Que faire en cas de symptômes évoquant le Covid-19 ?

En cas de symptômes, même faibles, les bons réflexes sont les suivants :

  • bien respecter les gestes barrières ;
  • éviter le contact avec les personnes fragiles ;
  • prévenir son entourage ;
  • lorsqu'on est vacciné ou mineur, réaliser un test antigénique ou un test RT-PCR sans ordonnance ;
  • contacter son médecin traitant ou, en son absence, un autre médecin de ville (ne pas se rendre directement chez le médecin, ni aux urgences de l’hôpital). Si vous n’êtes pas vacciné, il prescrira un test antigénique ou un test RT-PCR.

En cas de difficultés respiratoires comme un manque de souffle au moindre effort ou lors de la prise de parole, appeler le 15 (ou le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes). En cas de doute sur un médicament ou sur l’évolution des symptômes, il faut contacter son médecin.

Des conseils personnalisés sur Mes conseils Covid

En fonction de sa situation médicale, familiale, professionnelle et géographique, le site mesconseilscovid.fr livre en 3 minutes des recommandations personnalisées pour prendre soin de sa santé et de celle de ses proches : les gestes barrières, le recours aux soins, etc.

Qui sont les personnes à risque de formes graves de Covid-19 ?

Certaines maladies ou situations compliquent le traitement de l'infection par le Covid-19. 

En présence de symptômes évoquant une infection, il faut appeler rapidement votre médecin.

Les personnes vulnérables, qui sont susceptibles de développer des formes graves de Covid-19 et qui doivent donc être particulièrement vigilantes selon le Haut Conseil de la santé publique, sont :

  1. âgées de 65 ans et plus ;
  2. avec des antécédents cardiovasculaires (ATCD) : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  3. avec un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
  4. avec une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  5. avec une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  6. atteintes de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  7. avec une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30) ;
  8. atteintes d'une congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement , et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
    • infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
    • consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
  9. atteintes de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  10. avec un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  11. au 3e trimestre de la grossesse ;
  12. atteintes d'une maladie du motoneurone, d'une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d'une primitive cérébrale, d'une maladie cérébelleuse progressive ou d'une .

Comment porter un masque ?

Bien utiliser son masque : le tuto

Quand mettre mon masque ?

Je mets un masque quand la distance d'au moins un mètre avec d'autres personnes n'est pas possible.

Par exemple, dans les transports en commun ou les commerces.

Mais aussi si je suis en contact avec des personnes fragiles. 

Comment mettre mon masque ?

Avant de mettre mon masque, je me lave bien les mains à l'eau et au savon ou au gel hydro-alcoolique, puis je le place sur mon visage.

Si le masque a des élastiques, je les mets derrière les oreilles. 

S'il a des lacets, je les noue derrière la tête et derrière le cou. 

Enfin, s'il en a un, je pince le bord rigide de mon masque au niveau du nez, puis j'abaisse bien le masque sous le menton. 

Ca y est, le masque est en place ! [Une femme lève les pouces, pour signifier que tout est ok.]

Maintenant, il faut faire attention à ne plus le toucher, à ne pas sortir le nez et à ne pas le descendre au niveau du cou. 

Sinon le masque n'est plus du tout efficace. 

Quand et comment changer mon masque ?

Je change mon masque dès qu'il est humide ou toutes les 4 heures, au maximum. D'abord, je me lave les mains, puis j'enlève mon masque en ne touchant que les lacets ou les élastiques. 

Je ne transporte pas le masque dans ma poche, dans un sac à dos ou un sac à main et je ne le laisse pas sur une table. Mais je le mets immédiatement dans un sac plastique fermé. 

S'il est jetable, je jette tout de suite le sac avec le masque dans une poubelle fermée. S'il est en tissu, je garde le masque dans le sac fermé en attendant de le laver dès que possible à 60° pendant au moins 30 min. Puis je me lave bien les mains de nouveau. Pour le séchage, je respecte la notice du masque. Si je n'ai pas d'instruction, j'utilise de préférence un sèche-linge, ou je laisse sécher le masque à l'air libre. 

Et n'oubliez pas, le masque ne remplace pas les gestes barrières indispensables pour nous protéger, comme le lavage de main et la distance d'au moins 1 mètre avec toute personne.  

Ensemble, protégeons-nous les uns les autres.

Ceci est un message du ministère chargé de la Santé et de Santé publique France.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire