Covid-19 : les médecins appelés à jouer un rôle majeur dans la stratégie pour enrayer l'épidémie

27 novembre 2020

Les médecins de ville, au premier rang desquels les médecins généralistes, constituent le premier maillon de ce dispositif. Ils ont bien sûr la responsabilité de prendre en charge leurs patients atteints de la Covid-19, de leur faire réaliser un test et d’assurer leur suivi tout au long de leur maladie. Mais ils sont aussi invités à s’engager fortement dans la recherche des personnes qui ont été en contact rapproché avec leurs patients malades, pour jouer pleinement leur rôle dans la remontée des chaînes de transmission et la lutte contre l’épidémie (voir encadré ci-dessous).

Le patient consulte son médecin dès les premiers symptômes

Dès l’apparition des premiers signes de la maladie Covid-19, les patients doivent appeler leur médecin sans délai. La consultation pourra se dérouler en présentiel ou par le biais d’une téléconsultation.

Et si l'on n'a pas de médecin traitant ?

Pendant la période de l'épidémie,  l'Assurance Maladie a mis en place un numéro destiné à aider les patients susceptibles d’avoir la Covid-19 à trouver un médecin quand ils ne peuvent accéder normalement à leur médecin traitant.

Ce numéro d’appel, le 09 72 72 99 09 (service gratuit + prix de l’appel), est ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30

Réservé aux seuls patients susceptibles d’être atteints de la Covid-19 et ne présentant pas de signe de gravité, il permettra de leur donner une liste de plusieurs médecins généralistes disponibles, et qui ont préalablement indiqué à l’Assurance Maladie leur accord pour recevoir des patients potentiellement atteints de la Covid-19 n’appartenant pas à leur patientèle habituelle.

Les téléconseillers de l’Assurance Maladie pourront également orienter ces patients pour qu’ils bénéficient d’un test virologique, accessible sur prescription, en leur indiquant les sites de prélèvement les plus proches de chez eux.

Ce dispositif n’a pas vocation à être prolongé au-delà de la période de l’épidémie.

Le médecin prescrit le test et prend en charge le patient

Lors de cette consultation médicale initiale, le médecin va prescrire au patient présentant des signes cliniques évocateurs de la Covid-19 un test RT-PCR à faire rapidement. À noter : les tests peuvent être réalisés sans prescription médicale depuis le 24 juillet 2020. Il pourra lui indiquer un laboratoire proche de chez lui pratiquant ce test, ou l’orienter vers le site www.sante.fr, qui recense l’ensemble des lieux de prélèvement. Ce test RT-PCR sera réalisé par un prélèvement pratiqué en passant par le nez et pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie. Le médecin peut également tester son patient avec un test rapide antigénique.

Si le résultat du test est positif, le médecin assurera la bonne prise en charge du patient : prescription de masques, mise en œuvre des mesures d’isolement (avec prescription d’un arrêt de travail le cas échéant), évaluation de la situation des personnes habitant dans le même foyer…

Le médecin enregistre le dossier de son patient dans la base « Contact Covid »

Si le résultat du test est positif, le médecin va également enregistrer le dossier du patient dans une base spécifique sécurisée de l’Assurance Maladie appelée « Contact Covid ».

Il y notera, avec l’accord du patient, les coordonnées des personnes de son entourage familial, amical, professionnel avec qui il a été en contact rapproché jusqu’à 2 jours avant le début des signes de la maladie.

Une fois ce travail réalisé, le médecin généraliste passera le relais à l’Assurance Maladie.

Qu’est-ce qu’une « personne contact à risque » ?

La personne contact à risque est une personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact (hygiaphone ou autre séparation physique comme une vitre ; masque chirurgical ou FFP2 ou grand public en tissu fabriqué selon la norme Afnor ou masque grand public en tissu réutilisable possédant une fenêtre transparente homologué par la Direction générale de l’armement porté par le cas OU la personne contact ; masque grand public fabriqué selon la norme Afnor ou équivalent porté par le cas ET la personne contact) :

  • a partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
  • a eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque ;
  • a prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;
  • a partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24 h avec un cas, ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement ;
  • est élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).

Un espace confiné est un espace qui ne permet pas de respecter le critère de distanciation sociale minimale d’1 mètre autour d’une personne.

Enfin, ne sont pas considérés comme mesures de protection efficaces : une plaque de plexiglas posée sur un comptoir ; les masques en tissu « maison » ne répondant pas aux normes Afnor ainsi que les visières en plastique transparent portées seules.