Mal au dos ? Une radio n’est pas toujours utile

09 octobre 2018

Homme au travail avec mal au dos

Depuis novembre 2017, l’Assurance Maladie a lancé une campagne d’information et de sensibilisation : « Mal au dos ? Le bon traitement, c’est le mouvement ». Elle réaffirme l’importance du maintien d’une activité physique en cas de douleur lombaire (lombalgie commune) et a fait changer la manière dont les patients envisagent la prise en charge du mal de dos : s’il faut prendre en charge la douleur lombaire, il n’est pas forcément nécessaire de passer une radio ou tout autre acte d’imagerie médicale (scanner, IRM…).

Dans 90 % des cas en effet, la lombalgie d’apparition récente (« aigüe ») est dite « commune » : elle peut se révéler douloureuse, mais elle n’est pas grave et guérit spontanément en 4 à 6 semaines. L’imagerie n’apporte dans ce cas aucune information supplémentaire au médecin. Or, un acte d’imagerie n’est jamais anodin : il représente un risque (irradiation inutile) supplémentaire pour le patient, sans parler du coût pour le système de santé.

En résumé : une prise en charge adaptée de la douleur, un maintien ou un retour de l’activité physique pour éviter de se « rouiller » suffisent le plus souvent en cas de lombalgie commune aigüe.

À noter

En quelques mois, le nombre de personnes interrogées qui croient qu’il faut se reposer en cas de lombalgie est passé de 68 % à 45 %, soit une baisse de près d’un quart des Français (1).

(1) Études BVA, « Connaissances et attitudes vis-à-vis de la lombalgie », réalisées par Internet en juin 2017 et en avril 2018 auprès d’un échantillon national représentatif de 2 000 Français âgés de 18 ans et plus et d’un échantillon national représentatif de 400 médecins généralistes.