Préservatif, pilule et IST : comment se protéger pendant les vacances ?

Publié le

En été, les virus et les bactéries ne prennent pas de vacances !
Il reste essentiel de se protéger des infections sexuellement transmissibles (IST) qui se transmettent lors de relations sexuelles non ou mal protégées. Herpès génital, chlamydia, VIH/sida… pour éviter ces IST, l’utilisation du préservatif reste le moyen le plus efficace.

Le préservatif sert aussi à éviter les grossesses. Mais ce mode de contraception est parfois inefficace, à cause d’une mauvaise utilisation (le préservatif peut notamment se rompre). C’est pourquoi il est recommandé d’employer une autre méthode de contraception. Pilule, patch, anneau vaginal, implant, stérilet… découvrir chaque méthode contraceptive pour bien comprendre et mieux choisir.

Des préservatifs masculins pris en charge par l’Assurance Maladie pour les hommes comme pour les femmes

Quatre marques de préservatifs masculins (« Eden », « Sortez couverts ! », « Be Loved » et « Terpan ») et deux marques de préservatifs féminins (« Ormelle » et « Terpan ») sont remboursées par l'Assurance Maladie à hauteur de 60 %  pour les plus de 26 ans et pris en charge à 100 % pour les personnes de moins de 26 ans.

Pour en bénéficier :

  • pour les majeurs de moins de 26 ans, il suffit de se rendre en pharmacie et de présenter sa carte Vitale ou une attestation de droits (téléchargeable sur le compte ameli) ou à défaut sa pièce d’identité ;
  • pour les personnes mineures, il suffit de se rendre en pharmacie et de présenter une attestation sur l’honneur pour justifier son âge ;
  • pour les plus de 26 ans, il faut présenter en pharmacie une prescription d'un médecin ou d'une sage-femme.

Bon à savoir : les préservatifs masculins sont gratuits dans les centres de santé sexuelle et dans les centres de dépistage anonyme et gratuit (CeGGID).

Pour les moins de 26 ans, le parcours de contraception est gratuit

Les jeunes femmes et les jeunes hommes de moins de 26 ans peuvent bénéficier gratuitement d’une première consultation pour parler de leur santé sexuelle, de la contraception et de la prévention des infections sexuellement transmissibles.

Les jeunes femmes de moins de 26 ans peuvent bénéficier sans avance de frais de consultations de suivi, d’examens liés à la contraception ou encore de certains contraceptifs.

En savoir plus sur ce parcours de contraception pour les moins de 26 ans.

La « pilule du lendemain » prise en charge à 100 % sans ordonnance pour toutes les femmes

La contraception d’urgence hormonale (encore appelée « pilule du lendemain » ou « pilule de contraception d'urgence ») est disponible en pharmacie, sans prescription médicale et sans avance de frais, pour toute femme mineure ou majeure.

Il suffit de se rendre en pharmacie et de présenter sa carte Vitale ou une attestation de droits (téléchargeable sur le compte ameli). Les titulaires de l’aide médicale d’État (AME) peuvent également en bénéficier, en présentant leur carte AME.

Contraception d'urgence : quand est-elle nécessaire et comment connaître son efficacité ?

En cas de rapport sexuel non ou mal protégé, en cas de doute ou si des symptômes apparaissent, il est important de consulter un médecin sans attendre.

Lire aussi :

En cours de chargement...