Soriatane : un tiers seulement des patientes a réalisé un test de grossesse avant le traitement

20 juillet 2017

Le soriatane est un traitement à base d’acitrétine (dérivé de la vitamine A) indiqué dans les formes sévères de psoriasis. Il a été démontré un risque très élevé de malformations du fœtus (effet tératogène). Depuis 2012, il fait l’objet d’un programme de prévention de la grossesse qui comprend des mesures contraignantes pour les professionnels de santé et les patientes. Ses règles de prescription et de délivrance ont été renforcées début 2014 pour mieux prévenir le risque de le voir prescrit à des femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse. Chaque femme concernée doit ainsi réaliser un test de grossesse avant d’entamer le traitement ; celui-ci doit être prescrit uniquement par un dermatologue et renouvelé tous les ans si nécessaire (pas de prescription pour une durée plus longue). En effet, ces spécialistes reçoivent systématiquement les documents de réduction des risques établis pour les professionnels de santé et les patientes. Par ailleurs un moyen de contraception efficace doit être utilisé à partir d’un mois avant l’initiation et doit être maintenu durant le traitement et au cours des 3 ans suivant son arrêt.

Grossesses à risques en cas de traitement

La nouvelle étude publiée jeudi 22 juin 2017 par l’ANSM et la Cnamts a étudié 10 402 femmes âgées de 15 à 49 ans ayant débuté un traitement par soriatane entre janvier 2007 et décembre 2015. Elle montre que le taux de réalisation d’un test de grossesse au démarrage du traitement a progressé puisqu’il est passé de 19 % en 2012 à 37 % en 2015 mais il se situe encore loin des 100 %. 109 grossesses ont même commencé en 2014 ou 2015 c’est–à-dire après la mise en œuvre des nouvelles mesures.

Les règles de prescription de soriatane aux femmes en âge de procréer
  • Prescription initiale réservée aux dermatologues mais elle peut être renouvelée par tout médecin dans l’année qui suit la prescription du dermatologue ;
  • Réalisation d’un test plasmatique de grossesse dans les 3 jours qui précèdent chaque prescription mensuelle, puis dans les 2 mois après l’arrêt du traitement et régulièrement au cours des 3 ans qui suivent cet arrêt ;
  • Délivrance de soriatane dans la semaine qui suit la prescription ;
  • Présentation impérative du carnet-patiente au médecin à chaque consultation et au pharmacien lors de la délivrance du médicament ;
  • Absence de toute délivrance par le pharmacien si le résultat négatif du test de grossesse plasmatique n’est pas mentionné dans le carnet-patiente ;
  • Interdiction de consommer de l’alcool pendant le traitement et les 2 mois suivant son arrêt.