Vacances, conseils pour en profiter : partir en Europe (3/5)

04 juillet 2019

Pour être bien couvert et avoir accès à tous ses médicaments, la CEAM (carte européenne d’assurance maladie) et l’ordonnance en (dénomination commune internationale) se révèlent précieuses en cas de séjour dans un pays d’Europe.

Les soins médicaux en Europe pris en charge grâce à la CEAM

Lors d’un séjour dans un pays européen (1), la carte européenne d’assurance maladie (CEAM) permet de bénéficier d'une prise en charge des soins médicaux nécessaires.

Cette prise en charge se fait selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays de séjour. Dans certains cas, l’avance des frais médicaux n’a pas à être faite. Dans d’autres, il faut payer ces frais et se faire rembourser sur place par l'organisme de sécurité sociale du lieu de séjour.

Si l’on a réglé les frais médicaux sans demander le remboursement sur place, ou si l’on n’avait pas sa CEAM, ou si l’on a fait appel à la médecine privée et non à une structure affiliée au système de santé public, un remboursement par l’Assurance Maladie française est alors éventuellement possible, une fois de retour en France. Les factures payées et les justificatifs de paiement doivent être envoyés à sa caisse primaire d’assurance maladie(CPAM) avec le formulaire S 3125 « Soins reçus à l'étranger ».

Le remboursement se fait sur la base des tarifs en vigueur dans l'État de séjour ou sur la base des tarifs français, selon les cas, et dans la limite des dépenses engagées.

La carte européenne d’assurance maladie est individuelle : chaque membre de la famille doit avoir la sienne, y compris les enfants de moins de 16 ans. Valable 2 ans, elle existe aussi en version numérique. Elle s’affiche directement dans l’application ameli pour smartphone et tablette, ce qui est pratique et sécurisant en cas d’oubli.

Il existe plusieurs moyens de commander une carte européenne d’assurance maladie :

  • depuis son compte ameli ;
  • sur l’application ameli pour smartphones et tablettes, disponible sur l'App Store et Google Play ;
  • sur une borne multiservices disponible dans l’un des points d’accueil de l’Assurance Maladie ;
  • par téléphone, au 36 46 (2).

Afin de recevoir sa carte à temps, il est nécessaire d’en faire la demande au moins 15 jours avant de partir. Si le départ est plus proche, on peut obtenir un certificat provisoire de remplacement, valable 3 mois via le compte ameli ou auprès de sa caisse primaire. Ce certificat provisoire est utilisable dans les mêmes conditions que la CEAM.

Une ordonnance en DCI pour se procurer ses médicaments partout dans le monde

Pour retrouver facilement ses médicaments à l’étranger et éviter toute interruption de son traitement médical, il est conseillé de se munir d’une ordonnance en dénomination commune internationale ().

La permet d’identifier la substance pharmaceutique par un nom bien précis. Prononçable dans toutes les langues, elle est compréhensible par tous les professionnels de santé du monde. En présentant une ordonnance en à l’étranger, le traitement correspondant à la prescription en France sera automatiquement identifié.

Une vidéo de l’Assurance Maladie permet de mieux comprendre l’intérêt d’une prescription en lorsqu’on voyage à l’étranger : l’histoire de Sylvie et du nom des médicaments.

 

Les autres bons réflexes en cas de voyage en Europe

(1) Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne (y compris les îles Baléares et Canaries), Estonie, France (métropole, Guadeloupe, Martinique, Guyane française, la Réunion), Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal (y compris les archipels de Madère et des Açores), République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord, Gibraltar), Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse.
(2) Du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30 (0,06 €/min + prix de l’appel).