Sevrage tabagique : Tabac info service, un outil d’aide à l’arrêt du tabac efficace

Publié le

Le 28 mai, à quelques jours de la Journée mondiale sans tabac, organisée le 31 mai, Santé publique France (SPF) a consacré son Bulletin épidémiologique hebdomadaire à des études portant sur les Français et le tabac (1). L’une d’elles mesure l’abstinence tabagique à 6 mois parmi les personnes ayant appelé le 39 89 pour solliciter le dispositif d’aide à l’arrêt Tabac info service. Zoom sur les résultats.

Taux d’abstinence des fumeurs 6 mois après leur appel au 39 89

Entre 2018 et 2020, 45 803 fumeurs ont été en contact avec un tabacologue du 39 89. Six mois après leur premier appel, leur taux d’abstinence tabagique et les facteurs associés au ont été mesurés.

Parmi ceux qui ont accepté le principe d’être rappelés 6 mois plus tard (86,5 %), plus d’un sur cinq (22,2 %) se déclarait non-fumeur depuis au moins 7 jours au moment du rappel.

Le taux d’abstinence atteignait 32,2 % parmi les fumeurs qui essayaient déjà d’arrêter de fumer lors de leur 1er appel et 17 % parmi les autres fumeurs.

La probabilité d’être non-fumeur 6 mois après avoir composé le 39 89 était moins élevée parmi :

  • les femmes ;
  • les fumeurs les plus dépendants ;
  • ceux ayant une autre addiction ou un problème de santé ;
  • et les chômeurs.

À l’inverse, la probabilité d’être non-fumeur six mois après avoir composé le 39 89 était supérieure parmi :

  • ceux se déclarant déjà en tentative d’arrêt lors du 1er appel ou ayant fixé une date d’arrêt ;
  • les vapoteurs ;
  • ou encore ceux ayant bénéficié d’un plus grand nombre d’entretiens de suivi.

Essayer le 39 89 pour se faire aider à arrêter de fumer

Les résultats de cette étude suggèrent que le dispositif téléphonique Tabac info service constitue une aide efficace pour une partie des fumeurs. Ce service, au prix d’un appel non surtaxé, peut contribuer à la réduction des inégalités sociales liées au tabagisme.

Les femmes représentent 56,5 % des appelants alors qu’elles sont 46,8 % des fumeurs au total. La proportion de personnes au chômage était moins élevée parmi les appelants (10,8 %) que parmi l’ensemble des fumeurs (15,0 %). Parmi les actifs occupés, les appelants se déclaraient majoritairement employés (70,7 %) et très peu ouvriers (3,1 %), à la différence de l’ensemble des fumeurs résidant en France qui sont pour 27,5 % des employés et 31 % des ouvriers.

Le tabac reste la première cause de mortalité évitable en France avec 75 000 décès par an. En 2022, en France métropolitaine, un quart des 18-75 ans déclaraient fumer tous les jours. Parmi eux :

  • 6 sur 10 déclarent avoir envie d’arrêter de fumer ;
  • 26 % ont le projet d’arrêter dans les 6 prochains mois ;
  • 30 % ont tenté d’arrêter d’au moins une semaine au cours des 12 derniers mois (2).

(1) Santé publique France, Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 28 mai 2024, n°11, Journée mondiale sans tabac, 31 mai 2024.
(2) Santé publique France, En 2022, la France compte toujours près de 12 millions de fumeurs quotidiens, 31 mai 2023.

 

Tabac Info Service : 3 outils d'aide à l'arrêt

  • Le 39 89, numéro non surtaxé d’aide à distance de Tabac info service, met en relation les fumeurs avec des tabacologues afin de bénéficier d’un suivi personnalisé et gratuit. Numéro accessible aux personnes sourdes ou malentendantes via la plateforme Acceo.
  • Le site internet tabac-info-service.fr propose de nombreux contenus d’aide et outils d’accompagnement.
  • L’application d’e-coaching Tabac info service, conçue par l’Assurance Maladie en partenariat avec Santé publique France, propose un programme complet et personnalisé pour optimiser les chances d’arrêt définitif du tabac.

En cours de chargement...