Covid long, symptômes prolongés de la Covid-19 : de quoi parle-t-on ?

06 septembre 2021
La Covid-19 est une maladie dont les signes disparaissent dans la plupart des cas en 2 à 3 semaines. Toutefois, certains malades peuvent encore ressentir des symptômes au-delà de 4 semaines après l’infection. Il peut s’agir de personnes qui ont été hospitalisées ou non.

Qu’appelle-t-on symptômes prolongés de la Covid-19 ?

Les personnes concernées par la présence d’au moins un des symptômes ci-dessous, au-delà de 4 semaines suivant le début de la maladie aiguë Covid-19 présentent ce qu’en langage courant on appelle un « Covid long » :

  • une fatigue : c’est le symptôme le plus fréquent. Cette fatigue peut être majeure et entraîner une réduction importante des activités professionnelles, sociales et personnelles. Elle peut survenir à l’issue d’activités simples de la vie quotidienne ou de simples tâches mentales ;
  • des symptômes respiratoires : essoufflement sans effort ou pour des efforts peu importants, persistance d’une toux ;
  • des douleurs thoraciques, souvent à type d’oppression thoracique, des palpitations cardiaques ;
  • des troubles de l’odorat (perte de l’odorat ou odeurs déformées), du goût (perte ou mauvaise perception des saveurs) ;
  • des difficultés de concentration et de mémoire, un manque du mot, une irritabilité, une anxiété ;
  • des douleurs. Elles sont différentes d’une personne à l’autre. Il peut s’agir de :
    • céphalées ;
    • sensation de brûlures cutanées ;
    • douleurs musculaires ou articulaires, mal au dos, avec sensation de faiblesse motrice, d’engourdissement désagréable ou de fourmillement au niveau des membres ;
  • des acouphènes (bourdonnements d’oreilles) avec parfois des vertiges ;
  • une mauvaise qualité du sommeil : apparition d’insomnies notamment, de micro-réveils, d’un sommeil perçu comme non réparateur, d’une hypersomnie dans la journée ;
  • des troubles digestifs : bouche sèche, régurgitations, douleurs lors de la déglutition, douleurs abdominales, nausées, constipation  ou au contraire diarrhée, ballonnements abdominaux, baisse ou perte d’appétit, avec ou sans perte de poids ;
  • de problèmes de peau : prurit cutané (démangeaisons de la peau), urticaire, pseudo-engelures, chute de cheveux ;
  • des troubles génito-urinaires : fuites urinaires, dérèglement menstruel (modification des règles), troubles de l’érection, diminution de la ;
  • des symptômes généraux : des sueurs froides ou chaudes, de la fièvre avec éventuellement des frissons.

Des symptômes prolongés de la Covid-19 peuvent survenir même chez des personnes ayant fait des formes peu sévères de la maladie et ne sont donc pas liés à la gravité de la maladie aiguë initiale. Souvent, plusieurs symptômes sont associés.

Leur évolution est souvent fluctuante dans le temps avec des phases d’aggravation et de récupération. Des facteurs déclenchant l’aggravation des symptômes sont parfois retrouvés :

  • effort physique ou intellectuel, parfois minime ;
  • ;
  • écarts alimentaires, etc.

En règle générale, les symptômes régressent et l’amélioration a lieu à un rythme variable selon les patients.

À noter

Le ou les symptômes prolongés ne sont pas expliqués par une autre maladie sans lien connu avec la Covid-19 : diabète, maladie de la thyroïde, bronchopneumopathie chronique par exemple.

Vous avez des symptômes persistant plusieurs semaines après la Covid-19, que faire ?

Consulter son médecin traitant

Il convient de prendre un rendez-vous avec votre médecin traitant. Il évaluera votre situation et vous oriente si nécessaire. Pensez à bien préparer votre consultation et notez sur un agenda :

  • les troubles que vous ressentez, leur fréquence, leur intensité, leur durée, quels sont les facteurs qui les déclenchent, les aggravent ou au contraire les améliorent ;
  • ce que vous pouvez faire et ne plus faire dans la vie de tous les jours, les conséquences physiques et psychologiques de vos symptômes ;
  • l’impact de vos symptômes sur votre qualité de vie, votre vie sociale et professionnelle ;
  • les autres maladies que vous avez déjà eues ou pour lesquelles vous êtes traité : hypertension artérielle (HTA), diabète, , maladie cardiovasculaire, rénale,…

Apportez à votre médecin traitant tous les comptes rendus d’examens que vous avez déjà faits lors de votre maladie, si vous en avez :

  • test PCR ;
  • prise de sang ;
  • résultats de saturation du sang en oxygène ;
  • radiographie ;
  • scanner ;
  • compte-rendu d’hospitalisation.

Apportez-lui vos ordonnances et la liste des médicaments pris dans les semaines précédentes et au jour de la consultation.

Symptômes prolongés post-Covid-19 : que faire pour se sentir mieux ?

En présence de symptômes prolongés après l’épisode aigu de la Covid-19, il faut adapter son quotidien afin de raccourcir et mieux supporter la période de convalescence.

  • Il est important de savoir que le temps de récupération peut être plus ou moins long après une infection à la Covid-19. Comme lors d’autres infections virales (par exemple la mononucléose infectieuse, les hépatites virales), le temps nécessaire au retour à l’état de santé préexistant varie d’une personne à l’autre. Ne vous inquiétez pas si vous avez l’impression que vous retrouvez lentement vos forces et votre énergie.
  • Reposez-vous autant que de besoin. Respectez votre rythme veille-sommeil et assurez-vous que votre environnement est favorable au sommeil. Consultez cet article pour en savoir plus sur le traitement de l’insomnie.
  • Pratiquez la relaxation.
  • Veillez à avoir une alimentation équilibrée et limitez les excitants comme la caféine, arrêtez de boire de l’alcool (ou diminuer au maximum votre consommation). Les régimes alimentaires d’exclusion, (en dehors de cas d’allergie alimentaire, les vitamines et suppléments nutritifs en vente libre n’ont pas démontré leur utilité et peuvent être nocifs s’ils sont utilisés dans le cadre d’une automédication).
  • Arrêtez le tabac et/ou toute substance stupéfiante si vous en preniez avant d’être malade.
  • Entre les phases de repos, essayez d’exercer une activité physique quotidienne (marche, jardinage, cuisine, bricolage, ménage…), augmentez progressivement la durée et l’intensité, en fonction de vos capacités. L’activité pratiquée ne doit en aucun cas déclencher des symptômes. Respectez les éventuelles contre-indications médicales qui vous ont été faites.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes et progressivement atteignables de reprise des activités que vous aviez avant d’être malade. Privilégiez les activités qui vous procurent le plus de plaisir comme des sorties ludiques ou culturelles, etc.

Symptômes prolongés après la Covid-19 : consultation, bilan et traitement

La consultation

Après avoir échangé avec vous, votre médecin traitant vous examine et note :

  • poids et indice de masse corporelle (IMC) ;
  • tension artérielle et fréquence cardiaque ;
  • oxygénation du sang ;
  • examen neurologique, cardiaque…

Il demande, selon ses observations, des examens sanguins pour évaluer le retentissement sur le fonctionnement des reins, du foie, de la thyroïde.

Il élimine d’autres maladies pouvant être en cause dans la survenue de vos symptômes, en particulier si vous présentez une maladie chronique comme le diabète, une maladie rénale ou cardiovasculaire.

Il peut faire appel à des médecins spécialistes et d’autres examens complémentaires peuvent vous être prescrits : exploration fonctionnelle respiratoire (EFR), électrocardiogramme (ECG)…

En cas d’anxiété, l’accompagnement par un psychologue voire un psychiatre peut être nécessaire.

Le traitement

Qui vous suit pour votre traitement ?

Le plus souvent, c’est votre médecin traitant qui vous prend en charge et son suivi vous aide à passer la phase prolongée de votre convalescence.
Votre médecin peut discuter avec les autres professionnels de votre situation lors de réunions de concertation. Votre prise en charge est alors pluriprofessionnelle et coordonnée et elle est définie en prenant en compte les compétences des différents professionnels et vos besoins spécifiques.
Si votre situation médicale est trop complexe et nécessite une prise en charge plus importante, votre médecin peut vous adresser à une « cellule de coordination post-Covid » créée pour venir en appui des médecins traitants. Ces cellules sont en cours de création sur l’ensemble du territoire. Afin de permettre une prise en charge globale, chaque cellule peut être constituée de différents spécialistes :

  • médecin interniste ou infectiologue ;
  • pneumologue ;
  • neurologue ;
  • médecin réanimateur ;
  • cardiologue ;
  • rhumatologue ;
  • psychiatre, psychologue ;
  • kinésithérapeute ;
  • ergothérapeute ;
  • nutritionniste.

►Consultez le site de l'Agence Régionale de Santé de votre région pour connaître la « cellule de coordination post-Covid » la plus proche de chez vous.

Traiter les symptômes prolongés de la Covid-19

Votre médecin vous propose un traitement adapté à votre situation. Il n’existe pas de traitement traitant la cause de ce « Covid long », mais il existe des traitements pour traiter les symptômes. En effet, de nombreuses personnes se sentent mieux de façon progressive, en général en quelques mois, avec une prise en charge globale et adaptée à chacun, pouvant inclure des traitements symptomatiques (traitant les symptômes comme la douleur, l’urticaire…), du repos et une réadaptation respiratoire et/ou un réentraînement progressif à l’effort.

Les principaux symptômes bénéficient d’un traitement médicamenteux si besoin :

  • antalgiques en cas de douleurs : paracétamol ou anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • lavages de nez en cas de perte de l’odorat ;
  • traitement des troubles digestifs ;
  • traitement médicamenteux d’un trouble anxieux ou dépressif, etc.

Les traitements spécifiques sont prescrits pour traiter :

En cas de fonctionnels (douleurs abdominales diffuses par exemple), de troubles anxieux ou dépressifs, un soutien psychologique, par exemple une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut vous aider et, si nécessaire, un suivi psychiatrique pourra vous être proposé.

À noter

Un dispositif de soutien psychologique d’urgence « PsyEnfantAdo » est possible pour les enfants de 3 à 17 ans et remboursé par l’Assurance Maladie. Pour en savoir plus sur PsyEnfantAdo.

En fonction de vos symptômes, différentes rééducations peuvent vous être prescrites :

  • rééducation respiratoire, si vous souffrez de symptômes respiratoires comme un essoufflement ;
  • rééducation olfactive en cas de troubles de l’odorat et du goût ;
  • en cas d’altération physique marquée, un réentraînement doux à l’effort conduit par un kinésithérapeute formé peut vous aider à récupérer vos capacités musculaires.

De plus, les approches alternatives (acupuncture, auriculothérapie, ostéopathie, etc.) peuvent être proposées par votre médecin mais leur efficacité n’a pas été évaluée.

Le Covid long peut-il être considéré comme une affection longue durée (ALD) ?

Il n’existe pas d’affection longue durée (ALD) spécifique pour les symptômes persistants de la Covid-19. Pour autant, dans certaines situations, vous pouvez bénéficier de la reconnaissance en ALD. La demande est réalisée par le médecin traitant et étudiée par le médecin conseil de l’Assurance Maladie. Dans ce cas, les examens et les soins en rapport avec la maladie sont pris en charge à 100 % selon les tarifs de l’Assurance Maladie.

Plusieurs possibilités existent :

  • Si vous êtes déjà en ALD pour une maladie et celle-ci s’aggrave du fait de la Covid-19. La prise en charge de cette aggravation sera prise en charge en ALD.
  • Si vous souffrez de séquelles inscrites dans la liste des ALD, vous pouvez obtenir l’ALD concernée. Par exemple, si vous souffrez d’une insuffisance respiratoire suite à la Covid-19.
  • Enfin, il est possible de faire une demande au titre de l’ALD hors liste en cas de forme sévère de symptômes prolongés de la Covid-19, qui ne rentrerait pas dans les 2 premiers cas. Pour cela, il faut remplir les critères de l’ALD hors liste :
    • durée d’évolution prévisible supérieure à 6 mois ;
    • la prise en charge doit comprendre obligatoirement un traitement médicamenteux ou un appareillage.
    • 2 critères parmi les 4 suivants sont également obligatoires :
      • hospitalisation à venir ;
      • actes techniques médicaux répétés ;
      • actes biologiques répétés ;
      • soins paramédicaux fréquents et réguliers.

La prise en compte de l’ALD peut être rétroactive car elle s’applique à la date du début des symptômes. L’ALD est accordée pour une durée limitée, définie par le médecin conseil de l’Assurance Maladie.

Covid long : comment se faire aider au quotidien ?

Participez à votre suivi en étant attentif aux points suivants :

  • respectez le rythme des consultations en présentiel ou à distance en télémédecine ainsi que les bilans ;
  • posez toutes vos questions à votre médecin traitant et pensez à les noter entre les consultations ;
  • suivez bien votre traitement :
    • faites-vous expliquer les enjeux et les bénéfices de votre traitement ;
    • respectez bien les prescriptions médicales et ne modifiez pas votre traitement ;
    • signalez à votre médecin tout effet indésirable dû au traitement, pour qu'il cherche comment l’atténuer ou le prévenir ;
    • informez tout professionnel de santé du traitement que vous prenez.
  • n'oubliez pas vos rendez-vous de rééducation ou de suivi psychologique ;
  • suivez les recommandations de votre médecin sur :
    • l'hygiène de vie à adopter ;
    • l'adaptation de votre mode de vie ou de votre poste de travail, si nécessaire.
  • notez chaque amélioration de votre état de santé ;
  • avertissez sans délai votre médecin devant tout symptôme qui s’aggrave ou tout nouveau symptôme qui vous inquiète ;
  • ne négligez pas le suivi habituel et le traitement de votre ou vos maladies chroniques préexistantes et repérez leur aggravation.

Votre médecin peut vous orienter, si nécessaire, vers d'autres professionnels de santé ou des associations de patients qui vous aident, vous et vos proches, par l'information, l'écoute, le partage d'expérience.

Au quotidien

Apprenez à gérer vos difficultés quotidiennes et vos symptômes et contactez votre médecin traitant en cas de problèmes.

Adoptez une bonne hygiène de vie :

  • une alimentation équilibrée à adapter à votre situation ;
  • de bonnes conditions de sommeil ;
  • une activité physique adaptée à votre état de santé.

Rapprochez-vous des groupes de soutien, forums en ligne, associations de patients, par exemple :

Si vous avez des difficultés matérielles ou administratives, renseignez-vous auprès de l’assistant social de votre département ou du Centre communal d’action sociale (CCAS) le plus proche de votre domicile. Il pourra vous apporter des conseils sur les démarches, les aides financières et sur le logement et l’emploi.

Besoin d’aide humaine, matérielle ou financière : où se renseigner ?

Au sein de l’Assurance Maladie :

En dehors de l’Assurance Maladie :

  • L’action sociale de vos caisses de retraite (principale et complémentaire) : si vous êtes retraités, l’action sociale de votre caisse de retraite peut aussi vous permettre de bénéficier d'une aide financière. Nous vous recommandons de vous renseigner directement auprès des organismes concernés pour bien connaître vos droits. Pour en savoir plus, consultez le site www.mesdroitssociaux.gouv.fr.
  • De nombreuses mutuelles peuvent vous accorder les services d’une aide-ménagère à domicile, sous certaines conditions.
  • Votre département ou de nombreuses associations de malades peuvent aussi vous soutenir pour bénéficier d’une aide matérielle.

Nous vous recommandons de vous renseigner directement auprès des organismes concernés pour bien connaître vos droits.

À la suite d’une hospitalisation :

  • Pour vous accompagner dans ces démarches, vous pouvez solliciter l’aide du service social du centre hospitalier dans lequel vous êtes suivi.
  • Si vous sortez d’hospitalisation, votre caisse de retraite peut vous accompagner dans votre retour à la maison. L’aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH) est destinée aux personnes retraitées du régime général de plus de 55 ans, qui ont des besoins d’aides temporaires et urgents à domicile à l’issue d’une hospitalisation et qui ont des ressources mensuelles qui ne dépassent pas un plafond de revenus fixé chaque année. L’ARDH peut financer certaines dépenses : aides ménagères, matérielles. Pour tout renseignement, nous vous recommandons de vous rapprocher de l’action sociale de votre caisse de retraite.
  • À la sortie de votre hospitalisation, vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, d’une prise en charge financière de votre caisse d’assurance maladie (CPAM) dans le cadre d’aides humaines (heures d’aides ménagères par exemple). Pour en savoir plus, nous vous recommandons de vous rapprocher de votre CPAM ou du service social de l’hôpital.

Covid-19 et travail

Reconnaissance en maladie professionnelle

La procédure de reconnaissance de l’affection Covid-19 en maladie professionnelle concerne les personnes et les situations suivantes :

  • Les personnes qui ne travaillent pas dans le secteur de la santé peuvent demander une reconnaissance en maladie professionnelle si elles ont contracté la Covid-19 dans le cadre de leur travail et si la maladie a entraîné une affection grave. Leur demande sera examinée par un comité d’experts médicaux.
  • les professionnels exerçant dans le secteur de la santé peuvent bénéficier d’une reconnaissance selon deux conditions :
    • leur contamination par le virus SARS-CoV-2 responsable de la Covid-19 a eu lieu dans le cadre de leur travail ;
    • leur contamination par le virus SARS-CoV-2 responsable de la Covid-19 a entraîné une affection respiratoire grave avec recours à l’oxygénothérapie ou toute autre forme d’assistance respiratoire.

Dans le cas où ces professionnels de santé ont été atteints par une affection grave autre que respiratoire, leur demande de reconnaissance sera préalablement examinée par un comité d’experts médicaux.

La reconnaissance en maladie professionnelle de la Covid-19 permet de bénéficier d’un remboursement des soins à 100 % sur la base du tarif de la Sécurité sociale. La reconnaissance permet aussi de bénéficier d’indemnités journalières plus avantageuses que lors d’un arrêt maladie courant.

En savoir plus sur la prise en charge dans le cadre d’une maladie professionnelle.

Covid-19 et reprise du travail

Votre médecin traitant vous a prescrit un arrêt de travail. Cette durée est adaptée au cas par cas, selon votre état de santé général et la nature de votre profession (travail sédentaire ou physique, port de charges, durée des transports…).

Votre médecin traitant peut vous orienter vers votre médecin du travail pour une visite de pré-reprise. Cette visite permet d’anticiper la reprise en évaluant votre aptitude au poste de travail que vous occupez et de proposer des mesures adaptées, si nécessaire.

Une reprise progressive en temps partiel thérapeutique peut vous être prescrite pour une durée limitée adaptée à votre situation (sous réserve d’accord de l’employeur).

À votre retour en entreprise, après une absence de plus de 30 jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de 8 jours.

  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Coronavirus et Covid-19. Site internet : Inserm. Paris ; 2021 [consulté le 17 août 2021]
  • Haute Autorité de santé. Symptômes prolongés suite à une Covid-19 de l'adulte - Diagnostic et prise en charge. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 17 août 2021]  
  • Ministère des Solidarités et de la santé. Symptômes prolongés de Covid-19 : orienter les personnes concernées, informer leurs professionnels de santé. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2021 [consulté le 17 août 2021]