Covid-19 : l’Assurance Maladie en première ligne auprès des personnes contact

13 mai 2020

La stratégie de déconfinement mise en place le 11 mai suppose, plus que jamais, de continuer à agir pour enrayer la circulation du virus. En plus de l’application des mesures barrières, elle repose sur le repérage précoce des symptômes, la réalisation de tests de dépistage et l’isolement des personnes malades ainsi que des personnes ayant été en contact avec elles (voir encadré).

Au cœur de ce dispositif, aux côtés des médecins, l’Assurance Maladie est chargée de contacter ces personnes, pour leur conseiller le test de dépistage et leur expliquer les mesures d’isolement.

Des enquêteurs sanitaires dûment habilités pour identifier et appeler les « personnes contact »

Une fois que le médecin a complété le dossier de son patient dans une base spécifique sécurisée appelée « Contact Covid », c’est l’Assurance Maladie qui prend le relais avec ses équipes d’enquêteurs sanitaires dûment habilités pour cette mission et soumis au secret professionnel.

Ces équipes se chargent d’abord de compléter le recensement des contacts du patient Covid +. Le médecin peut en effet s’être concentré sur le foyer du patient malade et ne pas avoir réalisé le recensement exhaustif de tous les autres contacts.

Sur la base des informations ainsi complétées, les collaborateurs de l’Assurance Maladie appellent ensuite, dans les 24 heures qui suivent la saisie par le médecin, les personnes ayant été en contact rapproché avec le patient.

Ils informent ces personnes contact de leur potentielle exposition au virus, vérifient auprès d’elles les informations déjà recueillies par le médecin et leur délivrent des recommandations sanitaires, notamment concernant le port de masque.

Qu’elles présentent, ou non, des symptômes de la maladie, les personnes contact sont invitées à s’isoler et se voient délivrer, si besoin, un arrêt de travail pour couvrir la période où elles doivent rester isolées. Il leur est également demandé de faire un test de dépistage qui pourra être fait sans ordonnance et sera pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Enfin, elles peuvent signaler un éventuel besoin d’accompagnement social au cours de leur période d’isolement, auquel cas l’Assurance Maladie saisit les structures spécifiques dédiées à cette mission.

Au cours de ces appels, le nom de la personne malade à l’origine du contact n’est communiqué qu’en cas d’accord explicite de cette dernière.

Une mobilisation forte de plusieurs milliers de collaborateurs volontaires

Pour identifier et tester les « personnes contact » de chacune de ces personnes infectées par le virus, l’Assurance Maladie pourra mobiliser près de 6 500 collaborateurs répartis sur l’ensemble du territoire, un effectif qui pourra être adapté selon l’évolution de l’épidémie.

Médecins, infirmières, travailleurs sociaux… ces collaborateurs sont rompus aux échanges avec les assurés et sont spécifiquement formés à l’identification des cas contacts sur la base des recommandations établies par les autorités sanitaires.

Qu’est-ce qu’une « personne contact » ?

La personne contact à risque est une personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact (hygiaphone ou autre séparation physique comme une vitre ; masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas OU la personne contact ; masque grand public fabriqué selon la norme Afnor ou équivalent porté par le cas ET la personne contact) :

  • a partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable,
  • a eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque,
  • a prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins,
  • a partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes avec un cas, ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement,
  • est élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).
Comment être sûr que l'on est bien contacté par l’Assurance Maladie ?

Les assurés ayant été testés positivement comme porteurs du virus et les personnes ayant été en contact avec ces derniers seront appelés par les conseillers de l’Assurance Maladie, habilités à traiter ce type d’appels, et soumis au secret médical et au secret professionnel.

Si ce contact téléphonique n’aboutit pas, les conseillers enverront un SMS ou un e-mail pour attirer l’attention des personnes concernées sur un prochain appel ou leur demander de rappeler l’Assurance Maladie. Enfin, à la suite de cet entretien téléphonique, un message récapitulatif des consignes à suivre leur sera également envoyé.

Attention : ce dispositif pourrait servir de prétexte pour des tentatives d’hameçonnage (phishing). Il faut être vigilant face à ce risque accru de fraude !

Voici les bons réflexes pour reconnaître les contacts en provenance de l’Assurance Maladie :

  • au téléphone, les conseillers de l’Assurance Maladie sont en capacité de donner le nom du médecin ou du patient malade du Covid-19 avec qui la personne qu’ils appellent a été en contact (si le malade a donné son accord explicite) à l’origine de la démarche ;
  • par SMS ou email, les conseillers de l’Assurance Maladie ne demandent jamais de fournir des coordonnées personnelles, comme un numéro RIB / IBAN ou de carte bancaire. Les messages de l’Assurance Maladie ne contiennent pas non plus de liens de redirection vers des sites demandant de s’identifier ou de fournir des informations personnelles. Seule la connexion vers le compte ameli, dont l’adresse contient l’URL assure.ameli.fr, ou vers le site ameli.fr peut être proposée.