Paracétamol, ibuprofène et aspirine ne sont plus en accès libre

15 janvier 2020

Le paracétamol, l’ibuprofène ou l’aspirine sont les médicaments les plus utilisés en automédication (sans avis médical préalable) contre la douleur ou la fièvre. Sûrs et efficaces lorsqu’ils sont correctement utilisés, ces médicaments peuvent présenter des risques lors d’une utilisation inadéquate. C’est pourquoi, depuis le 15 janvier 2020, les médicaments contenant du paracétamol, de l'aspirine et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (comme l’ibuprofène) ne sont plus en accès libre mais sont placés derrière le comptoir du pharmacien. Ils sont toujours disponibles avec ou sans ordonnance.

Cette décision prise par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) vise à favoriser le bon usage de ces médicaments d’utilisation courante et à renforcer le rôle de conseil du pharmacien auprès des patients.

Quel remboursement pour ces médicaments ?

Le paracétamol, l’ibuprofène et l’aspirine sont disponibles sans ordonnance en pharmacie. Ils sont remboursés par l’Assurance Maladie uniquement s’ils sont prescrits sur une ordonnance par un professionnel de santé.

Comment ces médicaments peuvent-ils être dangereux ?

Dans certains cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie, pouvant conduire à des greffes du foie (c’est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France).

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (comme l’ibuprofène) sont susceptibles d’être à l’origine de complications rénales, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus en cas d’exposition à partir du 6e mois de grossesse.