Contact tracing et rétrotracing : arrêter plus vite les chaînes de transmission du virus

30 juillet 2021

L'objectif de la stratégie « Tester, alerter, protéger » est de continuer à agir pour limiter la circulation du virus.

En plus de l’application des mesures barrières, cette stratégie s’appuie sur le repérage précoce des symptômes, la réalisation de tests de dépistage et l’isolement dès que nécessaire (des personnes testées positives à la Covid-19 avec ou sans symptômes, des personnes en attente d'un test, des personnes cas contact).

Consulter dès les premiers symptômes

Premier réflexe à avoir : surveiller l’apparition des premiers signes de la maladie Covid-19.

Les signes les plus fréquents sont la toux et la fièvre (ou la sensation de fièvre) mais d’autres signes peuvent également être présents : perte brutale du goût ou de l’odorat, maux de tête, forte fatigue, courbatures, douleurs thoraciques, essoufflement, diarrhée... ou d’autres signes repérés par les personnes de l’entourage (confusion…).

Si l’un ou plusieurs de ces symptômes apparaissent, il faut appeler son médecin sans délai.

En cas de difficultés respiratoires, il faut appeler immédiatement le 15.

Et si l'on n'a pas de médecin traitant ?

Pendant la période de l'épidémie,  l'Assurance Maladie a mis en place un numéro destiné à aider les patients susceptibles d’avoir la Covid-19 à trouver un médecin quand ils ne peuvent accéder normalement à leur médecin traitant. Le numéro d’appel 09 72 72 99 09 (service gratuit + prix de l’appel) permet d'obtenir une liste de médecins généralistes disponibles. Le numéro est ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30.

Réservé aux seuls patients susceptibles d’être atteints de la Covid-19 et ne présentant pas de signe de gravité, il permet de leur donner une liste de plusieurs médecins généralistes disponibles, et qui ont préalablement indiqué à l’Assurance Maladie leur accord pour recevoir des patients potentiellement atteints de la Covid-19 n’appartenant pas à leur patientèle habituelle.

Ce dispositif n’a pas vocation à être prolongé au-delà de la période de l’épidémie.

Le médecin, interlocuteur incontournable des patients pour faire le test et identifier les personnes contact

Le médecin va prescrire au patient présentant des signes cliniques évocateurs de la Covid-19 un test RT-PCR à faire rapidement (à noter : la prescription n'est pas requise pour faire un test). Il pourra lui indiquer le laboratoire pratiquant ce test, qui est réalisé par un prélèvement pratiqué en passant par le nez. Le médecin peut également tester son patient avec un test rapide antigénique .

Les tests sont pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Le médecin assurera la bonne prise en charge du patient : prescription de masques, mise en œuvre des mesures d’isolement, évaluation de la situation des personnes habitant dans le même foyer…

Le médecin va également enregistrer le dossier du patient dans une base spécifique appelée « Contact Covid ». Il y notera aussi, avec l’accord du patient, les coordonnées des personnes de son entourage familial, amical, professionnel qui ont été en contact rapproché avec lui jusqu’à 2 jours avant le début des signes de la maladie.

Cette contribution de chaque patient à l’identification des cas potentiels est une étape fondamentale pour enrayer la diffusion du virus.

A noter : il revient aux médecins de prendre contact systématiquement avec les patients dépistés positifs sans prescription, par le biais d'une consultation en présentiel ou à distance (après transmission de l'information par le laboratoire d'analyses médicales ou le patient lui-même). Cette consultation est l’occasion d’engager la recherche des personnes contact de ces patients.

En attendant de passer un test ou les résultats du test, il est important de s’isoler pour ne pas transmettre le virus. En savoir plus sur les règles et durées d’isolement, les arrêts travail possibles… sur la page « Isolement : principes généraux ».

Comprendre le dispositif de contact tracing

L’Assurance Maladie, interlocuteur de référence pour informer les personnes contaminées et les cas contact

Depuis le 21 janvier 2021, l’Assurance Maladie renforce l’accompagnement des personnes devant s’isoler et a fait évoluer le contact tracing, son dispositif pour rechercher les chaînes de contamination, mis en place le 13 mai.

L’objectif de cette évolution est de pouvoir adapter les modalités de contact selon la circulation du virus. 3 scénarios ont été établis selon le nombre de patients testés positifs par jour (appelés P0) :

  1. un dispositif renforcé en dessous de 20 000 P0 ;
  2. un dispositif standard entre 20 000 et 31 000 P0 ;
  3. un dispositif de crise au-delà de 31 000 P0.

Depuis le 25 mars, le dispositif est passé en situation de crise : l’Assurance Maladie priorise les appels téléphoniques vers les personnes testées positives, pour les accompagner dans le suivi des consignes sanitaires (isolement, réalisation des tests) et pour rechercher avec eux leurs cas contact. Les personnes cas contacts reçoivent l’information directement par SMS, qui les renvoie vers un site internet avec toutes les informations utiles.

Infographie présentant le dispositif de contact tracing - description complète dans le paragraphe précédent

Comment les cas contacts sont-ils contactés par l’Assurance Maladie ?

Toutes les personnes contact reçoivent un sms émis par le numéro 38663 renvoyant, via un lien cliquable, vers un site internet. La consultation de ce site vaut confirmation de la lecture du sms par le cas contact qui sera dès lors considéré comme informé sur son statut et les règles à suivre. Il est essentiel que les personnes cas contact consultent ce site car elles peuvent y trouver, adaptées à leur situation personnelle, l’ensemble des informations utiles sur les mesures sanitaires à respecter et sur leurs droits (arrêt de travail, délivrance gratuite de masques…).

L’Assurance Maladie contacte les personnes cas contacts à plusieurs moments de l’isolement :

  • 48 h avant la date conseillée pour réaliser leur test de dépistage, les cas contact reçoivent un SMS de rappel ;
  • 4 jours après avoir été informés par l’Assurance Maladie de leur statut, les cas contact reçoivent un SMS pour leur rappeler l’importance de bien respecter leur période d’isolement. Ces personnes peuvent signaler d’éventuels besoins pour améliorer les conditions de leur isolement.
  • 7 jours après le début de l'isolement pour les personnes cas contact vivant avec la personne positive ;
  • le dernier jour du confinement (7e jour pour les cas contact qui ne vivent pas avec la personne positive à la Covid-19, 17e jour si les cas contact vivent avec la personne positive) : ces personnes sont invitées à répondre à des questions par SMS. Leurs réponses permettent de déterminer si la période d’isolement peut prendre fin ou pas.

Comment les personnes positives à la Covid-19 sont-elles contactées par l’Assurance Maladie ?

L’ensemble des patients dépistés positifs à la Covid-19 reçoivent, avant tout échange téléphonique, un message sms leur demandant de préparer cet entretien. Ce sms renvoie, via un lien cliquable, vers un site qui permet aux patients positifs de préparer la liste de leurs cas contact à risque ainsi que leurs coordonnées dans l’attente de l’appel téléphonique de l’Assurance Maladie.

L’Assurance Maladie contacte les personnes positives à la Covid-19 à deux moments de l’isolement :

  • le 4e jour de leur période de confinement pour s’assurer que l’isolement se déroule dans de bonnes conditions et que la visite de l’infirmier (ou l’accompagnement social), si elles en ont fait la demande, a bien eu lieu ;
  • le 10e jour de leur période de confinement, ces personnes sont invitées à répondre à des questions par SMS. Leurs réponses permettront de déterminer si la période d’isolement peut prendre fin ou pas.

Qu'est-ce qu'un contact rapproché ?

Il s’agit d’un contact sans mesure de protection efficace en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (conversation, repas, flirt, accolades, embrassades par exemple) et dans un lieu clos.

Pr Renaud Piarroux, épidémiologiste à l’Hôpital La Pitié-Salpêtrière (AP-HP), explique en vidéo les facteurs de l'efficacité du contact tracing et pourquoi il est un pilier essentiel de la maîtrise épidémique.

[Contact tracing - Ensemble contre l'épidémie de Covid-19]

Épisode 10 : en quoi le contact tracing peut nous aider à sortir de la crise ?

Bonjour, je suis le professeur Renaud Piarroux.

Je suis professeur à Sorbonne Université et chef de service et épidémiologiste à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP).

Et je m’occupe en ce moment de l’épidémiologie de la Covid pour l’assistance publique-hôpitaux de Paris.

[Une question apparaît] Vous avez visité uune plaforme de contact tracing, qu'en avez-vous pensé ?

J’ai été favorablement impressionné par l’organisation, et par le fait que le contact tracing maintenant, se faisait en tenant compte des besoins des patients.

Et donc, c’est autant un accompagnement des patients à l’isolement, qu’un contact tracing.

Et je pense que les deux doivent être liés.

Les efforts qui sont faits permettent actuellement d’identifier les cas contact avant même qu’ils soient positifs dans plus d’un quart des cas.

Et ça, ça a un rôle très important dans la dynamique de l’épidémie.

[Une question apparaît] Quels sont les atouts du contact tracing ?

L’accompagnement à l’isolement est quelque chose de capital dans la prise en charge des patients.

C’est quelque chose qui assure aussi la qualité du contact tracing.

Une personne bien accompagnée comprend à quoi ça sert, et va plus facilement indiquer les personnes qui ont été en contact avec lui.

[Une question apparaît] En quoi le contact tracing est utile aujourd'hui ?

Le contact tracing est surtout un outil utile quand le nombre de cas commence à diminuer.

Plus on a des cas qui se raréfient, moins il devient pertinent de faire des mesures globales comme le confinement de toute la population ou des dépistages massifs.

Par contre, le contact tracing gagne de plus en plus de pertinence parce qu’on peut mettre plus de moyens sur les derniers cas.

Et c’est en mettant les moyens sur les derniers cas qu’on peut éviter une reprise épidémique.

Tous les pays qui s’en sont sortis jusqu’ici, s’en sont sortis parce qu’ils ont maîtrisé la technique du contact tracing.

C’est la seule technique qui est indispensable à la maîtrise de l’épidémie.

[Une question apparaît] Et vous ferez quoi après ?

Une fois que la crise sera passée, la première chose que je ferai sera d’aller dans le midi retrouver ma famille.

Covid-19 Tester, alerter, protéger - Logo : Assurance Maladie

Intérêt du rétrotracing : rechercher les personnes co-exposées

Expérimenté d’abord en Côte-d’Or et en Loire-Atlantique dès fin mars, puis à 59 autres départements en juin, le rétrotacing est généralisé à toute la France depuis le 1er juillet (sauf en Guyane).

Le rétrotracing étudie les circonstances de contamination afin de repérer un moment ou des lieux à l'origine de la chaîne de contamination. Il permet d’identifier d’éventuelles personnes appelées « co-exposées » : ces personnes ont pu ne pas être identifiées lors de la recherche initiale des cas contact de la personne testée positive à la Covid-19. Une personne co-exposée est une personne qui a croisé un malade, lors d’un événement ou dans un lieu et a pu y être contaminée surtout si les gestes barrières n’ont pas été respectés durant l’événement. Ces personnes co-exposées peuvent transmettre sans le savoir la Covid-19.

Avec le rétrotracing, ces personnes co-exposées sont contactées par l’Assurance Maladie qui les invite à réaliser un test de dépistage et à s’isoler. Si elles ne peuvent pas télétravailler, elles peuvent bénéficier d’un arrêt de travail dérogatoire sans délai de carence à partir du site declare.ameli.fr.

La combinaison du contact tracing et du rétrotracing doit permettre de mieux identifier les chaines de contamination afin de les briser encore plus efficacement. Le rétrotracing permet notamment de mieux documenter les situations à risque de super-contamination en identifiant des événements ou des rassemblements au cours desquels plusieurs personnes ont été contaminées.

En savoir plus sur le rétrotracing : entretien téléphonique, généralisation à toute la France...