    • salariés de service pour personnes handicapées ;
  • les accueillants familiaux.

Pour obtenir des autotests, dans la limite de 10 autotests par mois, sans avancer les frais, il faut présenter au pharmacien un justificatif professionnel. Cela concerne 600 000 professionnels environ. L’objectif : sécuriser leur activité en contact rapproché avec des personnes à risque de développer des formes graves de la Covid-19.

Autotest : résultat positif ou négatif, que faire ?

En cas de résultat négatif à un autotest, il faut rester prudent et maintenir les gestes barrières. La fiabilité de l’autotest est limitée, il est donc toujours possible d’être porteur du virus dans des quantités non détectables, ou qu’une erreur liée au prélèvement fausse le résultat.

En cas de résultat positif à un autotest, il faut sans tarder :

  • réaliser un test RT-PCR qui confirmera ou non le résultat ;
  • s’isoler immédiatement ;
  • prévenir les personnes avec qui l'on a récemment été en contact en l'absence de gestes barrières pour qu’elles s’isolent.

Pour les personnes qui ne peuvent pas télétravailler et dans l’attente du résultat du test RT-PCR, il est possible de demander un arrêt de travail.