Que se passe-t-il quand on a été en contact avec une personne malade du Covid-19 ?

02 décembre 2021

Vous avez été en contact avec une personne testée positive au Covid-19. Il est recommandé, pour se protéger et protéger les autres, de suivre les consignes suivantes dont vous trouverez le détail complet dans la suite de l’article :

  1. s’isoler immédiatement (si le schéma vaccinal est incomplet ou si l’on est immunodéprimé) et respecter les gestes barrières ;
  2. réaliser immédiatement un test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique TAG) ;
  3. informer les personnes que l’on a croisé les dernières 48 h afin qu'elles s'isolent dans l'attente des résultats du test ;
  4. surveiller son état de santé ;
  5. réaliser un second test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique TAG) 7 jours après le dernier contact avec la personne malade ou 17 jours après son début de symptômes ou son prélèvement si vous partagez son domicile.
  6. En cas de test positif :
    1. l'Assurance Maladie vous contactera,
    2. Si le test positif est un antigénique, vous devez réaliser un test RT-PCR de confirmation.

Vous pouvez être contacté par l'Assurance Maladie en tant que personne ayant été en contact avec une personne positive au Covid-19 : en savoir plus sur ce dispositif de Contact tracing.

Variant Omicron : isolement obligatoire des cas contact d’une personne contaminée par ce nouveau variant

Si l’Assurance Maladie vous a contacté et informé que la personne positive était susceptible d’être atteinte du variant Omicron, les règles d’isolement et de test sont spécifiques :

  • compte-tenu de la dangerosité de ce variant, vous devez vous isoler immédiatement pour 7 jours (ou 17j si vous partagez son domicile), et ce même si vous êtes totalement vacciné,
  • si vous réalisez un test antigénique (TAG) et que ce dernier est positif, vous devez faire un test RT-PCR de confirmation qui permet d’identifier l’existence d’un variant,
  • vous devez prévenir vos propres contacts du risque encouru afin qu’ils se testent immédiatement et renforcent leurs gestes barrières.

Si vous avez installé l'application TousAntiCovid sur votre smartphone, vous avez pu être informé par cette application de votre situation de cas contact.

Consultez en un coup d'œil les consignes à respecter selon votre situation.

Cas contact : que faire si on est déjà vacciné contre le Covid-19 ?

Si votre schéma vaccinal est complet et si vous n’êtes pas immunodéprimé, vous n’avez pas obligation de vous isoler (sauf si vous êtes contact à risque d'un malade susceptible d'être porteur du variant Omicron, compte tenu de la dangerosité de ce variant). Vous devez cependant respecter certaines règles sanitaires pour briser les chaînes de transmission du Covid-19 :

  • réaliser immédiatement un test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique TAG) ;
  • informer de votre statut les personnes que vous avez croisées 48 h après avoir rencontré la personne malade et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux ;
  • respecter les gestes barrières pendant 1 semaine après le dernier contact avec le malade et notamment :
    • limiter les interactions sociales, en particulier dans les établissements recevant du public où le port du masque n’est pas possible ;
    • éviter tout contact avec des personnes à risque de forme grave même si elles sont vaccinées ;
    • porter un masque de catégorie 1 dans l’espace public ;
    • si vous vivez avec le malade : porter un masque au domicile.
  • réaliser une auto-surveillance de la température et de l’éventuelle apparition de symptômes, avec un test de dépistage immédiat en cas de symptômes, quel que soit l’âge ;
  • réaliser un second test de dépistage (RT-PCR, TAG) 7 jours après le dernier contact avec le malade ou si vous vivez avec le malade, 17 jours après la date de début des symptômes du malade (ou la date de prélèvement pour les malades sans symptôme).

Cas contact : que faire si on n’est pas vacciné contre le Covid-19 ou immunodéprimé ?

Si votre schéma vaccinal est incomplet ou si vous êtes immunodéprimé (voir la liste ci-après), vous devez réaliser immédiatement un test de dépistage, RT-PCR ou antigénique (pour les enfants de moins de 6 ans, un prélèvement salivaire peut être réalisé si le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible) :

  • en cas de test de dépistage positif, vous devenez un cas confirmé de Covid-19 : en savoir plus sur la conduite à tenir sur la page : « Que se passe-t-il en cas de test positif au Covid-19 ? » ;
  • en cas de test de dépistage négatif, vous devez respecter un isolement chez vous :
    • soit de 7 jours, à partir de la date du dernier contact à risque avec la personne positive au Covid-19, si vous pouvez vous isoler strictement d’elle ;
    • soit de 7 jours après la fin des symptômes de la personne malade, si vous ne pouvez pas vous isoler d’elle, soit 17 jours après la date de début des signes (ou de la date de prélèvement diagnostique pour les malades sans symptôme).

Si l’isolement à domicile n’est pas possible, une solution d’hébergement peut être proposée par la cellule territoriale d’appui à l’isolement (CTAI). Cette solution est à privilégier pour les personnes contact avec une grave.

Vous devez informer de votre situation les personnes avec qui vous avez été en contact à partir de 48h après votre dernière exposition avec la personne positive au Covid-19 et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux : on appelle cela le contact warning. Vos contacts peuvent réaliser une auto-surveillance de leur température et de l’éventuelle apparition de symptômes, avec un test diagnostique immédiat en cas de symptômes, quel que soit l’âge.

Un second test est réalisé en fin d’isolement (7 jours après le début de l’isolement ou 17 jours en cas d’impossibilité de s’isoler du malade). Si ce test est négatif, l’isolement peut être levé. Si ce test n’est pas réalisé, l'isolement est prolongé de 7 jours supplémentaires (sauf pour les enfants de moins de 6 ans).

Listes des personnes immunodéprimées

Les personnes immunodéprimées sont celles :

  • ayant reçu une transplantation d'organe ou de cellules souches hématopoïétiques ;
  • sous chimiothérapie lymphopéniante ;
  • traitées par des médicaments immunosuppresseurs forts, comme les antimétabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine) et les AntiCD20 (rituximab : Mabthera, Rixathon, Truxima) ;
  • dialysées chroniques après avis de leur médecin traitant qui décidera de la nécessité des examens adaptés ;
  • au cas par cas, les personnes sous immunosuppresseurs ne relevant pas des catégories susmentionnées ou porteuses d'un primitif ;
  • atteintes de lymphoïde chronique ou de certains types de lymphomes traités par antiCD20 (depuis le 18 juin).

Qu’est-ce qu’une « personne cas contact » ?

La définition de personne contact a évolué suite à l'avis du Haut conseil de la santé publique et distingue 3 types de personne contact : à risque élevé, à risque modéré et à risque négligeable. Dans les 3 cas, la personne a été en contact avec une personne positive au Covid-19 sans mesure de protection efficace.

Il s'agit de toute personne n’ayant pas reçu un schéma complet de vaccination ou depuis moins de 7 jours (Pfizer, Moderna et AstraZeneca) ou moins de 4 semaines (Jansen) ou atteinte d’une grave, c’est–à–dire présentant une affection la rendant éligible à une dose de rappel, même si celle-ci a déjà été administrée (liste d’affections définies dans l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du 6 avril 2021) et

  • ayant eu un contact direct avec la personne positive (ou probablement positive) au Covid-19, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (exemple : conversation, repas, contact physique) ;
  • ayant donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soins à la personne positive (ou probablement positive) au Covid-19 ;
  • ayant partagé un espace intérieur (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, salle de restaurant…) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24 h avec la personne positive (ou probablement positive) ou étant resté en face-à-face avec elle durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

Il s'agit de toute personne sans grave ayant reçu un schéma complet de vaccination depuis au moins 7 jours (Pfizer, Moderna et Astra Zeneca) ou au moins 4 semaines (Jansen) et

  • ayant eu un contact direct avec la personne positive (ou probablement positive) au Covid-19, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (exemple : conversation, repas, contact physique) ;
  • ayant donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soins à la personne positive (ou probablement positive) au Covid-19, ou ;
  • ayant partagé un espace intérieur (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, salle de restaurant…) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24 h avec la personne positive (ou probablement positive) ou étant resté en face-à-face avec elle durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

Il s'agit de toute personne ayant un antécédent d’infection par le Covid-19 confirmé par un test de dépistage datant de moins de 2 mois ; et toutes les autres situations de contact non décrites précédemment.

Ces définitions de personne contact ne s’appliquent pas ni pour les professionnels de santé hospitalier (une évaluation est faite par le médecin du travail et l’équipe opérationnelle d’hygiène) ni pour le milieu scolaire (plus d’information sur la conduite à tenir sur le site education.gouv.fr.

Quelles sont les mesures de protection qui ne sont pas considérées comme efficaces ?

Ne sont pas considérés comme mesures de protection efficaces :

  • masques en tissu grand public de catégorie 2 ;
  • masques en tissu « maison » ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes Afnor ;
  • visières et masques en plastique transparent portés seuls ;
  • plaque de plexiglas posée sur un comptoir, rideaux en plastique transparent séparant clients et commerçants.

Isolement, télétravail et arrêt de travail

L’isolement est recommandé pour éviter de contaminer ses proches et d’autres personnes même quand on n’a pas de signes de la maladie. En savoir plus l'isolement et les précautions à respecter.

L’isolement peut être difficile à vivre c'est pourquoi l'Assurance Maladie accompagne les personnes dans cette situation. Ce soutien peut comprendre une visite à domicile par un infirmier libéral, prise en charge à 100 %. Cette visite est proposée à toute personne positive pour laquelle l’Assurance Maladie a pu identifier des cas contact vivant au sein du foyer. En savoir plus sur l'accompagnement de l'Assurance Maladie et la visite d'un infirmier.

Pour respecter les recommandations sanitaires, la possibilité de travailler à distance doit être envisagée. Elle dépend de votre situation professionnelle. Si vous êtes cas contact à risque élevé, vous pouvez demander un arrêt de travail de 7 jours sur le site declare.ameli.fr, notamment lorsque vous ne pouvez pas télétravailler. En savoir plus l’arrêt de travail pour s’isoler.

Arrêt de travail sur declare.ameli.fr

Si vous êtes cas contact à risque élevé (ou modéré si la personne malade est votre enfant), vous pouvez demander un arrêt de travail de 7 jours sur le site declare.ameli.fr, notamment lorsque vous ne pouvez pas télétravailler. Si vous êtes cas contact d'une personne susceptible d'être porteuse du variant Omicron, l'arrêt vous sera délivré par l'Assurance Maladie directement lors de l'appel.

L'arrêt de travail est indemnisé sans vérification des conditions d’ouverture de droits, sans délai de carence et sans prise en compte dans les durées maximales de versement, jusqu'au 31 décembre 2021. Il fait également l’objet d’un complément de l’employeur.

Avant de procéder au versement des indemnités journalières, l’Assurance Maladie vérifiera que l’assuré est bien connu en tant que cas contact à risque. En cas d’accord, une attestation d’isolement valant arrêt de travail dérogatoire lui sera adressée, qui pourra être présentée à l’employeur.

Quand passer le test de dépistage au Covid-19 et que faire selon le résultat ?

Le moment où il faut passer le test et la durée de l'isolement dépendent de votre situation.

Un premier test de dépistage (RT-PCR, TAG) est à réaliser immédiatement. En cas de test négatif, vous devez rester en isolement 7 jours après la guérison de la personne positive au Covid-19, soit 17 jours à partir de son prélèvement ou de la date de début de ses symptômes.

Puis vous devez réaliser un 2e test de dépistage 17 jours à partir du début des symptômes de la personne positive (ou de la date du test, en cas de malade sans symptôme).

Si ce 2e test est négatif et en l'absence de symptôme, l'isolement peut prendre fin (en cas de symptôme, il est conseillé de consulter votre médecin traitant).

En cas de test positif, consultez l'article « Que se passe-t-il en cas de test positif au Covid-19 ? »

Un premier test de dépistage (RT-PCR, TAG) est à réaliser immédiatement. En cas de test négatif, vous devez respecter un isolement de 7 jours.

Après ces 7 jours et sans symptôme, vous réalisez un nouveau test de dépistage (RT-PCR, TAG) : si ce test est négatif, l'isolement peut prendre fin.

En cas de test positif, consultez l'article « Que se passe-t-il en cas de test positif au Covid-19 ? »

Isolement, dates des tests à réaliser, demande d'arrêt de travail : les consignes en résumé

Cas contact : résumé des consignes selon sa situation
Vous êtes cas contact : les consignes dépendent de votre situation Isolement Date des tests à réaliser Si vous ne pouvez pas télétravailler
Vous êtes cas contact d'un malade qui n'habite pas avec vous , vous n'êtes pas vacciné ou votre schéma vaccinal est incomplet et/ou vous êtes immunodéprimé, ou vous êtes cas contact d'un patient susceptible d'être atteint du variant Omicron Vous devez vous isoler immédiatement et jusqu'à 7 jours après la date du dernier contact avec le malade (à défaut 7 jours à compter la date de l'appel ou de la réception du SMS de l'Assurance Maladie).

Vous devez faire :

  • un premier test immédiatement (TAG ou RT-PCR, sauf si vous avez des symptômes depuis de plus de 4 jours, dans ce cas la RT-PCR est obligatoire) ;
  • et un deuxième test 7 jours après la date du dernier contact (à défaut 7 jours à compter de la date de l'appel ou de la réception du SMS de l'Assurance Maladie).

Vous pouvez bénéficier d'un arrêt de travail dans declare.ameli.fr, rubrique « Je suis cas contact », jusqu'à 7 jours après la date de dernier contact avec le malade (ou 6 jours après la date de l'appel ou de la réception du SMS de l'Assurance Maladie si cette date n'est pas connue).

Si vous êtes vacciné et que la personne malade est susceptible d’être porteuse du variant Omicron, l’arrêt sera délivré par l’Assurance Maladie lors de l’appel.

Vous êtes cas contact d'un malade qui n'habite pas avec vous, vous êtes complétement vacciné et non immunodéprimé et la personne malade n'est pas susceptible d'être porteuse du variant Omicron Pas d'isolement mais une auto-surveillance et le respect des mesures barrières renforcées dont port du masque en espace public.

Vous devez faire :

  • un premier test immédiatement (TAG ou RT-PCR, sauf si vous avez des symptômes depuis de plus de 4 jours, dans ce cas la RT-PCR est obligatoire) ;
  • et un deuxième test 7 jours après la date du dernier contact (à défaut 7 jours à compter de la date de l'appel ou de la réception du SMS de l'Assurance Maladie).
Vous ne bénéficiez pas d'arrêt de travail.
Vous êtes cas contact d'un malade qui habite avec vous, vous n'êtes pas vacciné ou votre schéma vaccinal est incomplet et/ou vous êtes immunodéprimé ou la personne malade est susceptible d'être porteuse du variant Omicron Vous devez vous isoler immédiatement et jusqu'à 7 jours après la date de guérison du malade (soit 17 jours à compter de l'apparition des symptômes ou du test du malade).

Vous devez faire :

  • un premier test immédiatement (TAG ou RT-PCR, sauf si vous avez des symptômes depuis de plus de 4 jours, dans ce cas la RT-PCR est obligatoire) ;
  • et un deuxième test 7 jours après la date du dernier contact ou 17 jours en cas d'impossibilité de s'isoler du malade (à défaut 7 jours à compter de la date de l'appel ou de la réception du SMS de l'Assurance Maladie).
Vous pouvez bénéficier d'un arrêt de travail dans declare.ameli.fr, rubrique « Je suis cas contact », de 7 jours à partir de la date d'appel ou de réception du SMS de l'Assurance Maladie :
  •  1re demande pour 7 jours d'arrêt ;
  •  2e demande pour prolongation de 10 jours supplémentaires, si nécessaire.

Si vous êtes vacciné et que la personne malade est susceptible d’être porteuse du variant Omicron, l’arrêt sera délivré par l’Assurance Maladie lors de l’appel.

Vous êtes cas contact d'un malade qui habite avec vous, vous êtes complétement vacciné, non immunodéprimé et la personne malade n'est pas susceptible d'être porteuse du variant Omicron Pas d'isolement mais une auto-surveillance et le respect des mesures barrières renforcées dont port du masque en espace public.

Vous devez faire :

  • un premier test immédiatement (TAG ou RT-PCR, sauf si vous avez des symptômes depuis de plus de 4 jours, dans ce cas la RT-PCR est obligatoire) ;
  • et un deuxième test 7 jours après la date du dernier contact ou 17 jours en cas d'impossibilité de s'isoler du malade (à défaut 7 jours à compter de la date de l'appel ou de la réception du SMS de l'Assurance Maladie).
Vous ne bénéficiez pas d'arrêt de travail.
Votre enfant est cas contact Les consignes d'isolement sont les mêmes que pour les adultes.

Les consignes de test sont les mêmes que pour les adultes.

Pour les enfants de moins de 6 ans, les tests salivaires seront privilégiés (adresses sur santé.fr).

Vous pouvez appeler la plateforme de contact tracing de l'Assurance Maladie au 09 74 75 76 78, pour bénéficier d'un courrier valant pour le chômage partiel pour les salariés et autorisation spéciale d'absence pour les fonctionnaires. Si vous êtes travailleurs indépendants, allez sur declare.ameli.fr pour bénéficier d'un arrêt de travail garde d'enfant.

 

Qui contacter en cas de difficultés ?

Pour toute question sur son état de santé, il faut appeler directement son médecin. Si l’on est seul ou inquiet, on peut contacter le 0 800 130 000 (appel gratuit). Pour les démarches auprès de l’Assurance Maladie, les services en ligne sont à privilégier en cette période de crise sanitaire.

L'Assurance Maladie accompagne les personnes qui doivent s'isoler et propose aussi une visite d'un infirmier à domicile. Cette visite est proposée à toute personne positive pour laquelle l’Assurance Maladie a pu identifier des cas contact vivant au sein du foyer. En savoir plus sur l'accompagnement lors de l'isolement.